Les grandes chroniques de France: selon que elles sont conservées en l'église de Saint-Denis en France. Publiées par M. Paulin Paris, Volume 5

Couverture
Paulin Paris
Techener, 1837
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 441 - En celuy an, le roy envoia son ainsné fils Jehan, duc de Normendie, en Gascoigne, contre le conte Derbi pour luy résister et pour garder le droit du roy, lequel conte y estoit venu à grant armée, de par le roy d'Angleterre. Mais avant que le duc de Normendie peust venir en Gascoigne, ledit conte Derbi prist la ville et le chastel de Bergerac, là où estoit, de par le roy de France, monseigneur Aymart de Poitiers, conte de Valentinois, qui fu ilec occis.
Page 400 - De ce que vous cuidiez avoir les » Flamens en aide, nous cuidons estre certains que les » bonnes gens et les communes du pays se porteront en » telle manière envers nostre cousin , le conte de Flandres
Page 205 - Charles devant dit ; vraiement approuvees furent prises, et du commandement du roy qui lors estoit à Maubuisson, en diverses prisons mises les deux (c'est assavoir : Marguerite et Blanche du tout en tout par essil et en Chartres perpetuels mises et encloses, au chastel de Gaillart en Normendie furent detenues et emprisonnees, et ilec à morir...
Page 329 - Je pourrais citer bien d'autres textes où le consentement du vassal au lien social qui doit se former entre son suzerain et lui est aussi formellement exprimé. Ainsi avait passé dans la hiérarchie...
Page 2 - ... s'en apercevaient, il leur donnerait matière d'assaillir. Pour cette chose, il fit la meilleure chère et la plus liée à ceux qu'il rencontra; et vint aussi liéement en l'ost, comme si il venait à une noce et se hâta moult de venir à son frère; il le trouva tout chaud car son esprit était tout maintenant issu. Tout maintenant que il vit son frère deffiné, il se mit à genoux et pria Notre Seigneur que il eût l'âme de lui; et lui coururent les larmes des yeux. Adonc se pourpensa que...
Page 386 - et le flot de l'yaue , il vous tendront si court que vous » ne vous pourrés aidier. » — Adonc , respondit Nichole Beuchet que miex se saroit (1) meller d'un compte faire que de guerroier en mer : « Honnis soit qui se partira de » ci, car y ci les attendrons et prendrons notre aventure. » Tantost leur dit Barbevaire : « Seigneurs, puisque vous ne » voulez croire mon conseil, je ne me veulx mie perdre, je me » mettrai avecques mes quatre galies hors de ce trou (2).
Page 110 - Ais, si fist assembler les barons d'Alemaigne et leur monstra que le roy de France avoit grant partie de l'empire par devers luy , laquelle chose il ne pooit soufrir pour le serrement qu'il avoit à l'empire fait.
Page 462 - France, et mêmeraent ès nobles et en aucuns autres, c'est assavoir : en orgueil de seigneurie et en convoitise de richesses et en...
Page 190 - ... du tout en tout ne se veullent issir à reculons, laquelle chose est détestable à raconter. Et ainsi pour iceux...
Page 190 - Le diziéme est tel : Car encore faisoient-ils pis, car un enfant nouvel engendré d'un templier en une pucelle, estoit cuit et rosti au feu, et toute la gresse ostée ; et de celle estoit sacrée et ointe leur ydole.

Informations bibliographiques