Images de page
PDF
ePub

à surmonter dans l'exposition & dans la construction de l'attelier qu'on lui destine : parce qu'on ne peut parer aux inconvéniens qui résultent d'une mauvaise exposition, ou d'une construction mal-entendue, que par beaucoup d'habileté & une vigilance & des attentions continuelles : au lieu qu'avec une médiocre capacité &. des foins ordinaires on a des succès , lorsqu'on est aidé d'un bon attelier. <

J'en ai vû quelqu'un de cette espéce , où les Vers à foie ont réuísi constamment sous différens Magnaguiers, qui avoient échoué ailleurs; quoique leurs couvées 6c le commencement de l'éducation euflent été faites selon les régles de l'art.

Lorsqu'on est le maître de choisir DeiVxl'emplacement pour un attelier , on pd°esi,TM" doit chercher de mettre le bétail qui"i«r. doit l'habitcr, à l'abri d'un air , ou stagnant, ou humide & de la chaleur du Soleil ou de l'Athmosphère. On évite pour cet effet:

i°. Les fonds, les valons & les plaines peu ouvertes .• les exhalaisons qui s'en élevent y croupi ílànt, l'air retienc plus long-tcms ses maavaises qualités, que sur les élévations plus exposées aux Vents.

i°. On s'éloigne autant qu'on le peut , des Etangs , des Marais , des Rivières dont le cours est lent & tranquille , & qui rendent l'air très humide , par les brouillards qui y séjournent. Le voifinage des Bois , des Forêts , n'est pas moins à craindre , par les vapeurs qui s'en exhalent dans les tems calmes & couverts , où les Végétaux transpirent plus abondamment; il n'est guere possible de réussir dans ces endroits , qu'en faisant de bons-feux & même de Ja flammey fi le brouillard se présente &L en bouchant en mêmetems à l'air extérieur toutes les avenues qui seroient par côté.

3°. II faut enfin éviter les expositions trop chaudes, telles que celle du pié d'un rocher, ou d'une Colline tournée au Couchant, ou au Midi : la chaleur réfléchie fait de ces endroits tout autant de fournaises , où les Vers à foieont peine à tenir.

Quelques Auteurs ajoutent à ces pré«autions celle d'éloigner de l'attelier les bruits incommodes des serruriers, des Tambours , des Cloches & jusqu'à celui du chant des coqs : mais ce sont de ces observances vaines qui n'ont aucun fondement & que les gens sensés méprisent; les Vers à foie ne paroiílènt pas du tout susceptibles de pareilles impressions dans aucun tems; pas même à la montée> comme nous le prouverons ailleurs.

Les expoíitions les plus heureuses font celles du haut d'une bute, d'une Tertre, d'une Colline, où l'air est plus frais , plus sec , & plus agité, 8c les brouillards moins fréquens ; le moindre souffle les dissipe & les empêche de nuire. Heureux les Magnaguiers qui habitent les Montagnes! leur bétail y est communément robuste & exempt de maladies; la fraîcheur Sc la salubrité de l'air remédient aux inattentions, à bien des fautes qu'on peut commettre , & à ce qu'il peut y avoir de défectueux dans la construction de leur attelier.

«lie»" Ceux qu'on se propose de bâtir i cons neuf, peuvent l'être fur des plans , des neuf, dimensions , & des desseins différens: si c'est un quarré-long , comme il est plus ordinaire , il est mieux de diriger les deux bouts , où sont les murs de pignon, du Midy au Nord & de faire une maçonnerie épaiílè pour se garantir d'avantage de la chaleur , principalement du côté du Couchant à moins qu'il ne soit ombragé par quelque bâtiment voisin.

On doit ordinairement s'interdire toute ouverture de ce côté & n'en pratiquer , si tant est qu'il le faille , que dans les autres expositions. Je ne blâme point l'usage où l'on est de faire des fenêtres, qui percent du Midy au Nord,< & même sur le mur de face au Levant on feroit très-bien cependant de s'en tenir à celles qui sont absolument néceílaires pour donner du jour aux ouvriers , lorsque , pour éviter une petite dépense , on ne veut pas travailler aux lumieres , & il voudroit encore mieux faire cette dépense & retrancher entierement les fenêtres ,

O)

ou au moins tenir toujours le petit nombre qu'on y laiílè bien fermé pendant la saison des Vers on se rend plus maître de leur donner une température convenable, lorsqu'il y a quelque chose à appréhender de celle du dehors , & dans des expositions défavorables: on se garantit mieux encore par ce moyen , des vents toujours incommodes t souvent nuiíibles, lorsqu'ils viennent de côté & qu'ils font ou brûlans , ou humides: les ouvertures, dont je parlerai dans peu, qu'on laiílè au haut &c au bas du bâtiment ; suppléent à tout & sont préférables à tous égards.

Venons à la distribution intérieu- . re de l'atteher; elle consiste en un bu«oa rez-de-chaussée & un seul étage di- îieare. visé en une grande 6c une petite piéce. Le rez-de-chaussée doit servir de magasin t ou d'entrepôt de la feuille, dans les derniers âges [ où il en faut une bonne provision ] pour l'y tenir fraîchement & l'empêcher de se flétrir; il n'y faut d'autres ouvertures par les côtés que celle de la porte tournée au

« PrécédentContinuer »