Cours de philosophie hermétique ou d'alchimie

Couverture
Lacour & Maistrasse, 1843 - 215 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 171 - Et lorsque j'aurai couvert le ciel de nuages, mon arc paraîtra dans les nuées ; et je me souviendrai de l'alliance que...
Page 168 - Il attendit encore sept autres jours, et il envoya de nouveau la colombe hors de l'arche. Elle revint à lui sur le soir, portant dans son bec un rameau d'olivier, dont les feuilles étaient toutes vertes. Noé- reconnut donc que les eaux s'étaient retirées de dessus la terre. Il attendit néanmoins encore sept jours ; et il envoya la colombe, qui ne revint plus à lui.
Page 171 - Ame qui vit et anime la chair; et il n'y aura plus à l'avenir de déluge qui fasse périr dans ses eaux toute chair qui a vie.
Page 168 - Il envoya aussi une colombe sept jours après le corbeau, pour voir si les eaux avaient cessé de couvrir la terre. Mais la colombe n'ayant pu trouver où mettre le pied, parce que la terre était toute couverte d'eau, elle revint à lui, et Noé, étendant la main, la prit et la remit dans l'arche.
Page 3 - Philosophale, ou transmutations métalliques lequelles ont été cachées jusqu'à ce jour dans tous les écrits de philosophes-hermétiques ; suivies des explications de quelques articles des cinq premiers chapitres de la Genèse, par Moïse ; et de trois additions prouvant trois vies en l'homme, animal parfait ; Ouvrage nouveau, curieux et très...
Page 3 - Cours de Philosophie hermétique ou d'Alchimie en dix-neuf leçons, traitant de la théorie et de la pratique de cette science, ainsi que de plusieurs opérations indispensables pour parvenir à trouver et à faire la pierre philosophale ou transmutations métalliques, lesquelles ont été cachées jusqu'à ce jour dans tous les écrits des philosophes hermétiques; suivi des explications de quelques articles des cinq premiers chapitres de la Genèse par Moïse et de trois additions, prouvant trois...
Page 108 - En ce temps -là vous demanderez en mon nom , et je ne vous dis pas que je prierai mon Père pour vous; car mon Père luimême vous aime, parce que vous m'avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu. Je suis sorti de mon Père et je suis venu dans le monde : maintenant je quitte le monde et je retourne à mon Père.
Page 26 - Il est majestueux; sa peau est de la couleur de la flamme d'une bougie; ses pieds, ses genoux, ses cuisses, ses mollets sont si parfaits, que quoique j'en dise, je serai toujours au-dessous pour en pouvoir représenter la perfection. «Les ongles de ses pieds sont d'une beauté incomparable, le plus bel ivoire ne peut leur être comparé,...»; voyez la suite dans «les Excentriques»(1852) de Champfleury, pp.
Page 156 - Lorsque Dieu commença la création du ciel et de la terre, la terre était déserte et vide, et la ténèbre à la surface de l'abîme ; le souffle de Dieu planait à la surface des eaux, et Dieu dit : « Que la lumière soit !» Et la lumière fut Dieu vit que la lumière était bonne.
Page 168 - Mais la colombe n'ayant pu trouver où mettre le pied, parce que la terre était toute couverte d'eau, elle revint à lui, et Noé, étendant la main, la prit et la remit dans l'arche. Il attendit encore sept autres jours, et il envoya de nouveau la colombe hors de l'arche. Elle revint à lui sur le soir, portant dans son bec un rameau d'olivier, dont les feuilles étaient toutes vertes. Noé- reconnut donc que les eaux s'étaient retirées de dessus la terre. Il attendit néanmoins encore sept jours...

Informations bibliographiques