Images de page
PDF
ePub

à l'entrée du bois du Vernay, les ruines d'un ancien palais des ducs normands, que les chartes du moyen-âge désignent sous le nom de Burum juxtà Baïocum. Les habitants lui ont donné celui de Chapelle Sainte-Catherine.

Planquery avait une commanderie de Templiers, dite de Baugy. Ellc fut fondée. en 1148, par Roger Bacon, seigneur du Mollay, et passa , après la destruction de l'ordre , aux chevaliers de Saint-Jean-deJérusalem, qui l'ont possédée jusqu'à la révolution: Fl ne reste plus que des débris informes de l'ancienne chapelle.

La commune du Mollay, près de Littry, possédait une châtellenie célèbre dans le moyen âge. On croit que le château fut détruit vers le milieu du XIVe siècle' par Geoffroy d'Harcourt, seigneur de SaintSauveur-le-Vicomte.

Canton de Bayeus.

Population : 14,919, réparlie ainsi qu'il Population . suit : 2. Agy, 328; Arganchy, 332 ; Barbeville, 222; Bayeux, 9,676; Cottun, 221; Cussy, 194; Gueron , 312; St-Loup-Hors, 333; St-Martin-des-Entrées, 418; Mon

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

ceaux, 316; Nonant , 614; Ranchy, 330; Subles , 334 ; Sully, 205 ; St-Sulpice 137 ; Vaucelles, 260.; St-Vigor-le-Grand, 687.

Superficie : 8,050 hect. 7 ar. 28 cent.; terres labourables, 4,300 hect. 32 ar. 88 cent.; prés et herbages, 2,732 hect. 94 ar. 60 cent. ; bois , 100 hect. 36 ar. 26 cent.

Les propriélés bâties y sont au nombre : de 3,054. Son revenu imposable est de 968,805 fr. 56 cent.

Bayeux, chef-lieu de l'arrondissement et du canton, sur l'Aure, à 9 kil. de la

3

myr. 0.-N.-O. de Caen, au 16e degré 9' 57" de longitude du méridien de l’ile de Fer , el au 49e degré 16 ’12' de latitude septentrionale.

L'époque de sa fondation est incertaine, et parait devoir remonter tout au plus aux temps des premiers empereurs, qui y possédèrent un établissement dont on ne connaît guères que

*. On croit qu'elle fut désignée, vers la fin du IVe siècle, sous l'appellation romaine de civitas Baïocassium. Des monnaies qui y furent frappées sous les deux premières races de nos rois, la nomment Baioca's,

mer ,

le nom

* Augustodurus sive Augustodyrum.

d'où l'on a fait Baex , Baies et Bayeux.

Son histoire présente une longue suite de calamités. Les Saxons la liyrèrent aux flammes en 368, les Normands en 848 et en 891. En 1046, vingt ans après la conquête de l'Angleterre , elle fut presque entièrement détruite par un incendie. Henri Ier, fils de Guillaume , en 1106, et Philippe de Navarre, en 1356, la brûlèrent à leur tour Elle s'est sans cesse relevée sur un sol chargé de ses ruines.

Sa cathédrale, qu'on croit d'origine saxonne, 'n'a pas subi moins de vicissitudes. Rollon la rebåtit au commencement du Xe siècle. Elle périt entièrement dans l'incendie de 1046. Il ne reste de celle qui la remplaça et qui fut commencée par l'évêque Hugues II, mort en 1049, que la crypte ou la chapelle souterraine. Le chæur, qui est un chefd'æuvre de l'architecture ogivale, appartient au XIIIe siècle. La tour octogone fut commencée le 1er octobre 1477, par les ordres de Louis de Harcourt , patriarche de Jérusalem, évêque de Bayeux, et terminée le 1er août 1979. La parlie supérieure de cette tour a été reconstruite au commencement du XVIIIe siècle.

La fameuse tapisserie attribuée à la

[ocr errors]

des casernes ,

reine Mathilde, a été transférée du trésor de cette cathédrale à l'hotel-de-ville où elle continue d'attirer les curieux.

L'évêché de Bayeux est un des plus anciens de la chrétienté. Cette ville possède un séminaire , deux hôpitaux, une souspréfecture, un hotel-de-ville, un palais épiscopal fort modeste, un collége , des tribunaux de première instance et de commerce, une bibliothèque publique,

une prison, des halles aux grains et aux viandes, et une salle de spectacle.

Quoique assise au milieu d'un pays fertile, et admirablement située sous le rapport des communications ; Bayeux n'est point une ville commerçante. Sa manufacture de dentelles de fil, celle de porcelaine, sa carosserie ont conservé leur réputation sans gagner en importance. On y compte une ou deux usines.

Il s'y tient cinq foires annuelles; celle de la Toussaint'est la plus considérable. Son marché est abondammant approvisionné, tous les samedis , par les produc

* On doit cet établissement à la sage

administration du maire , M. Letellier ; que la ville de Bayeux a perdu le 30 novembre 1836.

tions du Bessin, et notamment. par ses excellents beurres , dont la vente s'élève annuellement à plus de cinq millions de francs.

Bayeux est la patrie d'Alain Chartier, de Cahier de Gerville, ministre de l'intérieur sous Louis XVI, du peintre Robert Lefèvre , de l'abbé Beziers et de Frédéric Pluquet, qui en ont écrit l'histoire.

St-Vigor, commune voisine , renferinait un monastère fondé au VIe siècle par l'évêque de ce nom. Ce monastère , situé sur le mont Phaunus, y avait , diton, remplacé un temple où l'on adorait les idoles. Il fut détruit par les Normands au IXe siècle, et rétabli par Odon de Conteville , mort à Palerme en 1097. Une partie de l'église a existé jusqu'à la révolution.

La même commune possédait, sur la route de Caen, le prieuré de St-Nicolas de la Chesnaie : c'était anciennement une Léproserie.

La petite commune de St-Loup-Hors; à une autre entrée de Bayeux , est remarquable par son église , dont la tour est un modèle d'architecture romane.

« PrécédentContinuer »