Œuvres complètes, Volume 17 ;Volume 8461

Couverture
Calmann Lévy, 1875
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 27 - ... leur séparation arrive sous cette forme que nous appelons la mort, l'ange, assez puissant pour se dégager de son enveloppe, demeure et commence sa vraie vie. Les individualités infinies qui différencient les hommes ne peuvent s'expliquer que par cette double existence ; elles la font comprendre et la démontrent. En...
Page 64 - Le secret des différentes zones morales dans lesquelles transite l'homme se trouvera dans l'analyse de l'animalité tout entière. L'animalité n'a, jusqu'à présent, été considérée que par rapport à ses différences, et non dans ses similitudes; dans ses apparences organiques, et non dans ses facultés.
Page 153 - Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu et la mer n'était plus.
Page 3 - ... chaque peuple, des êtres inconnus dont le souvenir est en nous. Qui nous expliquera philosophiquement la transition de la sensation à la pensée, de la pensée au verbe, du verbe à son expression hiéroglyphique, des hiéroglyphes à l'alphabet, de l'alphabet à l'éloquence écrite, dont la beauté réside dans une suite d'images classées par les rhéteurs, et qui sont comme les hiéroglyphes de la pensée?
Page 585 - ... de parade , elles sont en présence de femmes dont les yeux et la langue sont également redoutables. Elles aiment, non pas la bonne, mais la jolie chère : sucer des écrevisses, gober des cailles au gratin, tortiller l'aile d'un coq de bruyère , et commencer par un morceau de poisson bien frais relevé par une de ces sauces qui font la gloire de la cuisine française. La France règne par le goût en tout : le dessin , les modes , etc. La sauce est le triomphe du goût , en cuisine. Donc ,...
Page 505 - Cette opinion nous semble une autre erreur. Les écrivains du dix-huitième siècle ont sans doute rendu d'immenses services aux Sociétés; mais leur philosophie, basée sur le sensualisme, n'est pas allée plus loin que l'épiderme humain.
Page 53 - ... lui-même, pour les y étudier dans leur essence. Les bénéfices de cette magnifique période , accomplie chez les autres hommes après de longues études seulement , échurent donc à Lambert pendant son enfance corporelle, enfance heureuse, enfance colorée par les studieuses félicités du poète. Le terme où arrivent la plupart des cerveaux fut le point d'où le sien devait partir un jour à la recherche de quelques nouveaux mondes d'intelligence.
Page 266 - Un homme n'a jamais pu élever sa maîtressa jusqu'à lui; mais une femme place toujours son amant aussi haut qu'elle. « Je puis faire des princes, et vous ne ferez jamais que des bâtards ! » est une réponse étincelante de vérité. Si l'amour est la première des passions, c'est qu'elle les flatte toutes ensemble. On aime en raison du plus ou du moins de cordes que les doigts de notre belle maîtresse attaquent dans notre cœur.
Page 96 - Le monde des idées se divise en trois sphères : celle de l'instinct, celle des abstractions, celle de la spécialité.
Page 349 - Arrière la civilisation! arrière la pensée!... voilà votre cri. Vous devez avoir horreur de l'instruction chez les femmes , par cette raison , si bien sentie en Espagne, qu'il est plus facile de gouverner un peuple d'idiots qu'un peuple de savants. Une nation abrutie est heureuse : si elle n'a pas le sentiment de la liberté, elle n'en a ni les inquiétudes ni les orages ; elle...

Informations bibliographiques