L'antiquité dévoilée par ses usages: ou Examen critique des principales, opinions, cérémonies & institutions religieuses & politiques des différens peuples de la terre, Volume 1

Couverture
Chez Marc Michel Rey, 1766 - 412 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 73 - L'origine de ceux-ci est divine, et leur utilité répond à l'excellence de cette origine ; mais les autres , soufflant sur la face de la mer , font périr les navires et les nautonniers. Rien ne peut, garantir de leur rage ceux qui ont le malheur d'en être surpris ; ils se répandent avec une égale fureur Sur la terre où ils détruisent les ouvrages des hommes; et leurs tourbillons impétueux gâtent, renversent et corrompent tout. Typhon , dit-il ailleurs...
Page 91 - En effet on n'est accoutumé à considérer cet événement que comme une inondacion universelle qui seule a détruit le genre humain, sans qu'aucun autre fléau y ait eu part. Je ne m'arrêterai point ici à montrer la fausseté de ce préjugé; il est aisé de prouver que le feu n'a pas moins contribué que l'eau à la ruine de notre globe...
Page 3 - ... s'il a fouillé la terre, il n'ya trouvé que des débris accumulés et déplacés ; il a trouvé des amas immenses de coquilles au sommet des montagnes aujourd'hui les plus...
Page 38 - Selon toutes leurs traditions, c'étoit un jour de larmes et de terreurs : en effet, leur loi, sans en alléguer de motifs , leur enjoignoit de s'affliger dans cette fête ; encore aujourd'hui ils veillent toute la nuit dans leurs synagogues , revêtus pour la plupart de draps et d'habits mortuaires ; ils se frappent la poitrine, ils se donnent la discipline, et se pardonnent réciproquement les offenses comme s'ils étoient proches de la mort ou de la fin du monde...
Page 4 - En vain voudroit - on remonter plus haut et chercher un autre homme ; les révolutions physiques de la terre ont mis entre l'ancien et le nouveau genre humain un mur impénétrable ; l'homme qui a précédé ces réflexions , tel qu'il a été , n'est plus pour nous un être historique dont la position: Tome I. B puisse nous être connue ; c'est un être abstrait et aussi métaphisique que s'il n'eût jamais existé.
Page 98 - Athènes on chantoit des chansons lugubres dans lesquelles on rapportoit les avantures d'Erigone , vagabonde et réduite à la mendicité. En Egypte on ne se présentoir jamais aux temples pour y prier les dieux qu'avec quelques herbes sauvages à la main en mémoire des ancêtres qui n'avoient point eu d'autre nourriture. Dans les jours mêmes qui sembloient destinés...
Page iv - Il sentit alors que sa fin approchait; et en effet elle ne tarda pas à arriver : il mourut le 16 septembre 1759. J'ai été intimement lié avec lui. Il...
Page 201 - Saheb-Keran , c'est-à-dire maître d'une conjonction favorable (3). Mais si ces conjonctions furent favorables pour ces indignes conquérans , quels fléaux n'apportèrent elles pas aux nations] On a donc eu raison de donner à ces princes féroces les mêmes signes qu'au déluge qui avoit tout détruit .* ainsi en supposant qu'une conjonction soit un signe heureux , il n'est point décidé pour qui : à en juger d'après le principe du dogme qui sert de base à ces idées , ce ne peut-être que...
Page 4 - ... ,ou dans les eaux. Ces faits ignorés du vulgaire , mais connus actuellement de tous ceux qui observent la nature, forcent le physicien de reconnoître que toute la surface de notre globe a changé ; qu'elle a eu d'autres mers...
Page 190 - Thyphon qui avoit autrefois causé tant de malheurs , et devoit revenir un jour ea causer de nouveaux , étoit regardé comme l'auteur des éclipses; mais comme tous ces points de la théologie Egyptienne n'étoient point connus du vulgaire, on peut dire que le peuple d'Egypte, ainsi que tous ses contemporains, ignoroit le motif de ses terreurs (i). En général les anciens s'effrayoient des éclipses, comme Pline le dit des Grecs et' des Romains, sans trop sçavoir pourquoi (3).

Informations bibliographiques