Légendaire d'Autun, ou Vies des saints et autres pieux personnages des diocèses d'Autun, de Chalon et de macon, disposées selon l'ordre du calendrier, Volume 2

Couverture
J. Lecoffre, 1850
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 476 - ... trop avant dans son royaume , et , ne pouvant refuser, après le concile , une entrevue vivement sollicitée , il accepta le rendez-vous proposé dans l'abbaye de Cluny , où le roi fit attendre quinze jours le pape. Le moine Guillaume de Nangis raconte cette illustre conférence en des termes dont nous conservons la traduction naïve : « Et furent avec lui (le roi), ses trois frères et madame Blanche , la reine , leur mère. Mais comme glorieusement il y alla , environné de sa gent , ne fait...
Page 165 - L'abbé de la maison-mère remettait solennellement une croix entre les mains de celui qui devait être revêtu de la dignité abbatiale; puis, le nouvel abbé, sortant de l'église avec la croix et suivi de ses douze religieux, prenait congé de ses frères, et entonnait en partant une grave psalmodie. « Lors donc, dit la Chronique de Cîteaux,
Page 452 - St.-Julien de Tours, de Sarlat en Périgord , de Roman-Moûtier dans le pays de Vaud. De cette première période de prosélytisme et de progrès date une innovation fondamentale et qui fait époque dans l'histoire des ordres monastiques. Odon , comme on l'a remarqué avant nous , conçut et réalisa le premier la pensée d'adjoindre à son abbaye , sous son autorité abbatiale et comme autant de dépendances , les communautés nouvelles qu'il érigeait et celles dont il parvenait à réformer l'obser...
Page 530 - ... mais assez noble dans sa popularité ; un art parfait d'exciter et de soutenir l'attention du peuple, qui ne se lassait jamais de l'entendre; des apologues ingénieux, attachants et quelquefois sublimes ; le secret merveilleux d'égayer pieusement ses auditeurs et de les faire pleurer à volonté ; l'accent de l'indulgence mêlé aux cris déchirants d'une...
Page 106 - ... du froment, du vin, de l'huile, de la chaux , des pierres et autres matériaux pour les ouvriers ! Rien ne les arrête , ni monts , ni vaux , ni même les rivières ; ils les traversent comme autrefois le peuple de Dieu. Mais la merveille est que ces troupes innombrables marchent sans désordre et sans bruit Leurs voix ne se font entendre qu'au signal donné ; alors ils chantent des cantiques ou implorent merci pour leurs péchés...
Page 477 - L'an du Seigneur 1245, à la fête du bienheureux André , Apôtre , le seigneur pape Innocent IV a célébré la messe à Cluny , dans la grande église , au grand autel ; et furent avec lui douze cardinaux , à savoir : le seigneur Egidius d'Espagne, le seigneur Jean de Tolède, le seigneur Otton , le seigneur évêque de Sabine...
Page 27 - Léodégar est agenouillé au milieu du presbyterium ; deux évéques tiennent, suspendu sur sa tôle, l'évangéliaire avec son voile rouge, symbole du sang divin répandu par le Pasteur suprême ; neuf autres évoques , 'au nom des neuf chœurs des anges , touchent l'élu de la main , debout devant lui, comme des sacrificateurs autour d'une victime : le ciel s'ouvre, l'esprit de force et d'amour descend comme sur les premiers apôtres , et investit de son ombre vivifiante l'athlète destiné à...
Page 478 - Constantinople avec toute sa cour; le fils du roi d'Aragon avec tous ses gens; le fils du roi de Castille avec tous ses gens; et beaucoup d'autres chevaliers, clercs et religieux, que nous passons sous silence. Et cependant, malgré, ces innombrables hôtes , jamais les moines ne se dérangèrent de leur dortoir, de leur réfectoire , de leur chapitre , de leur infirmerie , de leur cuisine, de leur cellier, ni d'aucun des lieux réputés conventuels.
Page 105 - TH 14 partie; et nul n'y était admis, s'il ne s'était, par une humble confession, réconcilié avec Dieu, et si , en même temps , il ne faisait vœu d'obéir au supérieur de la congrégation , et d'assister, selon les règles de la charité , les frères malades. Rien n'était plus édifiant que la discipline religieuse qui coordonnait ensemble la multitude des travailleurs. Ils marchaient, bannière déployée, par monts et par vaux, sous la conduite d'un prêtre, et1 se mouvaient tous ensemble...
Page 391 - ... adjuge en trois lots, le magnifique ouvrage de saint Hugues. Les nefs, les piliers, se divisent, se comptent, se décomposent, pour qu'il puisse arriver des enchérisseurs. Pour un peu plus de cent mille livres, on débite en détail une basilique chrétienne, dont les dimensions ne le cèdent qu'à Saint-Pierre de Rome. Et pour que rien ne manque à ces profanations impies, à cet...

Informations bibliographiques