Images de page
PDF
ePub

de l'homme (UK) pour aller porter ces paroles de paix devant le trône éblouissant de l'Ancien des jours l'or piny::«Vous n'a» vez point voulu de victimes, ni d'oblation, mais vous m'avez , formé un corps ; et vous n'avez point agréé les holocaustes et » les sacrifices pour le péché; alors j'ai dit : Me voici!',

[ocr errors]

CHAPITRE J. DU PÉCHÉ ORIGINEL SELON LA SYNAGOGUR.
Le péché originel appelé souillure. – Venin du serpent. Satan appelé
Sammaël, - le tentateur, – l'Ange de la mort, - chien, - l'ennemi.

De sa chûte. — Cause de sa rébellion, - Souille la première femme.
Caïn fils du serpent.

Lilit compagne de Sammaël. — Elle séduit Adam. – Transmission du péché originel. – Mort corporelle et mort spirituelle. - Suite du péché originel. - Ingénieuse parabole sur la solidarité de l'âme et du corps.

La Synagogue a toujours enseigné que le péché d'Adam et d'Eve s'attacha à toute leur postérité, laquelle était contenue virtuellement dans leur personne. Cette doctrine se transmettait ordinairement sous le mythe suivant :

« A l'heure où le serpent s'insinua dans l'intimité d'Éve, il »jeta en elle une souillure qui infecte ses enfans *. » Tels sont les propres termes du Talmud.

Dans le Zohar et les autres livres cabbalistiques il est fré

ודבור בלי דמות וכלי צורה לראשיתן אין חקר ולאחריתן אין תכלית :

1

Saadia sur le livre Yetsira, chap. I. mischna 9.

11. « Israël est racheté par le Verbe de Jehovah, '99890903. Yon. b.H. sur Isaïe. XLV. 17.

III. « Convertissez-vous à mon Verbe, inpiph. Le même, ibid. v. 22.

IV. Et je les racheterai par le Verbe de Jéhova, leur Dieu, » Paraphrase du même sur Osée. I. ?.

et : Daniel VII, 9, 13. Et antiquus dierum sedit : thronus ejus flammæ ignis. Et ecce cum nubibus cæli quasi filius hominis veniebat, et usque ad antiquum dierum pervenit. 3 Ps. XXXIX, 9. Hebr. X, 5, 6.

4 Nous verrons plus loin, page 19, que Lilit , compagne du serpent, ou plutôt du démon Sammaël, rendit à Adam le même mauvais service.

5 Traité schabbat,,fol. 146, recto; traité yebamot, fol. 103, verso; traité haboda-zara, fol. 29, v.

4 בשעה שבא נחש על חוה הטיל כח זוהמא ומההוא זוהמא וכו' )

[ocr errors]

quemment question de cette souillure ; comme, « la souillure
que le
serpent a jetée en

Ève
Rabbi Elazar enseigne : « A l'heure où le serpent jeta cette
>>souillure-en Eve, elle s'en imprégna '. »

Rabbi Yehuda enseignait : « Lors du premier péché trois fu» rent mis en jugement et condamnés ; et le monde inférieur (le » monde sublunaire) a été maudit et n'a plus pu se soutenir, à » cause de la souillure du serpent *. »

Quelquefois les rabbins appellent le péché originel venin, ou tout à la fois venin et souillure.

Rabbi Abraham Sebang, dans son commentaire allégorique du Pentateuque, intitulé T séror-Hammôr, dit :

Sammaël, c'est le serpent qui a jeté en Ève le tenin et la » souillure 4.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

*11n2 una huko KPM11 Zohar, 1re part. col. 135. - Il est bon d'avertir que la pagination des différentes éditions du Zohar n'est

pas

uniforme comme celle de toutes les éditions du Talmud. On distingue deux paginations de cet ouvrage cabbalistique. Cellc appelée communément du grand Zohar, suivie dans les éditions de Crémone et de Lublin, in-fol. ; et celle appelée du petit Zohar, suivie dans les éditions de Mantoue, in-4, et les diverses réimpressions d'Amsterdam, toutes in-8. L'une et l'autre est indiquée en marge dans l'édition de Sultzbach, 1684, in-folio. La pagination du grand-Zohar est double, car elle numérote les folios et les colonnes dont deux composent une page. C'est cette dernière indication, celle des colonnes, que suivent ordinairement les commentateurs du Zohar, et les auteurs qui le citent.

La meilleure et la plus complète édition du Zohar est celle d'Amsterdam, 1772, 3 vol. in-8, donnée par le savant cabbaliste Rabhi Schalom Bosaglo, auteur de trois commentaires fort estimés sur cet ouvrage. De Rossi ne la connaissait pas , à juger par son article Simone figlio di Jochai du Dizionario degli autori ebrei. Je dois un bel exemplaire de cette précieuse édition à la générosité du pieux et savant évêque de Bagnoréa, Mgr. Baluffi, maintenant vicaire apostolique à la Nouvelle Grenade.

[ocr errors]

רבי אלעזר אומר בשעתא דאטיר נחש ההוא זוהמא בה בחוה קבילת ליה. .175 .Ibid. Col

רבי יהודה אמר כדין תלת עאלו בדינא ואתדנו ועלמא תתאה אתלטייא ולא קיימא בקיומא בגין זוהמא דנחש : .112 .Ibid. Col

4 סמאל הוא הנחש שהטיל סם המות וזוהמא בחוה .2 .Fol. 7 col

3

Les mêmes docteurs enseignent ce dogme satholique que le serpent souilla à la fois nos deux premiers parens,

On lit dans le livre cabbalistique Médrasch-Ruth : « La souilblure que eet ancien serpent jeta en Adam et en Ève ; car, forsque les générations venaient au monde d'Adam et d'Ève, elles • sortaient de cette souillure. C'est ce que nous avons ouï dire à » nos docteurs, qui l'avaient appris de leurs prédécesseurs, et ceux-ci d'autres , jusqu'à la bouche d'Élie le prophète '.,

Et ici, qu'il me soit permis de m'arréler un peu pour rap porter ce que les rabbins les plus anciens enseignaient à l'é

[ocr errors][merged small]

Voyez plus bas page 87 et suivantes.

י זוהמא דהאי נחש קדמאה דאטיר באדם בגין דכד נפקו תולדין לעלמא מאדם וחוה מההוא זוהמא נפקו דהכין שמענא מרבותן ואיון שמעו עד פומיה דאליהו 4.4 .p. 64,cal

3

. l. : Voyez aussi la note sur le péché originel , selon les rabbins', dans ma 2e lettre aux Israélites, page 308 à 318.

Quelques rabbins, modernes en comparaison de ceux dont j'invoque l'autorité, prenent le w73 (serpens) du troisième chapitre de la Genèse , pour un serpent ordinaire auquel le Seigneur aurait ouvert la bouche comme à l'ânesse de Balaam. Aperuitque Dominus os asino, et locuta est (Nombres , XXII, 28). Telle est l'opinion (et nun tradition) d'Aben-Ecra et de quelques autres en très-petit nombre. On conçoit fort bien que

Diec ait prêté la parole à l'ânesse, afin de donner un bon avertissement au prophète d’Aram. Mais supposer que Dieu déliât la langue du serpent pour faire tomber, ou seulement lenter, nos premiers parens, cela me paraît un blasphême horrible. R. Isaac Abarbanel imagine un autre système. Selon lui, un serpent véritable, sans penser à mal, monta machinalement, ou si vous voulez tout bétement, sur l'arbre de la science, et mangea de ses fruits. Eve, qui le voyait, en conclut que ces fruits ne devaient pas faire mourir. Il faut encore ajouter ici bètement : car elle réfléchissait pas qu'une substance végétale peut porter le désordre dans le système organique d'une espèce, sans produire le même effet sur une autre espèce. Mais Don Isaac Abarbanel, comme il se qualifiait fastueuseinent, ne songe pas à nous expliquer comment par uneaction aussi inuo cente le serpent s'est attiré la malédiction du Seigneur ; et encore moins pourquoi le texte sacré a soin de nous prévenir que le serpent était te plus rusé de tous les animaux de la terre que le Seigneur Dieu avait faits. Il faut dire que la haine rend aveugle. Ces rabbins ne répudiaient la tras dition de leurs ancêtres que pour empêcher les chrétiens, dont ils étaient

ne

gard de la nature du serpent tentateur. Ce qu'ils entendaient par l'ancien serpent, c'est d'après leur propre explication, le démon tentateor , appelé aussi dans leurs livres Satan, Sammaël, Leviathan, serpent tortueusc 3. Auge déchu par suite de sa révolte contre le créateur, il séduisit par envie nos premiers parens sous la forme du serpent, et selon d'autres, en se servant de ce reptile, dont il fit l'instrument de sa malice. Les rabbins répètent ces traditions quelquefois dans le langage figuré si commun chez les orientaux; souvent aussi en y mêlant leurs propres

re veries qui ne sont pas toujours fort décentes 4. Mais ici du moins d'ardens adversaires, d'en tirer parti en faveur de leur croyance. Philon, ce rêve-creux qui cherchait toujours midi à quatorze heures, n'aurait pas été lui-même s'il n'avait pas allégorisé un fait dont la réalité n'a jamais été mise en doute par la Synagogue. Les écrivains juifs à la mode, de nos jours, ne méritent pas qu'on s'en occupe. Ce sont des singes du rationalisme germanico-protestant. Voyez les preuves de cette nouvelle tendance dans l'importante collection des Annales de philosophie chrétienne de M. Bonnetty. Tome av, page 299, tome vi, 1re édit. , p. 474, t. VIII p. 199, tome xul , po 111.

? Ces qualifications, surtout celle d'ancien serpent, qu'on trouve dans le Talmud, traité Sanhedrin, fol. 29,r., traité Sota, fol. 9, verso, et souvent dans les autres livres anciens des rabbins, se lisent également dans le saint livre de l'Evangile. « Et apprehendit draconemn serpentem antiquum,

qui est diabolus et Satanas... Et projectus est draco ille magnus , • serpens antiquus qui vocatur diabolus et Satanas , qui seducit universum > orbem : et projectus est in terram, et Angeli ejus cum illo missi . (projecti) sunt. » Apocalypse, xx, 2, et xII, 9. Les rabbins enseignent aussi qu'il fut précipité du ciel avec sa légion. Voyez plus bas.

* Le Yotser-Harang, YNF 78), des rabbins est ordinairement le démon Téntateur. Je cite plus bas deux passages où l'on voit que le Yêt ser-Harang est un ange, déchu parce qu'il a péché contre le Seigneur ; que c'est l'ange de la mort; qu'au tems du Messie le Seigneur le tiendra par les cheveux de la téte , et qu'Elie lui coupera le cou. Ce n'est donc pas simplement, concupiscentia mala, les mauvais désirs, comme croient par erreur plusieurs hébraïsans, entr'autre Buxtorf, qui cependant dans l'article même de son lexicon thalmudicum, 789, où il donne cette interprétation inexacte , cite une phrase qui ne peut s'entendre que du démon.

• Expression prise d'Isaïe xxvii, 1. Super Leviathan serpentem tor. tuosum.

4 Il est à remarquer que les juifs comme les payens, c'est-à-dire, tous

[ocr errors][ocr errors][merged small]

il n'est pas difficile de tirer ta perle de la boue : Aurum colligere de stercore Ennii '.

A propos de ces paroles de la Genèse, « Et le serpent était rusė plus » que toutes les bêtes des champs, il est écrit dans le Zohur, Rabbi Isaac dit : « C'est le démon tentatour, » Rabbi Yehuda dit : « C'est un réritable serpent. » Quand ils vinrent devant Rabbi Simeon, il leur dit : « Certes, l'une et l'autre opinion est vraie. Car c'était » Sammael qui se montrait sur un serpent; et son spectre et le serpent » c'est Satan. Et le tout n'est que la même chose. » Il a été enseigné; e A cette heure-Sammaël descendit du ciel porté sur ce sein

pent. Et toutes les bêtes, voyant son spectre, fuirent loin de lui. Et » ces deux (Sammaël et le serpent) arrivèrent près de la femme arec de belles paroles, et causèrent la mort au monde entier ». »

Et quelques lignes plus bas : Il est écrit ; « Et le serpent était » rusė; c'est le démon tentateur, c'est l'ange de la mort. Et parce » que ce serpent est l'ange de la mort, il causa la mort à tout le D. monde s..

Et un peu plus loin : « Le démon tentateur a plusieurs côtés * » et plusieurs degrés : serpent sinueux, satan, ange de la mort, démon tentateur 5. »

Et ailleurs ; « On enseigne : quand le serpent puissant com», mence à se manifester; les colonnes et les bâtimens s'écroul» lent et disparaissent. »Glose insérée dans le texte : « Le serles ennemis de l’Agneau sans tache , se plaisent singulièrement dans la description des scènes de turpitude que leur impure imagination place parlout.

· Genèse in, 1,

מ

:

: והנחש ר' יצחק אמר דא יצר הרע ר' יהודה אומר נחש ממש אתו לקמיח דר' שמעון אמר לון ודאי כולא חד וסמאר הוה ואתחזי ער נחש וצולמיה ונחש דא איהו שטן וכולא חד תנינא בההיא שעתא נחת סמאר מן שמיארכיב על נחש דא וצלמיה הוו חמאן כל ברין וערקן מיניה ומטו לגבי אתתא במלין וגרימו מותא לכל עלמא : Zohar, 1re

* כתיב והנהש היה ערום דא יצר הרע דא מלאך המות ובגין דנחש איהי מלאך המות גרס מותא לכל עלמא : .mdimc cot

* דכמה סטרין ודרגן אית לייצר הרע נחש עקלתון שטן מלאך חמות יצר הרע : .474 .Zohar*, 2* part col

part., col. 110.•

3

4

Modifications, manières d'être.

5

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »