Images de page
PDF
ePub

je demande si bientôt, grâce à la langue vivante dans laquelle cette adresse est rédigée, cette oraison ne paraîtra pas - ce qu'elle est, le comble du ridicule: c'est tout ce que l'on veut, hors une prière. Le mystère en est banni, et, avec le mystère, cette forme même qui imprime dans les cæurs les sentiments que Chateaubriand reconnaît dans la supplication catholique, s'exprimant dans une langue à jamais consacrée, parce qu'elle est fixée et ne saurait plus désormais varier.

FIN DE L'ESPRIT DE M. DE MAISTRE.

TABLE DES MATIÈRES

[ocr errors]

L'ESPRIT DE M. DE MAISTRE.

CHAPITRE PREMIER.

Religion.

CHAPITRE II.

POLITIQUE.

I. De la liberté et de la charte. — II. Caractère satanique de la Ré-

volution française. - III. C'est une époque du monde. IV. Le
plus grand des châtiments nationaux. – V. Des instruments révo.
lutionnaires.- VI. Mort de Louis XVI.— VII. La guerre. – VIII. Des
Constitutions politiques. - IX. Caractère du législateur. X. Des
assemblées. — XI. Roi et peuple. — XII. Les Papes.

XIJI. Despo-
tisme et gouvernement absolu. — XIV. Services rendus par la Pa-

-

[blocks in formation]
[blocks in formation]
[blocks in formation]

CHAPITRE VI.

PhilosOPHES ET Sophistes.

I. Aristote. — JI. Ignorance profonde de Bacon. III. Chez lui l'erreur

est systématique. — IV. Dangers des doctrines de Bacon.— V. Dis-
tance qu'il y a entre les vrais philosophes et Bacon. - VI. Esprit
faux de Bacon. – VII. Un mot de Sénèque. — VIII. Orgueil insensé de
Bacon. – IX. Il est l'apôtre du matérialisme. - X. Son école ramène
les hommes au paganisme. -- XI. Origine de la réputation de Bacon.
- XII. Sa philosophie est une aberration continue. XIII. Locke et
ses doctrines. XIV. Puissance désastreuse des principes de Locke.

- XV. J.-J. Rousseau et ses erreurs. XVI. Son Émile et ses
autres ouvrages.

30s

Notes du chapitre VI,

326

« PrécédentContinuer »