Bulletin du bibliophile: petite revue d'anciens livres

Couverture
Librairie Giraud-Badin., 1842
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 214 - J'en jouis, comme les avaricieux des trésors, pour savoir que j'en jouirai quand il me plaira; mon âme se rassasie et contente de ce droit de possession.
Page 333 - Les Cent nouvelles nouvelles. Suivent les cent nouvelles contenant les cent histoires nouveaux, qui sont moult plaisans à raconter, en toutes bonnes compagnies; par manière de joyeuseté (par Louis IX).
Page 85 - Français, non contents de nous avoir ravi tout ce que nous chérissions, vous avez encore corrompu nos mœurs ! le tableau actuel de ma patrie...
Page 85 - Toujours seul au milieu des hommes, je rentre pour rêver avec moi-même et me livrer à toute la vivacité de ma mélancolie.
Page 188 - Histoire critique de Nicolas Flamel et de Pernelle, sa femme, recueillie d'actes anciens qui justifient l'origine et la médiocrité de leur fortune contre les imputations des alchimistes.
Page 156 - Et autant pour mes officiers, Voire, par Dieu, plus de soixante, Sans les bagaiges et sommiers. Loger nous fauldra par quartiers. Se les hostelz sont trop petis Touteffoiz pour une vesprée En gré prendray, soit mieulx ou pis, L'ostellerie de Pensée.
Page 194 - Paris, en l'année 1614, et sur les advis donnez à Sa Majesté par les assemblées des notables tenues à Rouen en l'année 1617 et à Paris en l'année 1626; publiée en Parlement le 15 janvier 1629.
Page 452 - Essai sur l'appréciation de la fortune privée au moyen âge, relativement aux variations des valeurs monétaires et du pouvoir commercial de l'argent: suivi d'un examen critique des tables de prix du marc d'argent, depuis l'époque de saint Louis.
Page 89 - Anglois, et traduit nouvellement en françois, où il est prouvé par l'exemple de Moyse et par d'autres, tirés hors de l'Escriture, que tuer un tyran, titulo vel exercitio, n'est pas un meurtre.
Page 282 - Cortès avec l'Empereur Charles-Quint, sur la conquête du Mexique, traduite par M. le vicomte de Flavigny, lieutenant-colonel de dragons et chevalier de l'ordre royal et militaire de saint Louis.

Informations bibliographiques