Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][merged small]

DU

CALVADOS.

CHAPITRE PREMIER.

TOPOGRAPHIE.

Limiles.

Le Calvados est borné au nord, par la Manche; à l'est, par le département de l'Eure; au sud, par ceux de l'Orne et de la Manche; et à l'ouest, par ce dernier département.

On évalue sa superficie a 570,800 hec- Etendue. tares.

L'Orne, la Touque, la Dive, la Vire et la Seulle sont les principales rivières qui l'arrosent*. Elles se jettent dans la Man

Rivières.

* On a cru devoir restituer à ces rivières l'orthographe de leurs noms , défigurée, on ne sait pour quoi , dans toutes les nomenclatures administrati

ves,

AMuents.

che : l’Orne, à la pointe de Merville; la Touque, au gué de Trouville, la Dive, sous la côte de Beuzeval; la Vire, à l'ouest de Maisy, et la dernière , à Courseulles. Les quatre premières sont navigables dans leur partie inférieure.

Ces rivières ont pour principaux affluents,

L'Orne : l'Odon, la Laize, le Noireau ; la Touque : l'Orbiquet et la Calonne; la Dive : l'Ante, la Vie, le Laizon et la Muance; la Vire : la Virenne , l'Allière, l'Elle et l’Aure-Inférieure.

Les affluents de la Seulle ne sont que des ruisseaux insignifiants.

L'Aure-Supérieure et la Dromme, deux autres rivières du département, sont remarquables en ce qu'elles n'ont point d'embouchure; elles se perdent dans les Fosses-du-Soucy, sur la commune de Mai

sons, à une lieue de Bayeux. Aspect et disc Son territoire est singulièrement acciposition du sol.

denté par des plaines, des vallées et des coteaux. Il n'y existe point de montagnes. Le Montpinçon , dans la commune du Plessis-Grimoult, passe pour le point le plus élévé du département; sa hauteur, au-dessus du niveau de la mer, est de 363 mètres 49 centimètres.

Côles.

Vallées.

Bois.

Sa cote maritime, qui court de l'est à l'ouest, est généralement formée par de hautes falaises entre Honfleur et Dives. Elle est défendue par des dunes de sable, de la Dive à la Seulle, et par des falaises et des terres élevées entre cette dernière rivière et la Vire.

Le rocher qui lui a donné son nom est Rocher du Calsitué à gauche de l'embouchure de la vados. Seulle, à peu de distance des côtes.

Les vallées que traversent l'Aure-Inférieure, la Touque et la Vire, forment la partie la plus riche de son territoire. Les bois en occupent à peine le douzième.

Quelques bruyères, indivises entre les Bruyères. communes voisines, s'y sont conservées dans leur état primitif. Elles seraient promptement converties en champs cultivés et productifs , si l'administration parvenait à faire cesser cet état d'indivision, source éternelle de procès ruineux pour les communautés qui se disputent ces bruyères.

Les étangs y sont en petit nombre. Les Etangs et mamarais, situés aux abords de l'Aure-Inferieure et de la Dive, y occupent des emplacements considérables. Les projets formés jusqu'à présent pour les rendre à l'agriculture n'ont eu aucune suite.

rais.

Régae minéral.

7

Les géologues divisent le Calvados en trois grandes régions naturelles : 1° la craie et les terraias qui lui sont inférieurs; 2. le calcaire à polypiers, le calcaire de Caen, l'oolithe inférieure, le calcaire à graphytes; 3. les terrains primordiaux et les terrains intermédiaires.

Le fer s'y rencontre en plusieurs endroits, mais il n'y est plus exploité.

La mine de houille de Litiry occupe habituellement six cents ouvriers.

Le carbonate calcaire abonde dans la plaine, qui fournit différentes espèces de pierres à batir très-recherchées.

Les grès qui appartiennent à la seconde région des géologues, fournissent le pavage des villes, et contribuent à l'entretien des routes.

Les granites du Bocage font l'objet d'un commerce fort étendu. On a commencé à les employer avec succès au pavage de la ville de Vire.

On y avait ouvert autrefois des carrièros de marbre qui ne sont plus exploitées.

L'ardoise, qui ne se trouve que dans quelques localités, y est grossière et remplie de fissures transversales.

Les argiles y sont communes : on les

« PrécédentContinuer »