Bulletin des sciences mathématiques, physiques et chimiques, Volume 6

Couverture
Treuttel et Würtz, 1826
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 144 - A deux heures après midi, le vent se calma ; mais la nuée couvrait déjà les montagnes voisines, et commençait à intercepter la lumière du soleil ; sa couleur, d'abord d'un rouge pâle, devint ensuite d'un rouge de feu. La ville fut alors plongée dans des ténèbres si épaisses, que, vers les quatre heures , on fut obligé d'allumer des chandelles dans l'intérieur des maisons. Le peuple, effrayé et par l'obscurité et par la couleur de la...
Page 87 - L'Académie a jugé qu'il était important d'appeler l'attention des géomètres et des astronomes sur la théorie des perturbations des comètes, afin de donner lieu à un nouvel examen des méthodes connues, et à deux applications principales dont les élémens sont très-différens, et qui offrent Tune et l'autre beaucoup d'intérêt.
Page 151 - Zinken vient de faire une observation analogue , en examinant des scories d'un haut fourneau situé à Magdesprung. M. Karsten qui, de son côté , a aussi reconnu ces mêmes cristaux de titane dans les scories de plusieurs forges d'Allemagne, a rappelé de plus que Grigon les avait déjà signalés en i757 ; mais on les prenait à cette époque pour des pyrites de fer.
Page 181 - ... l'amplitude qui pourra être aussi grande qu'on voudra. Les forces qui produisent l'aimantation de la plaque , immobile ou en mouvement , sont le magnétisme terrestre et l'action des pôles de l'aiguille• sur lesquels elle réagit; mais , dans le cas d'une plaque très-étendue , comme celle que j'ai considérée , l'influence de la première cause sera peu considérable ; c'est pourquoi cette réaction de la plaque est sensiblement proportionnelle au carré de...
Page 207 - Ainsi , pour une même décharge , une plaque mince et une plaque épaisse peuvent produire des effets contraires , et il ya une certaine épaisseur dont l'effet est nul. 2°. Les aiguilles posées sur la plaque , entre cette plaque et le fil : pour de très-faibles décharges , elle augmente leur aimantation , et d'autant plus qu'elle est plus épaisse. Il ya telle décharge pour laquelle une plaque épaisse l'augmente et une plaque mince la diminue. Pour des décharges plus fortes , l'une et l'autre...
Page 180 - Si la plaque horizontale est immobile, son action diminue les amplitudes successives de la boussole et de l'aiguille d'inclinaison en influant beaucoup moins sur la durée de leurs oscillations; ce qui s'accorde avec l'expérience. Dans ce cas, les diminutions d'amplitude des deux aiguilles sont des quantités du même ordre, et peuvent se déduire l'une de l'autre; ce qui n'a pas lieu dans le cas du mouvement à l'égard de leurs déviations , qui dépendent de quantités d'un ordre différent,...
Page 58 - Mémoire sur l'action exercée par un circuit électrodynamique, formant une courbe plane dont les dimensions sont considérées comme infiniment petites ; sur la manière d'y ramener celle d'un circuit fermé, qu'elles qu'en soient la forme et la grandeur ; sur deux nouveaux instruments destinés à des expériences propres à rendre plus directe et à vérifier la détermination de la valeur de l'action mutuelle de deux éléments de conducteurs; sur l'identité des forces produites par des circuits...
Page 322 - On sait que chaque corps d'une forme donnée est susceptiblede se diviser en parties vibrantes, dont le, nombre va toujours croissant suivant une certaine loi , en sorte que chaque corps ne peut produire qu'une série déterminée de sons qui deviennent d'autant plus aigus , que le nombre des parties vibrantes est plus considérable. Cependant l'auteur a démontré que, quand deux ou plusieurs corps sont en contact et qu'ils sont ébranlés lun par l'autre, ils produisent le même nombre de vibrations....
Page 256 - Ac>de hydriodique , réactif du platine ; M. Pleischl 253 Réaction de l'eau sur le soufre; M. Bischof 255 Substance qui s'enflamme au contact de l'eau ib. PARIS — IMPRIMERIE DE FAIN , RUE RACINE, N°.
Page 311 - On suppose que la surface de chaque aile d'un moulin mu par la force du vent, est engendrée par une ligne droite mobile qui s'appuie toujours d'une part, à angles droits sur une droite fixe donnée de position , et de l'autre , sur une courbe plane dont le plan est parallèle à la droite fixe. On demande quelle doit être la courbe directrice pour que l'impulsion du courant d'air sur les ailes du moulin, produise le maximum...

Informations bibliographiques