Images de page
PDF
ePub

XVe siècle, la fait figurer comme cité vers l'année 945.

Le plus ancien titre qui en fasse mention, selon M. l'abbé de la Rue, est une charte de Richard II, qu'on suppose avoir été donnée en 1015. Cette ville y est nommée Cadon; on la croit d'origine saxonne.

Guillaume - le - Conquérant fonda sun château dans la deuxième moitié du onzième siècle, probablement sur les débris d'une forteresse plus ancienne.

Les abbayes de Saint-Étienne et de Saint te-Trinité sont de la même époque.

Elle a souffert plusieurs siéges; les Anglais la prirent en 1346 et en 1417.

La plupart de ses églises ont été réédifiées dans les 13, 14, 15e et 16e siècles. Celle de Saint-Pierre , qui est située au centre de la ville , est un des plus beaux monuments de l'architecture du moyenage. Sa tour est particulièrement remarquable par sa hardiesse et son élégance.

L'université de Caen , fondée par Henri VI, roi d'Angleterre, a joui long-temps d'une juste célébrité.

Le palais de justice qu'on achève en ce moment, est orné d'une belle colonnade construite à la fin du siècle dernier. Les autres édifices publics qui peuvent être

au

cités, sont : l'hôtel-de-ville, fondé par les Eudistes, en 1664, l'hotel de la préfecture, monument encore incomplet, les casernes qu’on termine, les abattoirs et la poissonnerie, batie en 1832, les hospices et notamment l'Hôtel-Dieu , placé dans les båtiments de l'abbaye Sainte-Trinité, et la maison centrale de détention, située hameau de la Maladrerie, sur la route de Bayeux.

Caen est la patrie de Malherbe, de Sarrasin , de Segrais, de Huet, de Malfilatre et d'une foule d'autres hommes distingués dans les lettres. Guillaume et Mathilde y reposent dans les abbayes qu'ils ont fondées.

Canton de Bourguébus.

Population.

Population : 9,131.

St-Agnan-de-Cramesnil , 386 ; Airan , 633; St-André-de-Fontenay, 453; Bellengreville, 487; Billy , 316; Bourguébus , 318; Cesny-aux-Vignes, 219; Chicheboville, 468; Cinq-Autels, 77; Clinchamps, 832 ; Conteville , 115 ; Fontenay-le-Marmion, 730; Frénouville, 488; GarcellesSecqueville, 379; Grentheville, 130 ; Hubert-Folie, 86; Laize-Laville, 215; StMartin-de-Fontenay , 437 ; May, 464 4;

[ocr errors]

Moult, 690 ; Ouézy, 350; Poussy , 146;
Rocquancourt, 203; Soliers, 385; Tilly-
la-Campagne, 183.

La superficie totale de ce canton est de Superficie.
14,504 hect. 56 ar. 38 c. Les terres labou-
rables y occupent 12,871 h. 84 ar. 59 c.
Les prés, 634 h. 29 ar. 3 c. Les bois, 218
h. 16 ar. 67 c. Nombre de maisons , 2,253.
Revenu imposable, 675,378 fr. 33 c.

Sa longueur est de près de 3 myriamètres, depuis les rives de l'Orne à May, jusqu'aux limites de la commune d'Ouézy. Les terres y sont généralement arides et d'une qualité médiocre. L'espoir qu'on avait conçu de voir le chemin de Jort, qui le traverse du Sud-Est au Nord-Ouest, converti en route de grande communication, ne s'est pas réalisé. Celle qui doit être ouverte entre ce chemin et la grande route de Falaise n'aura qu'une médiocre influence sur la prospérité de ce canton.

Bourguébus, chef-lieu, à 1 myr. S. E. Principales de Caen , n'offre rien de remarquable.

St-Martin et St-André-de-Fontenay, Fontanetum, ne formaient autrefois qu'une paroisse qu'on appelait Fontenay-le-Tesson et Fontenay-l'Abbaye. On croit que l'abbaye avait été fondée dans la première moitié du XIe siècle, pendant l'épiscopat

communes.

de Hugues, évêque de Bayeux. Les béné
dictins non réformés la possédèrent jus-
qu'en 1751 , et furent remplacés par des.
religieux de la congrégation de St-Maur.
Ce monastère a été détruit pendant la ré-
volution.

Cantons de Caen.

La superficie totale de ces deux cantons: est de 8,000 hect. 87 ar. 92 centiar. Les terres labourables y occupent 6,767 hect. 03 ar. 34 cent. Les prés ou herbages, 940 hect. 58 ar. 76 cent. Les bois, 27 hect. 65 ar. 21 cent. Le nombre des propriétés baties est de 6,660: Revenu imposable : un million 670,979 fr. 53 c.

Canton: de Caen-Est.

Population.

[ocr errors]

Population : 26,972,- savoir :

Allemagne, 921; Caen (la partie de l'Est.), 22,282; Saint-Contest., 926; Cormelles, 308; Epron, 212; Hérouville, 636; Ifs, 741; Mondeville, 946.

La commune d'Allemagne est fort ancienne, quoiqu'il ne faille pas sans doute attribuer sa fondation aux Alains, comme l'ont fait quelques historiens. Les chartes latines des onze et douzième siècles la dé

Principales

communes.

signent sous le nom d’Alammania et d'Alemmania. Il y avait autrefois une maladrerie. On cultivait la vigne sur ses côteaux où quelques essais récents prouvent qu'elle pouvait facilement prospérer.

Elle se divisait en deux paroisses : la Haute et la Basse, ou Notre-Dame et SaintMartin. Ses églises, monuments de l'architecture romane, remontent probablement au onzième siècle. Celle de la HauteAllemagne paraît la plus ancienne.

Saint-Contest a aussi une église fort ancienne. Sa cure fut érigée au bénéfice régulier en 1320, et réunie à l'abbaye d'Ardennes, sur la demande du pape Jean XXII.

L'église de ce monastère fondé en 1138, subsiste encore;

mais elle a reçu une autre destination.

Saint-Contest se compose de neuf ha, meaux, dont la plupart tiraient leurs 'noms d'anciennes familles du pays, ou leur avaient donné le leur.

Cormelles, surnommé autrefois le royal, en commémoration de quelques priviléges que les rois de France ou les ducs de Normandie avaient accordés à ses habitants, est la patrie de Gilles-André de la Roque, né en 1998, historiographe du roi et che

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »