Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

de tetradactylon, de dactylodochme, de hecte morion. Les Hébreux l'appellent thophach, thopach , thepach , les Syriens & les Chaldéens pesac & posca; les Egyptiens choryos; les Arabes cabda ou

chabda; les François pan ou empan. On infere que le dôron étoit

de quatre doigts, de ce que Pline faisant la description du basilic, dit qu'il a douze doigts de longueur, lorsque Nicandre lui donne trois dôrons. De plus le même Pline, dans un autre endroit, & Vitruve, assurent que les Grecs appelloient dôron ce que les Romains appelloient palmus, ainsi, ajoute Vitruve , ce qui a cinq palmes en tout sens s'appelle pentadôron, & ce qui en a quatre s'appelle tétradôron. La paleste vaut deux condyles, quatre dactyles, 2.568 pouces du pied de Roi.

Le lichas consiste en deux palestes & demie, 5 condyles ou 1o dactyles; on appelle lichas l'intervalle entre le pouce & l'index ouverts ; quelques-uns appellent aussi cette mesure cœnosfOmé.

Le lichas n'est évalué qu'à huit doigts ou dactyles dans le ma

[ocr errors]

N,

[ocr errors][graphic]

des especes de coudées auxquelles on a souvent donné les noms ci-dessus. C'étoient les Phéniciens qui étoient les grands fabri, ! cateurs de ces mesures ; ils les faisoient de la corne d'un ani: | mal appellé orgyie , qui est de la grandeur d'un bœuf, & que l'on trouve en Libie (Hérod. IV, Cap. CXCII.) - Coudée d'Egypte & de Samos , pied Egyptien, Babylonien, lithi| | que , nautique & géométrique, Gomed. C'étoit la distance du coude au poignet. Cette mesure valoit 1 : pied pythique , L # spithame, 1 # orthodôron, 1 # lichas, 4 palestes , 8 condyles, 1 6 doigts & 1o.272 pouces du pied de Roi. C'étoit l'étalon auquel les Anciens rapportoient toutes les autres mesures , & auquel ils avoient affecté en particulier la division en 1 # lichas, quatre palestes, huit condyles & seize doigts, parce qu'elle rendoit ainsi les proportions naturelles du corps humain. Mais il paroît que cette même division fut appliquée abusivement dans la suite à d'autres pieds qui ne pouvoient plus donner ces divisions dans leur grandeur convenable. C'est de cette coudée qu'il s'agit dans Hérodote, lorsqu'il définit l'aroure à cent coudées Egyptiennes en tout sens , & qu'il ajoute que cette coudée Egyptienne est égale à celle de Samos. C'est de cette même mesure qu'il s'agit lorsque cet Historien évalue le côté de la base de la grande pyramide à huit pléthres dont chacun étoit composé de cent pieds ou coudées. C'est à la mesure du pied géométrique que Diodore & Pline nous ont donné celles des obélisques d'Egypte. Ce pied est les deux tiers de la coudée lithique ou xylopristique, & la sixcentieme partie du stade nautique. On croit que ce pourroit bien être le gomed dont il est fait mention dans le Livre des Juges (III, 16.) Qui (Aod) fecit sibi gladium ancipitem , habentem in medio capulum longitudinis palmae manus (gomed), & accinctus est eo subter sagum in dextero femore. · Les Traducteurs & les Commentateurs conviennent que le † étoit la demi-coudée, c'est apparemment l'ammâh chélceliim, a coudée des vases ou ustensiles, ainsi appellée de ce que sa cubature étoit la capacité du métretès hébraïque & égyptien. On lit dans le second Livre des Paralipomenes (III, 1 5) que Salomon fit élever devant les portes du Temple deux colonnes qui avoient trente-cinq coudées de hauteur , ces colonnes d'airain devoient avoir trente-six pieds géométriques : car on voit dans le troisieme Livre des Rois ( VII, 15 ) qu'elles avoient dixhuit

,

[graphic]
[ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »