La Sainte Bible vengée des attaques de l'incrédulité: et justifiée de tout reproche de contradiction avec la raison, avec les monumens de l'histoire, des sciences et des arts : avec la physique, la géologie, la chronologie, la géographie, l'astronomie , etc, Volume 2

Couverture
Lacroix-Gauthier, 1837
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 364 - Les hommes ont banni la divinité d'entre eux; ils l'ont reléguée dans un sanctuaire, les murs d'un temple bornent sa vue, elle n'existe point au delà. Insensés que vous êtes, détruisez ces enceintes qui rétrécissent vos idées; élargissez Dieu, voyezle partout où il est, ou dites qu'il n'est point.
Page 206 - Mais nous remplirons nos vœux en sacrifiant à la reine du ciel, et en lui offrant des oblations comme nous avons fait, nous et nos pères, nos rois et nos princes, dans les villes de Juda et dans les places de Jérusalem ; car alors nous avons été rassasiés de pain, et nous étions heureux, et nous n'avons pas vu le mal.
Page 111 - Les incrédules donnent un sens faux et absurde aux passages qu'ils allèguent ; le feu allumé dans le temple de Jérusalem a pu être nommé le foyer de Dieu non pas parce que Dieu venait s'y chauffer et y cuire ses viandes, mais parce qu'il était allumé par l'ordre de Dieu, et pour consumer les sacrifices que Dieu avait prescrits. L'autel était la table du Seigneur non pas parce qu'il venait y manger, mais parce qu'on y brûlait ce qui lui était offert.
Page 99 - le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de « toutes tes forces, et de tout ton esprit, et ton prochain comme
Page 54 - Chez les Orientaux l'on a nommé mages ceux qui paraissaient avoir des connaissances supérieures à celles du vulgaire , et magie l'étude de la nature et de la religion ; dans quelques cantons de la Suisse le peuple appelle encore mages les médecins empiriques auxquels il attribue des secrets particuliers pour guérir les maladies. Chez les païens , dont l'imagination était frappée d'une multitude d'esprits , de génies, de démons ou de dieux répandus dans toute la nature, qui en animaient...
Page 60 - Les pères en général s'attachèrent avec raison à décrier cet art funeste. Sans entrer dans des discussions philosophiques, plusieurs attribuèrent au démon les prétendus miracles dont les païens se vantaient -, c'était la voie la plus courte et la plus sage de terminer la contestation. Le pouvoir des démons est attesté par l'Ecriture sainte, quoique leur commerce avec les magiciens ne le soit pas.
Page 116 - Terre-Promise; il a permis que le temple fût détruit , et aucune puissance humaine n'a pu le reconstruire ; il a rendu impossible le rétablissement de la république juive. Sa constitution dépendoit essentiellement des généalogies; or, celles des juifs sont tellement confondues , leur sang est tellement mêlé, qu'aucun juif ne peut montrer de quelle tribu il est; aucun ne peut prouver qu'il descend de Lévi , et qu'il a droit au sacerdoce ; le Messie même, que les juifs attendent, ne pourrait...
Page 38 - Elle est percée de vingt-quatre trous qu'on compte aisément ; chaque trou a un pied de longueur et un pouce de largeur. La face plate du rocher contient douze de ces trous, et la ronde qui lui est opposée en a autant ; ils sont placés horizontalement à deux pieds du bord supérieur du rocher , et ne sont éloignés les uns des autres que de quelques travers de doigt; peu s'en faut qu'ils ne soient rangés sur la même ligne.
Page 162 - Rome par un décret du sénat (i) , et le préteur M. Pomponius chargé de veiller à ce qu'il n'en restât aucun dans la ville. Pourquoi ? parce qu'on les regardait, disent les his...
Page 488 - C'est un monument précieux de l'ancienne philosophie des Orientaux. Job y discute avec ses amis une question très-importante ; savoir , si Dieu, sans injustice , peut affliger les justes ; Job soutient qu'il le peut, et en donne les mêmes raisons que nous alléguons encore aux détracteurs de la Providence. Il pose pour principe , 1° que les desseins de Dieu sont impénétrables, qu'il est le maitre absolu de ses bienfaits, qu'il peut les accorder ou les refuser à qui il lui plait , sans qu'on...

Informations bibliographiques