La république, ou Dialogue sur la justice, Volume 1

Couverture
Humblot, 1765
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 93 - Oui. — Mais on ne communique à un autre ce qu'on a, pour en recevoir ce qu'on n'a pas, que parce qu'on croit y trouver son avantage ? — Sans doute.
Page 75 - Le juste , tel que je l'ai dépeint , sera fouetté , torturé, mis aux fers, on lui -brûlera les yeux: enfin , après lui avoir fait souffrir tous les maux, on le mettra en croix, et par là on lui fera sentir qu'il ne faut pas s'embarrasser d'être juste, mais de le paraître.
Page 76 - Avec la réputation d'honnête homme, il a toute autorité dans l'État; il s'allie, lui et ses enfants, aux meilleures familles; il forme toutes les liaisons qu'il lui plaît. Outre cela , il tire avantage de tout, parce que le crime ne l'effraye point. A quelque chose qu'il prétende, soit en public, soit en particulier, il l'emporte sur tous ses concurrents ; il s'enrichit, fait du bien à ses amis, du mal à ses ennemis, offre aux dieux des sacrifices et des présents magnifiques, et se concilie...
Page 40 - ... est plus avantageuse que la justice. Tu le comprendras encore mieux, si tu considères l'injustice parvenue à son comble, dont l'effet est de rendre très-heureux celui qui la commet, et très-malheureux ceux qui en sont les victimes, et qui ne veulent pas repousser l'injustice par l'injustice. Je parle de la tyrannie, qui ne met point en œuvre la fraude et la violence, à dessein de s'emparer peu à peu , et comme en détail, du bien d'autrui , mais qui, ne respectant ni le sacré ni le profane,...
Page 80 - ... leur persuadent que s'ils ont commis quelque péché, eux ou leurs ancêtres, ce péché peut être expié par des sacrifices et des enchantements, par des fêtes et des jeux, en vertu du pouvoir que les dieux ont donné aux ministres de la religion. Que si quelqu'un a un ennemi auquel il veut nuire , homme de bien ou méchant, peu importe , il peut à peu de frais lui faire du mal ; qu'ils ont certains secrets pour lier le pouvoir des dieux , et en disposer à leur gré. Ils confirment tout...
Page 192 - J'en conviens. Mais puisque j'ai commencé, écoute le reste. Vous êtes tous frères, leur dirais-je: mais le dieu qui vous a formés a fait entrer l'or dans la composition de ceux d'entre vous qui sont propres à gouverner les autres. Aussi sont-ils les plus précieux. Il a mêlé l'argent dans la formation des guerriers, le fer et l'airain dans celle des laboureurs et des autres artisans.
Page 15 - Et le jufte , en quelle occafion , & en quoi peut-il faire du bien à fes amis , & du mal à fes ennemis ? Polém.
Page 74 - ... assez hardi et assez puissant , soit par lui-même, soit par ses amis, pour emporter par la force ce qu'il ne pourra obtenir autrement. >) Mettons à présent vis-à-vis de lui l'homme de bien, dont le caractère est la franchise et la simplicité, et qui, comme dit Eschyle : Est plus jaloux d'être bon que de le paraître i.
Page 52 - Il ne faut pas que je me rebute dans cet examen , tandis que j'aurai lieu de croire que vous parlez férieufement ; .car il me paroît , Thrafymaque , que ce n'eft point une raillerie de votre part , & que vous penfez comme vous dites.
Page 69 - C'est pourquoi , après que les hommes eurent essayé des deux, et se furent nui longtemps les uns aux autres, les plus faibles, ne pouvant éviter les attaques des plus forts, ni les attaquer à leur tour, jugèrent qu'il était de l'intérêt commun d'empêcher qu'on ne fit et qu'on ne reçût aucun dommage.

Informations bibliographiques