Images de page
PDF
[ocr errors][merged small]

Arabes : c'étoit la mesure de l'intervalle compris entre le coude & l'extrêmité du petit doigt. Elle contient de coudées médiocres

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Par tout ce que nous avons rapporté jusqu'ici, nous avons prouvé suslisamment que les Egyptiens, les Juifs , les Phéniciens, &c. avoient des mesures de même grandeur, & soumises aux mêmes divisions ; les Savans l'avoient soupçonné , mais ne l'avoient pas démontré. « C'est l'opinion des plus habiles Commentateurs, dit » M. Fréret, que la coudée des Hébreux & celle des Egyptiens » étoient égales, & cette opinion n'a rien que de très-conforme » à l'Ecriture. Nous y voyons que les Hébreux entrerent dans » l'Egypte en très-petit nombre au sortir du pays de Chanaan, » où ils avoient mené jusqu'alors une vie errante à la maniere des » Arabes Bédouins. Ils avoient négligé l'agriculture, se nourrissant » du lait & de la chair de leurs troupeaux ; ils fabriquoient eux» mêmes les étoffes grossieres de leurs pavillons & même celles » dont ils se vêtissoient : ils ignoroient les douceurs de la vie sé» dentaire ; & les arts que le luxe a fait inventer aux habitans des » Villes, leur étoient inconnus. Ils n'apprirent ces arts que dans » l'Egypte & pendant leur captivité , lorsqu'après la défaite des » Rois pasteurs qui les avoient reçus, Aménophis & Sésostris les » réduisirent en esclavage, & les occuperent à la construction des » magnifiques bâtimens entrepris pour la sûreté, la commodité & » l'embellissement du pays. Les Hébreux travaillant sous la direc» tion des Architectes & des ouvriers Egyptiens, furent alors for» cés de s'accoutumer aux mesures du pays. Ce fut dans ces cir» constances que Moïse réunit les §. dispersés par toute » l'Egypte, où depuis plusieurs siecles ils ne faisoient † un peu» ple, les tira de ce pays, & les conduisit dans l'Arabie, en leur » ouvrant par l'ordre de Dieu un passage miraculeux au milieu de » la mer rouge. A peine furent-ils dans les déserts de ce pays, » que Moïse les employa à la construction du Tabernacle, de l'Ar» che, & de toutes les choses destinées à rendre plus majestueux » le culte dont Dieu lui avoit prescrit les cérémonies.

» Les Livres de Moïse nous en marquent exactement les pro» portions, en coudées , en † , en doigts; ils parlent de cette » coudée comme d'une chose connue & familiere aux Hébreux ; » d'où l'on doit conclurre que cette coudée étoit celle du com» merce ordinaire, celle à laquelle les Juifs étoient accoutumés, » & par conséquent celle des Egyptiens. Si Moïse en eût établi » une nouvelle, il en eût marqué le rapport avec l'ancienne, ou » du moins il les eût distinguées, pour empêcher les Hébreux de

[ocr errors]

» s'y méprendre ; & comme il ne l'a pas fait, on doit conclurre » qu'il n'a rien changé à l'ancienne coudée, ou à celle dont les » Hébreux s'étoient servis en Egypte. » Salomon employa la même coudée dans la construction du » Temple ; le Sanctuaire dans lequel il plaça l'Arche, & qui étoit » le véritable Temple , avoit les mêmes proportions que celui du » Tabernacle de Moïse, c'est-a-dire, vingt coudées en tout sens ». Le Temple de Salomon avoit (III. Reg. VI. 2 & seq.) soixante coudées de longueur , vingt coudées de largeur, & trente coudées de hauteur. Le portique placé devant le Temple, avoit de longueur la largeur même du Temple, savoir vingt coudées, & dix coudées de largeur ; par conséquent ce Temple avoit de longueur, sans le portique, 1 o2 pieds 8 # pouces de Roi, & avec le porti

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »