Mercure de France

Couverture
1770
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 147 - Les Auteurs ne mettront point leurs noms à -leurs Ouvrages, mais feulement une devife ou fentence , à leur choix. Ils la répéteront dans un billet cacheté, qui contiendra leur nom & leur adrefle.
Page 133 - Molière est de tous ceux qui ont jamais écrit , celui qui a le mieux observé l'homme sans annoncer qu'il l'observait; et même il a plus l'air de le savoir par cœur, que de l'avoir étudié. Quand on lit ses pièces avec réflexion, ce n'est pas de l'auteur qu'on est étonné , c'est de soimême.
Page 137 - ... moins le besoin de l'esprit ; c'est le naturel qui distingue le plus les grands écrivains , parce qu'un des caractères du génie est de produire sans effort ; c'est le naturel qui a mis La Fontaine, qui n'inventa rien , à côté des génies inventeurs ; enfin c'est le naturel qui fait que les Lettres d'une mère à sa fille sont quelque chose , et que celles de Balzac , de Voiture , et la déclamation et l'affectation en tout genre, sont, comme dit Sosie, rien ou peu de chose.
Page 89 - ... diftingue diverfes fortes de dîmes , & on en découvre l'origine. Dans le cinquième on donne des preuves que la dîme a été donnée aux monaftères dès les premiers tcms. Les autres articles roulent fur des points curieux & intéreilans. 8. Hijloire littéraire de la Congrégation de S.
Page 43 - ... il n'a vu en vous , depuis fon enfance , qu'un maître inflexible , un tyran impérieux , chez qui les plus petites fautes étoient punies avec une rigueur qui ne pouvoit augmenter pour les plus grandes ; il s'eft accoutumé à vous craindre & à vous détefter : devenu plus grand...
Page 146 - Le fecond prix , également fondé par M. le duc de Tallard , eft deftiné à une diflertation Irttéraire.
Page 137 - Molière sont à peu près les seules que l'on aime à relire. Plus on connaît Molière, plus on l'aime ; plus on étudie Molière, plus on l'admire. Après l'avoir blâmé sur quelques articles, on finit par être de son avis : c'est qu'alors on en sait davantage.
Page 134 - Quel chefd'œuvre que cette dernière pièce! chaque scène est une situation, et l'on a entendu dire à un avare de bonne foi, qu'il y avait beaucoup à profiter dans cet ouvrage, et qu'on en pouvait tirer d'excellents principes d'économie.
Page 40 - C'eft pour ma fille feule que j'implore vos bontés , ou , pour mieux dire , votre amour fraternel : vous la retirerez du couvent , Vous la recevrez chez vous , vous lui donnerez dans votre cœur la place dont mon malheureux fils s'eft rendu Îî indigne.
Page 99 - Nollet, de l'Académie royale des sciences & de la Société royale de Londres, & ¡Maître de physique de .Monseigneur le Dauphin. Tome quatrième. A Paris, chez les frères Guerin, rue Saint Jacques, visà-vis les Mathurins, 1748. Second extrait," Mémoires de Trévoux, (Februar)- I749), 241-52.

Informations bibliographiques