Le roman en vers de très-excellent, puissant et noble homme Girart de Rossillon, jadis duc de Bourgoigne: pub. pour la première fois d'après les manuscrits de Paris, de Sens et de Troyes, avec de nombreuses notes philologiques et neuf dessins dont six chromolithographiés

Couverture
M. Mignard (Thomas Joachim Alexandre Prosper)
J. Techener, 1858 - 458 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 448 - Les clercs où a (qui ont) sapience, disait-il, on ne peut trop honorer, et tant que sapience sera honorée en ce royaume, il continuera à prospérité, mais quand déboutée y sera, il décherra ». Charles V a réuni une magnifique « librairie », point de départ des grandes collections royales.
Page 444 - Après que mille ans seront accomplis, Satan sera délié, et il sortira de sa prison, et il séduira les nations qui sont aux quatre coins du monde, Gog et Magog, et il les assemblera pour combattre ; leur nombre égalera celui du sable de la mer.
Page 450 - J'aime les sciences, •» chacune d'elles est une belle application partielle de l'esprit » humain ; MAIS LES LETTRES , C'EST L'ESPRIT HUMAIN LUI» MÊME. » » Belle et profonde parole, Messieurs 1 Je n'en sais guère qui soit plus digne de ce grand esprit qui savait pénétrer d'un regard si prompt dans le vif des choses ; et la rappeler en ce lieu est le plus noble hommage que je puisse rendre...
Page xix - C'EST LA BRANCHE COME RfiNART [l22 a] MENJA SON PROVOIRE. Fous est qui croit sa foie pense ; moût remaint de ce que foux pense. 14168 Fox est qui croit foie espérance, que toz li monz est en balance. Fortune se jeue del mont : li un vienent, li autre vont, 14172 l'un en fait povre, l'autre riche, l'un met en bien, l'autre en la briche.
Page 1 - C'est le début même du poème : La chouse qui plus fait toute gent resjoïr, C'est des diz et des faiz des bons parler oïr. Li bon bien les entendent et meilleur en deviennent, Li malvais en amendent ; maint autre bien en viennent. Cependant il ne serait pas exact de dire que Wauquelin a voulu dissimuler constamment les emprunts qu'il a faits au roman versifié.
Page 13 - Quatre fers de cheval a ses mains estandoit, Cheval et chevalier tout armez pourfandoit, Noblement se tenoit en robes, en atour, Et tendoit a ses mains une arbalète a tour'.
Page 75 - Fel ou feil signifie feuille de papier. C'est la partie pour le tout, car le sens est celui-ci : 0 mon livre , vous devez raconter formellement les merveilles de ses armes. (6) Fait rouges de sang.
Page xiii - Encore dit moult chouses qu'il baille pour notoires Que, selonc le latin, je ne trove pas voires ; Et pour ce au latin me vuil du tout aordre, Quar en plusieurs mostiers le lisent la gent d'ordre, Cilz qui ne m'en croira a...
Page 58 - Sire, pour Dieu, vuilliés user de bon consoil ; Nous sommes seul et seul ; nulz fors nous non saura ; Se non faites ainssin, grand doleurci haura. Sire, soveigne vos vos de Caton en romant, Qui disoit à son fils : je te prie et commant Que vuilles la paroule de ta femme suffrir, Se tu vois qu'en ton preu se doie parouffrir. Aucunes fois li femme ont bon conseil doné A cez qu'à eles croire se sont abandoné...
Page 434 - ... d'honneurs et de récompenses, les envoyant chercher jusqu'en Grèce et en Asie, pour en enrichir la France.

Informations bibliographiques