Images de page
PDF
ePub

son ter

les chartes du moyen-âge.? 76 ANNUAIRE DU CALVADOS. singulière circonscription qu'on retrouve à la Maladrerie et dans plusieurs autres loealités.

Bernières-sur-Mer, anciennement Bernières-le-Havre, est remarquable par une des plus belles et des plus vastes églises du département, dont la tour parait être du 14e siècle. On trouve dans cette com-" mune quelques parcs aux huîtres.

Colleville-sur-Orne, bien qu'elle ne soit
pas

située sur cette rivière , est connue
des marins et des ingénieurs par la baie,
profonde qui se trouve en face de
ritoire, à environ une licue de la cote.
Langrune, Langrun, Langronia, dans

commune con-
sidérable du littoral, dont la plupart des
habitants sont adonnés à la pêche. Elle se
divise en deux hameaux; celui de St-Aubin,
qui vient de faire bâtir une église, sollicite
son érection en commune particulière.

L'ancienne église , remarquable par ses fenêtres en lancettes et sa corniche à dents de scie, est du 13e siècle ;, la tour parait être du 14. La petite commune de Tailleville, où il y avait un prieuré, était autrefois un hameau de Langrune. Il est probable qu'elle ne conservera pas long-temps une administration particulière.

[ocr errors]

Lion-sur-Mer , anciennement Leones , Liuns, Léon, avait un prieuré fondé en 1327. La culture de l'oignon y était répandue dès le 12e siècle.

T Luc est une des plus agréables communes du littoral. Son église est du 116 siècle. !! "Ouistreham,

ou Oistreham comme l'écrit M. de Bras, est située à l'embouchure de l'Orne, en face Sallenelles. Huet et d'autres écrivains lui donnent le nom d'Etreham. Bochart le faisait venir d'Easter, déesse des Saxons. Il est plus probable qu'il est dû à sa position sur la rive occidentale de l'Orne, et c'est ce que signifie en effet Westerham, village de l'ouest.

Depuis le 1er février 1828 , deux fanaux sont établis à l'embouchure de l'Orne, l'un dans le clocher de l'église d'Ouistreham, à 28 mètres au-dessus du niveau de la mer, et l'autre sur une dune élevée, auprès de la redoute qui porte le nom de cette commune.

Le choléra y, a causé de grands ravages pendant les mois de juin et de juillet 1832. 1 Mathieu, dans les anciennes chartes Mathonum, Matonium, Matho, Mateon, etc., sur la route de Caen à Douvres, est la pa

[ocr errors]

trie du poète Jean Marot et du chimiste Rouelle.

L'église de Mathieu présente des détails précieux d'architecture romane.

On y trouve un de ces ruisseaux intermiltents assez communs dans le Calvados, où ils sont désignés sous le nom de vitouards ou viloires. ( Wite-Water, eaublanche)

Canton d'Evrecy.

Population.

Population : 13,186.

Amayé-sur-Orne, 421; Avenay , 430; Baron, 497; Bougy , 160; Bully, 194; La Caine, 130; Curcy, 758; Esquay, 360; Elerville, 264; Evrecy, 826; Feuguerollessur-Orne, 395; Fontaine-Etoupefour, 668; Gavrus, 189; Goupillères, 204; Hamars, 818; Ste-Honorine-du-Fay; 803; Maizet, 309; Maltot, 315; St-Martin-de-Sallen, 1,261 ; Montigny, 222 ; Neuilly-le-Malherbe, 229; Ouflières, 368; Préaux, 281; Tourville , 339; Trois-Monts, 652; Vacognes, 238; Verson, 1,285; Vieux, 570.

La superficie de ce canton est de 16,034 hect. 38 ar. 22 cent. Terres labourables, 12,121 hect. 20 ar. 99 cent. Prés, 286 hect. 41 ar. 6 cent. Bois, 1,356 hect. 23 ar. 22

Contenance.

cent.

Nombre de maisons, 3,650. Revenu imposable, 451,786 fr. 70 c.

La partie méridionale , et celle qui a pour limites, à l'est , la rivière d'Orne, sont couvertes de collines; presque tout le reste est en plaines. Il est traversé par la route départementale de Caen à Aunay, dans laquelle s'embranche une fort belle route de grande communication avec Hamars, ouverte depuis quelques années.

Evrecy, Evreceiüm, chef-lieu , bourg å un mýr. 6 kil. S.-O. de Caen , sur la Guipe.

On y avait établi dès le 7e siècle un des principaux monastères du diocèse; c'était dans le 11e , le siège d'une châtellenie appartenant aux évêques de Bayeux. Elle était érigée en vicomté dans le 14° siècle, selon M. l'abbé de La Rue ; il y avait à cette époque une forteresse à Evrecy. Brûlé en 1346 par Edouard III, roi d'Angleterre, ce bourg fut de nouveau incendié presque en totalité, par accident, le 12 mai 1811. Un décret, rendu à Caen le 25 du même mois, par l'empereur Napoléon, accorda 100,000 fr. pour aider à le rebatir.

Le marché d'Evrecy est fort ancien; il est fait mention dans des actes du 12e siècle de ses foires qui n'existent plus.

Vieux, Vedioca, Veocæ , est remarquable par les souvenirs historiques qui s'y rattachent. C'est une bpinion généralement admise qu'il existait autrefois, dans l'emplacement de cette commune , une ville considérable qui devint la capitale des Viducasses. M. Huet, dans ses origines de Caen, n'a voulu y voir qu'un camp romain; mais les fouilles exécutées à la fin du 17e siècle, sous l'administration de l'in, tendant Foucault, et celles qui ont été essayées de nos jours, ont révélé des traces nombreuses d'établissements d'un caractère permanent, tels qu'un aquéduc, un gymnase, des statues, des inscriptions monu, mentales qui ne permettent pas de douter que ce lieu n'ait été jadis occupé par une cité importante qui aura disparu, comme tant d'autres', sous les dévastations des barbares, à l'époque de la décadence de l'empire romain.

La petite commune de la Caine avait un prieuré, fondé dans la première moitié du 12° siècle', par Roger Malfillastre. Un de ses enfants donda en 1206, à l'Hotel-Dieu de Caen , le bois de la Rouelle, que cet hospice possède encore.!!, :)

:)

1

« PrécédentContinuer »