Images de page
PDF
ePub

fpirituelles, & auec tout cela ne perdoit pas vne feule occafion du bien public exterieur qu'il ne fift,& n'executaft diligemment;& la Cour eftois plus belle, & plus floriffante qu'elle n'auoit iamais efté du temps de fes predeceffeurs. Faites donc ques hardiment ces exercices felon que ie vous les ay marquez, & Dieu vous donnera affez de loifir & de force pour faire refte de vos affaires ouys quand il devroit arrefter le Soleil, comme il fit du temps de Iofué. Nous faifons toûjours

ous, and Dieu trauaille auce

[ocr errors]

Le monde dira que ie fuppofe prefque par tout que ma. Philothée aye le don de l'Oraifon mentale, & que neanmoins chacun ne l'a pas: fi que cette Introduction ne feruisa pas pour tous. Il eft vray fans do ui'ay prefupposé cela, & eft vray encores que chacun n'a pas le don de l'Oraifon mentale: mais il eft vray auffi que prefque chacun le

te,

i

peut auoir, voire les plus groffiers pourueu qu'ils ayent des bons conducteurs, & qu'ils vueillent trauailler pour l'acquerir, autant que la chofe le merite. Et s'il s'en trouue qui n'ayent pas ce don en aucune Lorte de degré (ce que ie ne penfe pas pouuoir arriuer que fort rarement) le fage Pere fpirituel leut fera aisément fuppléer le deffaut par l'attention qu'il leur enfeignera d'auoir ou à lire, ou à oüyr lire les mefmes confiderations qui font mifes és Meditations.

Trois derniers & principaux aduisp

cette Introduction. CHAPITR XVIII.

s pour

la eft en

Efaites tous les premiers iours du

premiere Partie aprés la Meditation; & à tous momens proteftez de la vouloir obferuer, difant auec Dauid: Non iamais eternellement ie n'oublieray vos iuftifications, ó mon Dies: car en icelles vous m'auez vinifiée. Et quand vous fentirez quelque de

traquement en voftre ame, prenez voftre proteftation en main,& profternée en efprit d'humilité, profe. rez-la de tout voftre cœur, & vous trouuerez vn grand allegement.

Faites profeffion ouuerte de vouloir eftre deuote:ie ne dis pas d'eftre deuote; mais ie dis de le vouloir eftre: & n'ayez point de honte des actions communes & requifes qui nous conduisent à l'amour de Dieus aduoüez hardiment, que vous-vous effayez de mediter, que vous aymeriez mieux mourir que de pecher mortellement: que vous voulez frequenter les Sacremens, & fuiure les confeils de vostre Directeur (bien que fouuent il ne foit pas neceffaire de le nommer pour plufieurs raifons:) car cette franchise de confeffer qu'ont veut feruir Dieu, & qu'on s'eft confacré à son amour d'vne fpeciale affection, eft fort agreable à fa diuine Majefté, qui ne veut point que l'on ait hote de luy, ny de fa Croix Er puis elle coupe chemin à

beaucoup de femences que le monde voudroit faire au contraire, & nous oblige de reputation à la poursuite. Les Philofophes fe publioient pour Philofophes, afin qu'on les laiffaft viure Philofophiquement : & nous deuons nous faire connoire pour defireux de la deuotion, afin qu'on nous laiffe viare deuotement. Que fi quelqu'vn vous dit que l'on peut viure deuotement fans la pratique de ces aduis & exercices, ne le niez pas mais refpondez amiablement que voftre infirmité eft fi grande, qu'elle requier plus d'aide & de secours qu'il n'en faut pour les autres.

Enfin, tres chere Philothée, ie vous coniure par tout ce qui eft de facré au Ciel & en la terre, par le Baptefme, que vous auez receu, par les mammelles que Iefus-Chrift fucça, par le cœur charitable duquel il vous ayma, & par les entrailles de la mifericorde en laquelle vous ef erez; continuez, & perfeuerez ca

de bl

cette bien-heureufe entreprise de la vie deuote: nosiours s'écoulent, la mort eft à la porte. La trompette, dit faint Gregoire Nazianzene, fonne la retraite, qu'on chacun fe prepare: car Le jugement eft proche. La mere de faint Symphorian, voyant qu'on le conduifoit au martyre, crioit aprés luy, Mon fils, mon fils, fouuient toy de la vie eternelle regarde le Ciel, & confidere celuy lequel regne, la fin prochaine terminera bietoft la briefue courfe de cette vie. Ma Philothée, ie vous diray de mefme: Regardez le Ciel, & ne le quittez pas pour la terre ; regardez Enfer, ne vous y iettez pas pour les momens, regardez lefus-Chrift, ne le reniez pas pour le monde : & quand la peine de la vie deuote vous femblera dure, chantez aucc faint François,

[ocr errors]

A caufe des biens que j'attens,
Les travaux me font passe-temps.
VIVE IESVs, auquel auec le
Pere & le faint-Efprit foit honneur

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »