Histoire naturelle: t.1-14: Quadrupèdes (Buffon; 1799)

Couverture
P. Didot l'ainé ... et Firmin Didot, 1799
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 275 - ... mauvais traitements, il les subit, les oublie ou ne s'en souvient que pour s'attacher davantage: loin de s'irriter ou de fuir, il s'expose de luimême à de nouvelles épreuves : il lèche cette main, instrument de douleur, qui vient de le frapper; il ne lui oppose que la plainte, et la désarme enfin par la patience et la soumission.
Page 326 - ... demeurer éloignés jusqu'à ce qu'on les rappelle. Ils prennent aisément des habitudes de société, mais jamais des mœurs : ils n'ont que l'apparence de l'attachement; on le voit à leurs mouvements obliques, à leurs yeux équivoques; ils ne regardent jamais en face la personne aimée ; soit défiance ou fausseté, ils prennent des détours pour en approcher, pour chercher des caresses auxquelles ils ne sont sensibles que pour le plaisir qu'elles leur font. Bien différent de cet animal...
Page 275 - ... colère, même féroce et sanguinaire, rend le chien sauvage redoutable à tous les animaux, et cède, dans le chien domestique, aux sentiments les plus doux, au plaisir de s'attacher et au désir de plaire ; il vient en rampant mettre aux pieds de son maître son courage, sa force, ses talents ; il attend ses ordres pour en faire usage ; il le consulte, il l'interroge, il le supplie ; un coup...
Page 275 - Un naturel ardent, colère, même féroce et sanguinaire, rend le chien sauvage redoutable à tous les animaux, et cède, dans le chien domestique, aux sentiments les plus doux, au plaisir de s'attacher et au désir de plaire ; il vient en rampant mettre aux pieds de son maître son courage, sa force, ses talents ; il attend ses ordres pour en faire usage ; il le consulte, il l'interroge, il le supplie...
Page 275 - ... l'appelle par ses gémissements ; le seul qui , dans un voyage long qu'il n'aura fait qu'une fois , se souvienne du chemin et retrouve la route ; le seul enfin dont les talents naturels soient évidents et l'éducation toujours heureuse.
Page 7 - LA plus noble conquête que l'homme ait jamais faite, est celle de ce fier et fougueux animal, qui partage avec lui les fatigues de la guerre et la gloire des combats...
Page 5 - ... les minéraux en général; il ne peut rien sur les espèces, il ne peut que sur les individus: car les espèces en général et la matière en bloc appartiennent à la nature, ou plutôt la constituent ; tout se passe , se suit, se succède, se renouvelle et se meut par une puissance irrésistible...
Page 87 - Hollande sont fort bon* pour le carrosse , et ce sont ceux dont on se sert le plus communément en France. Les meilleurs viennent de la province de Frise; il y en a aussi de fort bons dans le pays de Bergues et de Juliers. Les chevaux flamands sont fort...
Page 225 - ... y suppléer. La chèvre fournit du lait comme la brebis , et même en plus grande abondance ; elle donne aussi du suif en quantité : son poil , quoique plus rude que la laine , sert à faire de très-bonnes étoffes : sa peau vaut mieux que celle du mouton : la chair du chevreau approche assez de celle de l'agneau, etc.
Page 276 - ... on doit le rapporter : et comme il se renouvelle tous les ans, et que, servant de nourriture à l'homme , il est de toutes les plantes celle qu'il a le plus travaillée , il est aussi de toutes celle dont la nature est le plus altérée. L'homme peut donc...

Informations bibliographiques