La Roumanie, ou histoire, langue, littérature, orographie, statistique des peuples de la langue d'or: Ardialiens, Vallaques et Moldaves résumés sous le nom de Romans, Volume 1

Couverture
1844
1 Commentaire
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 341 - D'où le glacé Danube est voisin de la Thrace. Plus bas que la Hongrie, en une froide part, Est un seigneur nommé le marquis de Ronsart, Riche d'or et de gens, de villes et de terre. Un de ses fils...
Page 302 - Jésus-Christ, mais pour l'empire et la religion des chrétiens, Sa Majesté Impériale et Royale ne s'est pas refusée à recevoir notre province sous sa protection et à nous reconnaître pour son vassal ; elle a daigné même nous secourir généreusement et...
Page 303 - ... considérables de la Transylvanie et d'autres lieux. Pareillement, si notre présence était nécessaire en Transylvanie ou dans les pays voisins, nous nous engageons à nous y rendre en personne au premier appel de Sa Majesté ou de l'archiduc, moyennant payement de nos troupes par le trésor impérial. Les canons, la poudre, les boulets et autres instruments de guerre nous seront fournis par Sa Majesté Impériale ou en son nom par le sérénissime Maximilien.
Page 302 - Royale, nous nous mettons sous sa protection perpétuelle, nous ainsi que notre province, et lui prêtons serment comme à notre suzerain. Comme nous avons imploré le secours et le patronage de Sa Majesté Impériale , et que nous nous sommes décidé...
Page 217 - Seigneur, permettezmoi de vous servir de taupinière ; » et posant le pied d'Etienne sur son épaule, il l'aida à se mettre en selle. « Taupinière, lui dit Etienne en montant, je ferai de toi une colline. » En effet, après la victoire il l'appela auprès de lui à Suciava, et en présence de toute sa cour : « Purice , lui dit-il, tu m'as servi de taupinière; je t'appelle Movila (colline), et tu ne porteras plus d'autre nom; tu m'as donne ton cheval , je te gratifie de cinq domaines; tu m'as...
Page 107 - A la mort du titulaire , la famille n'héritait pas ; les biens retournaient à l'Etat ; 3° le duc était élu par la nation; 4° les fils du souverain n'héritaient point des titres de leur père ; 5° toutes les charges étaient à la nomination du duc ; 6° un conseil de douze vieillards aidait le souverain de sa sagesse...
Page 187 - ... ils ne pourront emmener avec eux aucun serviteur valaque. Il est interdit aux musulmans de construire aucune mosquée sur le territoire de la principauté. Certes, dit Vaillant (1), les conditions de ce traité sont telles qu'il y aurait progrès d'en pouvoir jouir aujourd'hui; malheureusement tout ce qu'elles veulent conserver disparaît, et la Valachie est perdue. La protection musulmane sera toujours impuissante; bientôt le voïvode devenu pacha aura moins besoin de soldats que d'esclaves;...
Page 38 - Il leur fallait donc des laboureurs et des pâtres, et ils durent s'estimer heureux d'en trouver dans les colons. Ainsi les colons restèrent dans leur intérêt, et il était de l'intérêt des barbares de les conserver; ainsi ils purent vivre ensemble sans se mêler, tels qu'aujourd'hui les chrétiens et les Turcs, et le...
Page 227 - ... emparer. Il a déjà subjugué la plus grande partie de la Hongrie ; la Crimée , qui n'avait encore reconnu aucun maître étranger, il se l'est attachée en y introduisant le culte mahométan; la Bessarabie a été le théâtre de ses succès, et les Valaques, qui sont chrétiens comme nous, ont du reconnaître sa suzeraineté.
Page 107 - L'assemblée du peuple était convoquée dans les moments difficiles. « 8° Le pays était divisé en juridictions et la justice administrée par des jupons. « 9° Tous les enfants avaient un droit égal à la succession de leur père ; mais les frères étaient tenus de se gêner s'il le fallait pour établir les sœurs selon leur rang. « 10° La noblesse était personnelle et viagère. « 11° Étaient nobles tout mos'nag et tout mos'nan.

Informations bibliographiques