Journal helvétique: ou, Annales littéraires et politiques de l'Europe et principalement de la Suisse

Couverture
la Société Typographique, 1771
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 139 - Ce peuple-ci me représente le peuple gaulois : il en a la stature, la force, le courage, la fierté, la douceur et la liberté. Il n'ya pas plus d'hommes à proportion qu'en Lorraine. Le pays en lui-même est moins bon, mais la terre y est cultivée par des mains libres. Les hommes sèment pour eux, et ne recueillent pas pour d'autres. Les chevaux ne voient pas les quatre cinquièmes de leur avoine mangés par les rois. Les rois n'en sont pas plus gras, et les chevaux ici le sont bien davantage....
Page 38 - LE mouvement est un effort par lequel un corps change, ou tend à changer de place, c'està-dire à correspondre successivement à différentes parties de l'espace, ou bien à changer de distance relativement à d'autres corps.
Page 422 - Dorval place son fou à la seconde case de son roi. Moi... échec; oui, et je prends le pion. Dorval... at-il pris mon fou, Dorval? Oui, il a pris mon fou , et moi... double échec avec le cavalier. Parbleu ! Dorval a perdu sa dame. Il joue son roi ; je prends sa dame. Ce coquin , avec son roi, a pris mon cavalier. Mais tant pis pour lui ; le voilà dans mes filets ; le voilà engagé avec son roi. Voilà ma dame; oui, la voilà; échec et mat; c'est clair ; échec et mat, cela est gagné...
Page 141 - Je trouve que, quelque chose que vous me demandiez, vous ne sauriez me demander trop. Et moi , monsieur , quelque peu que vous me donniez , je ne trouverai point que ce soit trop peu; je vous prie de n'avoir de ce côté-là aucune honte , et de compter pour beaucoup les bons traitemens que j'ai reçus de vous , dont je suis plus content que je ne le serai de quelque argent que je reçoive.
Page 143 - ... d'entendre raisonner un Français; mais, malgré l'attention et l'applaudissement de tout le monde , j'ai vu que, pour parvenir à une certaine supériorité, les livres valent mieux que les chevaux. Dans peu de jours , je verrai Voltaire, dont Haller n'est pas assez jaloux; et , par échelons, après avoir été de Haller à Voltaire, j'irai de Voltaire à vous.
Page 142 - Monsieur, lui dis-je, souffrez que je vous représente que c'est trop pour un ouvrage de cinq heures au plus, fait en aussi bonne compagnie que la vôtre, permettez que je vous en remette les deux tiers, et qu'en échange, je donne à madame votre portrait en pur don. Le pauvre homme et la pauvre femme tombèrent des nues. J'ai ajouté beaucoup de choses honnêtes ; et je m'en suis allé, emportant leurs bénédictions, et leurs douze livres que je leur rendrai à mon départ.
Page 140 - Le pays en lui-même eft moins bon ; nu is la terre y eft cultivée par des mains libres. Les hommes fement pour eux, & ne recueillent pas pour d'autres; les chevaux ne voient pas les quatre cinquiemes de leur avoine mangés par les Rois: les Rois n'en font pas plus gras , & les chevaux ici le font bien davantage. Les payfans font grands & forts ; les payfannes font fortes & belles. Je remarque que par-tout où il ya de grands hommes , il ya...
Page 142 - Monfieur, lui dis-je, fouflrez que je vous repréfente que c'eft trop pour un ouvraga de cinq heures au plus , fait en auffi bonne compagnie que la vôtre ; permettez que je vous en remette les deux tiers , & qu'en échange , je donne à Madame votre portrait en pur don. Le pauvre homme & la pauvre femme tomberent des nues: j'ai ajouté beaucoup de chofes honnêtes, & je m'en fuis allé emportant leurs bénédi&ions & leurs douze livres , que le leur rendrai à mon départ.
Page 142 - Livres. Monfieur , lui dis-je > fouffrez que je vous repréfente que c'eft trop pour un ouvrage de cinq heures au plus , fait...
Page 403 - ... contraire, n'ayant que le petit nombre d'idées relatives, d'une part, à la société la plus simple et la plus bornée, de l'autre, à des besoins réduits au plus petit nombre possible, aurait eu à créer, pour ainsi dire, dans un esprit aussi paresseux que son corps, un monde d'idées premières, avant que de pouvoir parvenir à leur adapter les mots de notre langue qui les expriment.

Informations bibliographiques