Images de page
PDF
ePub

fante; c'est ce qu'ont éprouvé entre autres parmi les anciens , Coríuccio, Malpighi & Olivier Serres ; c'est à-peuprès le jugement qu'en porterent , il y a quelques années , les Fabriquans du Dauphiné à qui feu Mr. le Nain avoit envoyé de cette foie filée à Poitier : ils difoient dans leur rapport que »i quoique la foie de cette eípéce rut «moins fine, moins legére & moins brillante que l'autre ; elle étoit d'une v> bonne nature , aisée au dévidage, »5 qu'elle avoit beaucoup de ressort & » qu'enfin elle étoit propre pour tou9í tes les étoffes façonnées.

Avec cela , le mûrier noir a un grand avantage sur le blanc ( je parle du blanc greffe ) c'est de durer beaucoup plus: j'en ai vu quelquesuns dans notre voisinage qui jouiílent d'une vieilleflc faine &. paílàblement vigoureuse & j'ai de bonnes raisons de croire qu'ils font du commencement du regne de Charles IX, c'est-à-dire, qu'ils font âçés d'environ deux cents ans: {b) ceux des hautes Cévenes , où cette

Un Citoyen respectable , mort il y a

[ocr errors]

espécc est encore la plus commune , font à-peu-près de cet âge. Mais en revanche le mûrier noir est plus longtems à venir ; on le multiplie plus difficilement de greffe & de semence; il donne moins de feuille; en la cueillant , on s'écorche les mains à la longue , si l'on n'a des gants & enfin elle poufledixà douze jours plus tard que celle du mûrier blanc. Da C'est fans doute pour ces raisons , Wanc? qu'on a préféré depuis long-tems ce dernier à l'autre. Quoique le mûrier blanc soit de courte durée èc sujet à une maladie qui en détruit beaucoup de bonne-heure ; fa feuille est cependant plus tendre, plus abondante, plus hâtive, & l'arbre vient beaucoup plutôt au moyen de la greffe. On ne plante aujourd'hui &. on ne cultive,

plus de quarante ans , âgé de quatre-vingt quatre > à qui ces arbres appartenoient, diíbit qu'ils lut avoient toujours paru aussi vieux qu'ils l'étoient alors , quelques années avant fa mort , & il ajoutoit que son pere , qui avoir poussé aussi loin que le fils fa carrière, lui avoir dit ne les avoir jamais vû planter. I

pour en jouir de bonne-heure , que cette seule espéce.

Parmi les variétés des feuilles duy»r^ís mûrier blanc t on distingue celle ap- rier pellée Colomba , la Romaine & Y EsbUnepagnole.

La feuille de Colomba est plus mince , plus liílè, plus féche & trois ou quatre fois plus petite que les deux autres. Quelques Magnaguiers n'appliquent le nom de Colomba qu'à la variété, dont les mûres font blanches; d'autres le donnent à toutes les petites feuilles de mûrier blanc & Franc ; soit que le fruit en soit blanc, ou noir, ou gris , c'est-à-dire, légérement purpurin.

La feuille Romaine est la plus large de toutes & la plus plaine de sucs; mais elle n'est telle , que dans la jeuneíse de l'arbre, planté dans un fonds gras , & bien cultivé ; elle rentre dans la variété précédente , quand l'arbre est vieux & dans un terrein aride. Sa consistance & fa couleur est pareille d'ailleurs au petit Colomba.

La feuille Espagnole est plus forte ,

& d'un verd plus foncé que les deux précédentes; elle est moins large 6C plus dure que la Romaine plus tendre &c plus large que la feuille noire ^ à laquelle elle reflemble le plus.

II est aisé de conelurre de cc que nous avons dit sur les deux espéces de feuille, que quand on n'en a que de celle du mûrier noir, on peút en toute sûreté s'en tenir là & en nourrir les Vers à foie. Mais s'il s'agit d'en planter de nouveaux > il faut préférer les blancs aux noirs , pour les raisons que nous avons rapportées , auxquelles on pourroit en ajouter bien d'autres.

Mais, quel parti doivent prendre , par rapport à l'éducation de leurs 5u Vers, ceux dont la provision contient dë à la fois les deux .espéces ? Peuvent-ils 'donner de l'une &. de l'autre indifféremment à leur bétail ? Les Préceptes des anciens s'y opposent formellement le changement de feuille, disent plusieurs Auteurs après Vida, (c) cause

[c) Est bicolor Morus, Bombix vesçamr utrâque ,

[ocr errors]

"ttux Vers à fole des maladies & la mort. Les Magnaguiers imbus de cette tradition , & instruits encore plus par les facheux accidens qui ont suivi ce changement de feuille , substituée l'une à rautre , sont très en garde là-deílus; ils ne donnent de la feuille noire à leurs Vers , qui feroient déjà accoutumés à celle du mûrier blanc; qu'au défaut de celle-ci ; &. ils ne la donnent qu'au sort de l'appétit de la grande freze & jamais deux repas de suite; avec ces ménagemens , ils profitent peu-à-peu leur feuille noire 3 fans aucun fâcheux accident.

Je voulus eílàyer si ce changement cle feuille produiroit les effets qui le Font craindre : je donnai de la noire, & deux repas de suite t à des Vers du cinquiéme âge qui n'avoient jamais mangé que de la blanche ; & je nc pus pas découvrir qu'ils s'en trouvassent plus mal. Ce n'est pourtant pas i

Urraque grata illi : cui verò aílûem '-• * - eamdem?

--, Nigta albens que fuat , nullo discrimine amabit.

[graphic]
« PrécédentContinuer »