De la democratie en Amérique, Partie 1,Volumes 2 à 3

Couverture
Société Belge de Librairie, 1837
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

De la démocratie en Amérique, tome 2

Avis d'utilisateur  - stcyr04 - Babelio

De la démocratie en Amérique, tome 2 par Alexis de Tocqueville Après une première partie légérement fastidieuse et néanmoins intéressante Tocqueville dans la deuxième partie (plus philosophique ... Consulter l'avis complet

Un livre étonnant sur l'Amérique écrit en 1835

Avis d'utilisateur  - Jules - CritiquesLibres.com

À la lecture de ce livre, nous pourrions croire qu'Alexis de Tocqueville a reçu au berceau un solide don de devin. En fait, il s'est contenté d'observer les Américains, leurs origines et leurs ... Consulter l'avis complet

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 253 - A l'opinion publique? c'est elle qui forme la majorité; au corps législatif? il représente la majorité et lui obéit aveuglément; au pouvoir exécutif? il est nommé par la majorité et lui sert d'instrument passif; à la force publique? la force publique n'est autre chose que la majorité sous les armes; au jury? le jury, c'est la majorité revêtue du droit de prononcer des arrêts : les juges eux-mêmes, dans certains États, sont élus par la majorité. Quelque inique ou déraisonnable que...
Page 44 - De pourvoir à ce que la milice soit organisée, armée et disciplinée, et de disposer de cette partie de la milice qui peut se trouver employée...
Page 308 - Russe avec l'épée du soldat. Pour atteindre son but, le premier s'en repose sur l'intérêt personnel, et laisse agir sans les diriger la force et la raison des individus. Le second concentre en quelque sorte dans un homme toute la puissance de la société.
Page 259 - ... s'élevait glorieuse au-dessus de lui ; mais dans les républiques démocratiques, ce n'est point ainsi que procède la tyrannie ; elle laisse le corps et va droit à l'âme. Le maître n'y dit plus : Vous penserez comme moi, ou vous mourrez; il dit : Vous êtes libres de ne point penser ainsi que moi ; votre vie, vos biens, tout vous reste; mais de ce jour vous êtes un étranger parmi nous.
Page 307 - ... aujourd'hui sur la terre deux grands peuples qui, partis de points différents, semblent s'avancer vers le même but ; ce sont les Russes et les Anglo-Américains. « Tous deux ont grandi dans l'obscurité, et tandis que les regards des hommes étaient occupés ailleurs, ils se sont placés tout à coup au premier rang des nations, et le monde a appris presque en même temps leur naissance et leur grandeur.
Page 54 - États-Unis consistera uniquement à prendre les armes contre eux ou à se réunir à leurs ennemis en leur donnant aide et secours. Aucune personne ne sera convaincue de trahison, si ce n'est sur le témoignage de deux témoins déposant sur le même acte patent, ou lorsqu'elle se sera reconnue coupable devant la cour.
Page 253 - Ce que je reproche le plus au gouvernement démocratique, tel qu'on l'a organisé aux États-Unis, ce n'est pas, comme beaucoup de gens le prétendent en Europe, sa faiblesse, mais au contraire sa force irrésistible. Et ce qui me répugne le plus en Amérique, ce n'est pas l'extrême liberté qui y règne, c'est le peu de garantie qu'on y trouve contre la tyrannie.
Page 59 - Le congrès ne pourra faire aucune loi relative à l'établissement d'une religion , ou pour en prohiber une; il ne pourra pas non plus restreindre la liberté de la parole ou de la presse , ni attaquer le droit qu'a le peuple de s'assembler paisiblement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour obtenir le redressement de ses griefs.
Page 37 - L'énumération pour l'époque actuelle sera faite trois ans après la première réunion du congrès des États-Unis, et ensuite de dix ans en dix ans, d'après le mode qui sera réglé par une loi. Le nombre des représentants n'excédera pas celui d'un par trente mille habitants; mais chaque Etat aura au moins un représentant. Jusqu'à ce que...
Page 126 - Il ne jette sur l'autorité sociale qu'un regard défiant et inquiet et n'en appelle à son pouvoir que quand il ne peut s'en passer. Ceci commence à s'apercevoir dès l'école, où les enfants se soumettent jusque dans leurs jeux à des règles qu'ils ont établies et punissent entre eux des délits par eux-mêmes définis. « Le même esprit se retrouve dans tous les actes de la vie sociale : un embarras survient...

Informations bibliographiques