Voyage au Sénégal fait dans les années 1785 et 1786

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 294 - Ils savent en général que leur pays en contient beaucoup, et qu'à proportion que le sol est plus sec et plus stérile, il produit plus d'or. Ils grattent la terre indifféremment dans toutes sortes de lieux ; et quand le hasard leur fait rencontrer une certaine quantité de métal, ils continuent de travailler dans le même endroit jusqu'à ce qu'ils le voient diminuer ou disparaître entièrement. Alors ils tournent leur travail d'un autre côté. Ils sont persuadés que l'or est un être malin...
Page 294 - ... parti : ensuite ils vont chercher plus de bonheur dans un autre lieu. Si la mine est fort riche, et que, sans beaucoup de travail, ils soient satisfaits du produit, ils s'y arrêtent, et creusent quelquefois jusqu'à six, sept ou huit pieds de profondeur. Mais ils ne vont pas plus loin ; non qu'ils craignent que le métal vienne à manquer, car ils déclarent au contraire que plus ils pénètrent, plus ils le trouvent en abondance ; mais parce qu'ils ignorent la manière de faire des échelles,...
Page 73 - ... vainqueur qu'il avait osé menacer. Il se présenta étendu sur la terre devant son généreux ennemi, qui, au lieu de le percer de sa lance, comme il est d'usage en pareil cas , le regarda d'un air de pitié, et lui dit : « Si j'étais à votre place , que feriez-vous de moi ? — Je vous tuerais, répondit Almamy avec beaucoup de fermeté, et je sais que c'est le sort qui m'attend! — Non , répondit...
Page 41 - Lorsque les nègres des bords de la Gambie commencèrent à traiter avec les Européens , la chose dont ils faisaient le plus de cas était le fer, parce qu'il leur servait à fabriquer des Instrumens de guerre et de labour. Le fer devint la valeur...
Page 93 - Plusieurs d'entr'eux m'ont souvent dit : « Contemple cet astre qui est inconnu dans ton pays. Pendant la nuit, vous n'êtes point éclairés comme nous par cette lumière qui règle nos jours et nos jeûnes. Ses enfants qui peuplent la voûte céleste 37 nous indiquent les heures de nos prières.
Page 85 - Chaque Tribu est divisée en hordes, et chaque horde campe dans les cantons les plus propres à fournir des pâturages pour la nourriture des bestiaux ; de manière que jamais une Tribu entière n'est réunie.
Page 119 - On ne pèse point la gomme, on la met dans une mesure cube appelée quantar ou quintal, d'une grandeur dont on est convenu avec les Maures, et dont les Européens ont soin d'augmenter la capacité toutes les fois qu'ils en trouvent l'occasion 2.
Page 149 - ... bien pendant leur vie, et qu'on leur accorde même une sorte de considération ; mais on s'en venge après leur mort par les plus grands affronts. Leur corps est ordinairement attaché à une branche d'arbre. Au Sénégal cependant , où le peuple est plus civilisé et plus humain, ils sont enterrés...
Page 106 - Tels sont les meubles qui distinguent le riche d'avec le pauvre. Leurs troupeaux, qui font toute leur richesse, consistent en deux ou trois chevaux, plusieurs chameaux, quelques brebis et quelques chèvres. Les moins fortunés n'ont que des chèvres et des brebis. Le premier de tous leurs devoirs, celui qu'ils observent le plus scrupuleusement, est la prière. Il y en a plusieurs : la première commence toujours avant le lever du soleil. Le Talbe, remarquable par sa longue barbe, une pièce d'étoffe...
Page 192 - Alors il a recours au mombo-jombo , dont l'interposition est toujours décisive. Cet étrange magistrat , qu'on suppose être le m'ari lui-même , ou quelqu'un instruit par lui , se déguise sous l'habit dont je viens de parler ; et armé d'une baguette , signe de son autorité, il annonce son arrivée en faisant des cris épouvantables dans les bois qui sont auprès de la ville. C'est toujours le soir qu'il . fait entendre ses cris ; et dès qu'il...