Images de page
PDF

spondetur pecunia, quod stipulari dicetur...... slipem dicebant pecuniam signatam, quod stiparetur : ideo stipulari dicitur is , qui interrogatus, spondet stipem, id est aes .... .. stipatores ait (Verrius) diãos à slipe quam mercedis nomine accipiant custodes cujusque colporis. Fest. Pomp. La monnoie de Numa , toute informe & imparfaite qu'elle étoit, ne laissa pas que d'avoir cours pendant plus de cent cinquante ans, jusqu'au regne de Servius Tullius. Durant cette intervalle tous les comptes furent liquidés & les payemens effectués au poids & à la livre ; les amendes , les salaires, &c. tout s'acquittoit la balance à la main : Pœnas pendere in eo propriè dicebant, qui pecuniam ob deliium solvit ; # acre olim utebantur. Pomp. Fest. On disoit donc alors peser des amendes, pœnas ou multas pendere pour payer des amendes, multas solvere. Et c'est delà que sont venus les mots latins impendere, dispensator, expensum, pensum, pensio, dispendium, compendium, stipendium libripens, &c. Ce dernier mot étoit le nom de l'Osficier qui étoit chargé du soin du poids public, qui tenoit la balance dans la cérémonie de la passation du contrat de vente appellé mancipatio, qui pesoit l'argent qu'on donnoit aux soldats Romains. Il restoit encore quelques vestiges de l'ancienne coutume de peser les métaux pécuniaires au temps de Varron , c'est à-dire , trente ou quarante ans avant la naissance de J. C., car cet Auteur assure que dans le Temple de Saturne on conservoit encore alors une balance qui servoit à cela. Per tarutium solvi solitum , vestigium etiam nunc manet in a de Saturni, quòd ea etiam nunc propter pensuram , trutinam habet posita n. (de L. L.) Cet usage de peser les métaux dans les comptes & les payemens ne fut point particulier aux Romains ; il avoit été connu dans la plus haute antiquité. On pesoit la monnoie au temps d'Abraham, comme on le voit par la ð (XXIII, 16.); quod cùm audisset Abraham, appendit pecuniam quam ephron postulaverat, audientibus filiis Heth, quadringentos siclos argenti probata moneta publicæ. On la pesa encore en Asie dans les temps postérieurs, comme il paroit par le Prophete Zacharie (XI, i 2.) & appenderunt mercedem meam triginta argenteos. A Rome , vers l'an 365 de la fondation de la Ville, on pesoit l'or & l'argent dans les comptes de Finances. Les Gaulois, maîtres de Rome & pressant les Romains qui s'étoient retirés dans le Capitole, il y eut une con

[graphic]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]
[graphic]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

mença à devenir moins fréquent : le travail des artisans se paya
en monnoie , les choses nécessaires aux besoins de la vie se don-
nerent pour du cuivre, & le Propriétaire d'un petit domaine,
qui auparavant auroit à peine trouvé les moyens de s'en désaisir,
parce que ses besoins ne pouvoient s'étendre à la valeur de son
fonds, & que personne n'avoit assez de superflu pour en faire
l'acquisition avec son épargne, fut bientôt échangé par le posses
seur négligent ou malheureux, contre une somme de cuivre, fruit
de l'économie d'un citoyen plus actif ou plus heureux. De-là liné-
galité des fortunes qui s'introduisit contre l'esprit des loix de Ro-
mulus, mais qui avoit déja fait quelques progrès indépendamment
de la monnoie instituée par Servius.
Sous ce Roi, les plus grandes propriétés ne passerent point
la valeur de cent dix mille as, & ceux qui possédoient ce fonds,
étoient, selon Pline, dans la premiere classe des Citoyens Romains.
4Maximus census C. X. M. assium fuit illo Rege, & ide à, hæc prima
classis. Si nous évaluons la monnoie de Servius sur le prix actuel
du cuivre monnoyé en France, & nous n'avons pas d'autre moyen,
puisqu'alors il n'y avoit point de monnoie d'argent ni d'or, nous
trouverons que l'as du poids d'une livre Romaine, vaudroit 1,4o5
liv., ou un peu plus de 28 sous de notre monnoie ; en sorte que
les fonds des plus riches citoyens Romains se montoient déja à
la valeur de 154, , 5o liv., qui au denier trente, feroient plus de
cinq mille livres de revenu.
M. Rollin, d'après Tite-Live & Denis d'Halicarnasse, nous
fournit un plus grand détail sur ce sujet : Servius fit faire le dé-
nombrement du peuple. Il se trouva alors dans Rome & aux envi-
rons plus de quatre-vingts mille citoyens capables de porter les
armes. Dans ce dénombrement on n'avoit compris ni les femmes,
ni les enfans, ni les jeunes gens au dessous de dix-sept ans, ni
les esclaves.
Le Prince partagea ce grand nombre de citoyens en six classes,
& il composa chaque classe de différentes centuries qui n'étoient
point fixées chacune au nombre de cent hommes, comme le mot
semble le marquer, mais qui en avoient plus ou moins, selon la
différence des classes.
Il mit dans la premiere classe quatre-vingts centuries, dans les-
quelles il ne fit entrer que des Sénateurs, des Patriciens, ou des
gens distingués par leurs richesses ; & tous ne devoient pas avoir

[graphic]
« PrécédentContinuer »