Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

P# dans l'enceinte de ses remparts peut avoir sept mille cinq cents toises ou sept milles & demi de circuit. Cette enceinte est presque circulaire, n'y ayant que la pointe des Fauxbourgs Saint-Jacques & Saint-Marcel au midi qui sorte un peu de la circonférence; mais par une compensation faite ailleurs, on peut considérer Paris dans ses remparts comme un cercle de deux milles de diametre, & dont par conséquent la circonférence sera de six milles plus 283 toises, ou de 2 † de 25 au degré, d'où il résultera une superficie de trois milles quarrés & trois vingtiemes ou de 2343 arpens à la mesure du Roi. Mais si l'on considere Paris au-delà de ses remparts, & comme renfermant quelques terres labourables entre ses Fauxbourgs, on pourra le #garder comme un quarré long ou un rectangle s'étendant selon # longueur de l'Est à l'Ouest; on le trouvera de 26oo toises de o#eur sur 32oo de longueur au moins. Sous ce point de vue 9" raPProche l'étendue de Paris de ses barrieres, cette Ville o 1 1 milles & #, ou 5 lieues & environ un dixieme, ou quao heures de chemin de contour, & son aire sera de 8 # millea quarrés, qui valent 6188 arpens, à raison de 743 # arpens pour un mille. Quoique j'aie compris dans cette aire quelques terres labourables du côté du Mont-Parnasse au sud-ouest, & du côté de Belleville au nord est; cependant on eonviendra que la grandeur de Paris n'est point exagérée ici, si l'on fait attention que dans ce plan je n'ai point renfermé à l'ouest l'Ecole Militaire , la plus grande partie du Gros-Caillou ni du Roule; au nord une partie des Fauxbourgs Montmartre & Saint-Denis, & à l'est une partie du Fauxbourg Saint-Antoine ; ensorte qu'en faisant rentrer ces parties dans l'enceinte que je viens de décrire , cette enceinte peut passer pour la superficie occupée par la Ville de Paris. Babylone , Capitale de l'Assyrie & de l'Empire des Perses, étoit située dans une grande plaine. Cette Ville étoit si vaste, si belle & si bien bâtie, que jamais il n'en a existé qu'on puisse mettre en comparaison avec la grande Babylone. Elle étoit environnée de fossés larges, profonds & toujours remplis d'eau. Dans l'étendue de ses murs on remarquoit cent portes d'airain. L'Euphrate la traverse toute entiere, dit Hérodote, & la divise en deux parties, Ce fleuve est grand, profond & rapide en cet endroit. Il y coule en serpentant; c'est pourquoi les murailles de brique qui le bordent des deux côtés font des coudes & des sinuosités. Les maisons y sont de trois & quatre étages. Il y a beaucoup de grandes rues & d'autres rues de traverses qui vont se rendre au fleuve où elles se terminent par de petites portes d'airain † dans la muraille qui fait le quai. Cette muraille est le boulevard qui résiste à l'impétuosité de l'eau, & il y en a une autre en-dedans la nouvelle n'en étoit pas encore parvenue dans tous les quartiers de 1a Ville. Enfin il considere Babylone plutôt comme une Provin ce que comme une Ville. selon Hérodote, Philostrate, Apollonius & Pline, la Ville de Babylone formoit un quarré parfait dont le contour étoit de 48o ftacles nautiques qui valent 1 6 parasanges ou 18 lieues de vingtcinq au degré , ou 41 milles Parisiens de mille toises chacun ; d' oèi il suit que tout le terrein renfermé dans les murs de cette Ville étoit de 2o # lieues quarrées, ou de 785o9 arpens de France. Se1on Ctésias qui avoit long-temps résidé en qualité de Médecin à 1a Cour des Rois de Perse dont il avoit écrit l'Histoire en trente Livres, selon Diodore & Philon de Byzance, l'enceinte de cette Ville étoit d'autant de stades que les Babyloniens comptoient de jours dans l'année; savoir, 36o grands stades Asiatiues ; les anciens Perses comptant l'année de douze mois chacun e 3 o jours. Ces stades sont de 5oo pour un degré, & les 36o valent également 18 lieues de France. Par-là on peut juger combien est ancien l'usage de ces deux stades en Asie; puisque Sémiramis que les Grecs regardent comme la Fondatrice de Babylone , vivoit deux mille ans avant l'Ere des Chrétiens. Clitarque qui accompagna Alexandre le Grand dans son expédition en Perse, ayant appris que Babylone avoit de circuit autant de stade qu'il y a cHe jours dans l'année, en fait l'enceinte de 365 stades, parce qu'il comptoit 365 jours dans l'année. Strabon évalue le périmetre de Babylone à 385 stades, & Quinte-Curse à 368. Ce sont des mesurages défectueux faits par des Voyageurs. La hauteur des murs étoit de 2oo coudées Royales, selon Hérodote; ce que Pline a rendu par 2oo pieds. Ce sont les 5o orgyies de Ctésias, & ce sont ces 5o orgyies que Strabon, Philon de Byzance & d'autres ont rendues par 5o coudées. QuinteCurse est seul de son avis ; la hauteur des murs est selon lui de ooo coudées. Leur hauteur étoit de 5o orgyies faisant 2oo coudées Babyloniennes, & 256 : pieds de France. Ainsi les murs de Babylone étoient plus hauts que les tours de Notre-Dame de aris qui n'ont que 2o4 pieds d'élévation; mais ils étoient moins hauts que le clocher de l'Eglife de Saint-Paul de Londres, lequel †ont l'incendie, avoit 52o pieds Anglois qui en font 49; de ooe » & moins encore que le clocher de la Cathédrale de $oasbourg qui a 445 pieds de hauteur.

[ocr errors]
[ocr errors]

L'épaisseur des murs étoit, selon Hérodote, de 5o coudées Royales; ce sont les 5o pieds de Pline. Strabon & Quinte-Curse ne donnent d'épaisseur à ces murs que 32 pieds, il faut lire 32 coudées. Hérodote observe qu'on avoit fait construire sur les murailles de petites loges ou guérites, les unes vis-à-vis des autres, entre lesquelles on avoit laissé autant d'espace qu'il en faut pour faire tourner un char, & apparemment que ces loges occupoient chacune neuf coudées de la largeur du rempart. Et voilà d'où vient que les Auteurs ne sont pas d'accord sur la largeur de ces murs. Selon les uns six chars attelés de quatre chevaux pouvoient y courir de front, & selon d'autres trois chars seulement pouvoient y passer à côté les uns des autres. Ces murs ayant 5o coudées Royales de largeur avoient 64 # pieds de France. Ainsi l'espace d'un char tiré par quatre chevaux de front est estimé ici de 1o # pieds de Roi. Et dans ce calcul je n'ai rien rabattu pour les banquettes qui devoient régner tout le long du mur des deux côtés. .. Par-là on voit que la largeur des murs donnée par Hérodote ne peut être exagérée. Leur hauteur ne sera pas outrée non plus, si l'on considere que ces murs passoient pour une des sept merveilles du monde, & qu'il existe encore aujourd'hui une muraille de brique de plus de cinq cents lieues de 25 au degré, de long entre la Chine & la Tartarie; que cette muraille qui subsiste depuis près de deux mille ans est fortifiée de tours de distance en distance , a de hauteur près de trente pieds de Roi, & est assez large pour que six chevaux y marchent de front , ayant de largeur jusqu'à quinze † environ. Les murailles de Babylone étoient flanquées de 25o tours. Leur hauteur étoit de 6o coudées selon Strabon ; & Quinte-Curse dit que les tours étoient plus hautes de 1o pieds que les murailles. Les tours avoient 6o orgyies de hauteur , & excédoient de 1o orgyies la hauteur des murs; ensorte que ces tours avoient 3o8 ; pieds de Roi de hauteur, ce qui est bien moins que la hauteur des clochers de Strasbourg & de Saint-Paul de Londres. La distance tout autour de la Ville entre les murs & les édifices, étoit de deux pléthres selon Diodore, ou d'un pléthre seulement selon Quinte-Curse ; 28.534 ou 14.267 toises de Paris. La largeur du fleuve dans l'endroit où il est le plus étroit, & où Sémiramis avoit fait construire un pont, étoit de cinq stades selon Diodore. Strabon ne fait cette largeur que d'un stade, ce qui ne paroît pas croyable, parce que l'Euphrate est un très-grand fleuve. Le Pont-Royal à Paris a 75 toises de longueur, & le Pont-Neuf en a 1 5o. Un stade grand n'est que de 1 14.1 toises, cinq stades feroient 57o # toises. La longueur du fleuve dans la Ville n'auroit dû être que de 12o stacles nautiques ou 9o grands stades s'il avoit coulé en droite ligne, mais il y faisoit plusieurs sinuosités, ensorte qu'il y parcouroit 1 6o nds stades selon Diodore, & les quais qui bordoient le fleuve de part & d'autre étoient presque aussi larges que les murs de la Ville. Le Palais du Roi situé dans la partie occidentale de la Ville avoit 6o stades de tour. Un autre Palais situé de l'autre côté du fleuve & dans la partie orientale de la Ville, avoit 3o stades de tour selon le même Auteur. Dans l'enceinte de ce dernier Palais étoit le temple de Bélus qui avoit deux stades en quarré ou quatre stades quarrés selon Hérodote, & au milieu étoit une tour à base quarrée d'un stade sur chaque côté. La hauteur de cette tour étoit également d'un stade nautique ou de 5 13 # pieds de Paris. Les Jardins suspendus avoient quatre pléthres en quarré, ou seize aroures de superficie selon Diodore & Strabon ; ce qui revient à 1.924 arpens ou deux arpens de France moins un dixieme. Selon Quinte-Curse toute l'aire de la Ville n'étoit pas bâtie ; car outre que les maisons étoient à une certaine distance des murs, il n'y avoit des édifices que dans l'espace de 9o stades, & encore les bâtimens ne tenoient point les uns aux autres, ce que l'on avoit fait à cause du feu. Les habitans labouroient & ensemençoient tout le reste, afin que s'il leur survenoit un siege, ils pussent se nourrir de ce qui provenoit de ce fonds. Il faut donc considérer ce qu'on appelle l'aire de Babylone comme un grand parc fermé de grands & puissans murs flanqués de tours dans lequel étoient contenues des terres labourables & une grande Ville. L'aire de la Ville, proprement dite, n'étoit que de oo stades, selon Quinte-Curse. Comment faut-il entendre cet Auteur ? Il ne s'agit pas ici de 9o stades quarrés; cet espace oit trop petit. Il ne s'agit pas non plus d'un espace quarré oo chaque côté auroit été de 9o stades ; car il paroît que la oe de l'Auteur est le grand stade Asiatique, & chaque face

[graphic]
« PrécédentContinuer »