Le livre du compagnonage, Volume 1

Couverture

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 111 - Toute coalition entre ceux qui font travailler des ouvriers, tendant à forcer injustement et abusivement l'abaissement des salaires, suivie d'une tentative ou d'un commencement d'exécution, sera punie d'un emprisonnement de six jours à un mois et d'une amende de deux cents francs à trois mille francs.
Page 63 - Pour le patient, on lui présentait verres d'eau sur verres d'eau, et lorsqu'il ne pouvait plus avaler, on lui jetait le liquide au visage. Puis on brisa le verre dans lequel il avait bu, on brûla ses couleurs à ses yeux. Le rouleur le fit ensuite lever, le prit par la main, et le promena autour de la salle en l'arrêtant devant chaque membre, et chacun lui appliqua sur la joue un soufflet pesant surtout par la honte ; enfin la porte lui fut ouverte, mais au moment où il allait franchir le seuil,...
Page 23 - ... 4 Voici, je m'en vais bâtir une maison au nom de l'Eternel mon Dieu, pour la...
Page 111 - Toute coalition de la part des ouvriers pour faire cesser en même temps de travailler, interdire le travail dans un atelier, empêcher de s'y rendre et d'y rester avant ou après certaines heures et en général pour suspendre, empêcher, enchérir les travaux...
Page 111 - Lorsque les faits punis par l'article précédent auront été commis par suite d'un plan concerté, les coupables pourront être mis, par l'arrêt ou le jugement, sous la surveillance de la haute police pendant deux ans au moins et cinq ans au plus.
Page 76 - A coup de cannes et de compas Nous détruirons ces scélérats. Nos Compagnons sont bons là ; Fonçons sur eux le compas à la main, Repoussons-les, car ils sont des mutins. Pas de charge en avant, Repoussons tous ces brigands, Ces gueux de Dévorants Qui n'ont pas de bon sang.
Page 59 - Tope ! — Tope ! — Quelle vocation?... — Charpentier, et vous, le pays?... — Tailleur de pierre. — Compagnon?... — Oui, le pays, et vous?... — Compagnon aussi. Alors ils se demandent à quel devoir ils appartiennent. S'ils sont du même devoir, ils se donnent la main et...
Page 79 - Gavot abominable Mille fois détestable. Pour toi quelle pitié De te voir enchaîné! Il vaudrait mieux te rendre Chez la mère à Lyon ; Là on saurait t'apprendre Le devoir d'un compagnon. Que diront ces fillettes. Là-haut dans leurs chambrettes ? Elles pleurent leurs amants, Qui s'en vont battre aux champs. Descendant sur le Rhône, Sur ce coulant ruisseau, S'en vont droit à Marseille, Enchaîner ces gavots.
Page 24 - C'est parce que l'Eternel a aimé son peuple, qu'il t'a établi roi sur eux. 12 Et Hiram dit : Béni soit l'Eternel , le Dieu d'Israël , qui a fait les deux et la terre , de ce qu'il a donné au roi David un fils sage, prudent et intelligent, qui doit bâtir une maison à l'Eternel , et une maison pour sa cour royale.
Page 77 - En 18'27, à Blois, les Drilles allèrent assiéger les gavots chez leur mère. Deux charpentiers furent tués, un menuisier eut plusieurs côtes enfoncées , un second reçut plusieurs coups de compas dans le ventre , un troisième plusieurs coups de sabre à la tête, car des soldats ivres s'étaient joints aux assaillants. Dans son roman intitulé : Le compagnon du tour de France...

Informations bibliographiques