Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts, Volume 21

Couverture
Fuchs, 1782
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 99 - Mais d'od viendroit cet air dans une matiere auffi ardente , & à quel point n'y feroit-il pas raréfié & affoibli , s'il y avoit été enveloppé ? Comme les bornes que je me fuis prefcrites , ne me permettent pas de me beaucoup étendre fur un fujet qui n'a aucun rapport avec l'ouvrage que je commente , on ne trouvera pas mauvais que je renvoie à ceux qui ont écrit fur cette matiere. (34) [ U
Page 64 - ... ont befoin de friction pour exercer leur faculté attractive , au lieu que la féconde ne devient électrique , qu'après avoir été mife fur de la braife , & pofsède, outre la faculté attra3ive , aufli la répuljîve, Lebafa!tec(t\inc pierre fùfible, martiale , non-électrique , qui écume beaucoup en fondant.
Page 265 - ... est de huit livres de laine. Cet animal a le poitrail fort large, la croupe assez fine, la queue fort courte, et on ne lui voit presque point de cou ; mais la tête est plus grosse que celle des nôtres. 'Il fuit ordinairement dès qu'il aperçoit quelqu'un, et il ne faut qu'un chien pour faire prendre le galop à un troupeau entier. Il a l'odorat fin ; et pour l'approcher sans qu'il s'en aperçoive , d'assez près pour le tirer, il faut prendre le dessous du vent ; mais quand il est blessé...
Page 270 - ... et on nourrissoit ces animaux depuis trois ans, lorsque M. Pallas les vit à Irkoutzk,, au printems de 1772. Les vaches venoient de produire pour la première fois chacune un veau femelle, dont l'un avoit le bout de la queue blanc, quoiqu'il n'y eût aucune trace de cette couleur dans les adultes ; d'ailleurs ces veaux étoient couverts d'un poil crépu , rude et noir , semblable à la toison d'un chien barbet. Trois mois après leur naissance , il leur venoit déjà de longs crins à la barbe,...
Page 158 - ... j ait été avant moi, & que je n'ai trouvé ni traces , ni inscription , ni rien enfin qui indique que la partie de cette Grotte nouvellement découverte,, ait été autrefois connue.
Page 265 - Canada ( c'eft du bifon qu'il eft queftion ) eft plus grand que le nôtre ; il a les cor» nés baffes, noires & courtes, une grande barbe de crins (ur le mufeau , & autant » fur la tête , d'où elle lui tombe fur les yeux , ce qui lui donne un air hideux. Il a fur » le dos une bofTe qui commence fur les hanches , & va en augmentant jufques futjes » épaules. La première côte de devant eft plus haute d'une coudée que les autres au...
Page 273 - Pallas que l'on se sert indifféremment du nom de ghdinouk et de sarlik pour désigner la grande et la petite variété , la première étant la race originaire du Thibet, et l'autre ayant perdu de sa grandeur primitive par l'influence du climat , moins convenable dans la Mongolie : ce n'est que par accident qu'on leur trouve quelquefois la queue ou quel qu'autre partie du corps rase et dénuée de poil. L'on ne peut s'empêcher de convenir qu'il règne encore quelqu'obscurité dans l'histoire des...
Page 417 - ... bien qu'aux lapins, dans les garennes champêtres & domeftiques. 2°. La hauteur à laquelle il s'élève, qui égale quelquefois celle d'un homme d'une taille médiocre ; le grand nombre de tiges que porte chaque plant , qui va jufqu'à vingt-cinq Se trente dès la troifième année ; la fertilité avec laquelle il fe ramifie, jufqu'à produire des touffes de feuillages de plus d'une...
Page 72 - Naturelle , n'a point effuyé de coup de marteau^ dont les traces feroient fenfibles dans un métal auflî mou que le cuivre. Sa pointe de même, telle que dans les clous neufs, ne porte aucune marque qui indique que la pièce ait déjà fervi Je n'entreprends pas d'expliquer par quel accident ou par quelle révolution ces clous ont été dépofés où on les a trouvés. J'obferve feulement qu'en pefant bien toutes les circonftances relatives à celui qui étoit entré entre deux lits de pierre,...
Page 224 - monts s'élèvent & fe divifent en diverfes chaînes , dont les directions » différentes annoncent le combat des eaux. Ici, les courans font marqués » par de longues & profondes vallées ; c'étoit une- mer irritée qui baignoit » leurs hauteurs & leurs précipices.

Informations bibliographiques