Mont-blanc: conquête de l'imaginaire

Couverture
Dans la collection fabuleuse de gravures, lithographies, peintures, dessins rassemblée par le Chamoniard Paul Payot (1912-1977), le " royaume du Mont-Blanc " mire à l'infini le spectacle changeant de ses splendeurs. Cet ouvrage, fruit de dix ans de recherches, propose un choix de plus de quatre cents œuvres dues au talent d'artistes des XVIIIe et XIXe siècles. " Portrait " après " portrait ", le Mont-Blanc se découvre sous les masques inconnus, nouveaux et fascinants dont l'imaginaire des pionniers du " voyage aux glacières " l'a paré. " Sublime " ou " horrible ", séducteur ou redouté, " paradis terrestre " ou repaire de démons, le Mont-Blanc obsède et enchante. Qu'il éblouisse ou qu'il terrifie, il reste toujours magique. L'homme rêve la montagne ? Sans doute. Mais la montagne sécrète le rêve, insufflant aux crayons et pinceaux la féerie bleutée des glaces, le " romantisme " hérissé des pics, le charme des pastorales verdoyantes... Paul Guichonnet, Philippe Joutard, Hugues Lebailly, Marie-Christine Vellozzi et Marie-Thérèse Vercken, en présentant et commentant ces gravures, content l'étrange roman de ce qu'on a pu appeler l'invention du Mont-Blanc, la métamorphose du mont Maudit (comme le baptisent les documents les plus anciens) ignoré des indigènes, mal situé par une cartographie incertaine, desservi par l'arrondi bon enfant de sa coupole sommitale, en ce mont Blanc tardivement reconnu souverain, follement courtisé ensuite aux dépens de l'Oberland bernois et des glaciers suisses qu'il a éclipsés, et tout auréolé de légende.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques