Images de page
PDF
[ocr errors]

marcs, ou fractions du marc de Paris ; que m représente toujours la taille du poids P en especes d'argent ; que le titre t de la monnoie étrangere soit réduit en grains de fin, ou 288", soit que ces grains résultent de deniers ou de loths , puisque 12 deniers multipliés par 24 grains produisent 288 grains , aussi-bien que I 6 loths multipliés par 18 grains , enfin que a marque toujours la proportion des métaux dans le numéraire étranger, vous aurez la formule qui sert à déterminer la valeur appréciative de l'espece étran5 5:17 » P* . *+43:5 P4 ,. a +-4.3.5

[ocr errors]

employant les logarithmes , cette derniere formule se transforme

[ocr errors][ocr errors]

|

ces deux valeurs, la livre vaudra # de florin ; donc la livre sera au florin comme 3 à 4, & réciproquement le florin à la livre comme 4 à 3 , ce qui est contradictoire avec la premiere évaluation , & prouve l'imperfection de cette méthode. Je m'étois proposé de faire usage de cette théorie pour évaluer les monnoies anciennes & étrangeres; mais outre †est à propos de consulter le jugement des personnes capables de prononcer dans cette matiere, des occupations indispensables m'ont empêché de erfectionner & de finir la partie des monnoies comme je l'avois projetté. Il devoit y avoir un Chapitre particulier sur les monnoies étrangeres. Des personnes obligeantes m'avoient procuré des maté. riaux excellens sur les monnoies de plusieurs Etats de l'Europe. Le temps ne m'a point permis de travailler ce que j'avois, ni de me † ce que je n'avois pas. Je suis donc contraint de donner es monnoies étrangeres comme je les avois évaluées avant que j'eusse pensé à la théorie précédente, & d'après des données moins directes que celles qui m'ont été fournies depuis. Dans cette évaluation, j'avois estimé le marc d'or fin de 799 liv. 8 s, un peu moins; le marc d'argent fin de 55 liv. 7 s & environ 8 den., la proportion des métaux de 14.43 +, & dans le calcul j'avois toujours pris l'argent comme métal principal. A l'égard du calcul des monnoies anciennes de la France, comme il a été fait ultérieurement, on y a supposé le marc d'or de 8oo liv. & le marc d'argent de 55.17 liv,+, & la proportion des métaux de 14 #. Quant aux monnoies anciennes, on peut voir , dans le Chapitre qui les concerne, sur quel pied on les a réduites aux nôtres. Ce défaut d'uniformité dans mes évaluations vient de l'embarras où je me suis trouvé à l'occasion des remedes de poids & de loi. Etant très-difficile, ou , pour mieux dire, impossible de saisir le point précis & fixe, on s'en tient à la prat1que.

[ocr errors][graphic]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Ce ne sont pas là les seules mesures longitudinaires & itinéraires de la France , chaque Province ayant, en partie, les siennes particulieres, comme on le verra dans les Tables générales ; mais celles-ci sont dominantes. J'observerai qu'il seroit utile de n'avoir dans ce Royaume que la lieue de vingt au degré , parce qu'elle est la tâche horaire commune d'un voyageur, & qu'elle indique à-la-fois la distance & le temps de la marche d'un homme de pied.

[merged small][ocr errors][ocr errors]

MM. Hellot & Camus (Mém. de l'Acad. des Sciences, ann. 2 746, p. 6o7.) Aune de Paris . . . . . . . . . .. 1642492 log. 43.9o pouces.

Mesure Royale de France pour l'arpentage des terres. Arpent Royal = 1o x 1o perches de 22 pieds,3128543 log. 1344 # toises quarr.

[ocr errors]

Corde de bois à brûler . . . : . . . . | 2o492 18| T12 Voie de bois à brûler . . . . . . . . . | 1748188 56 Corde de bois de cotrets . . . . . . . . | 18o618o | 64 |

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Dans les deux échelles précédentes, j'ai employé des noms de mesures qui ne sont pas actuellement en usage à Paris. Ces mots sont les suivans : Conge, Métrétès, Amphore. Je l'ai fait pour deux raisons : la premiere, pour lier plus étroitement la capacité des vases avec la cubature du pied-de-Roi ; la seconde, pour rappeller l'origine vraisemblable qui a fait donner des nominations pareilles à deux mesures de capacité différente, le setier, moitié de la pinte, & apparemment moitié d'un conge qui fut autrefois en usage en France ou dans la Gaule, & le setier de huit pintes, qui probablement a été, en d'autres temps, la 6° partie d'un plus grand vase que j'ai appellé amphore.

Tous les Anciens ayant appellé Métrétès la cubature de † de leurs mesures longitudinales, qui servoit d'étalon à leurs mesures de capacité, j'ai cru que je pouvois , à leur imitation , appeller Métrétès françois la cubature du pied-de-Roi qui contient trente-six pintes, & est la huitieme partie du muid. Cette mesure , consacrée dans les Hôtels-de-Ville, conviendroit parfaitement pour servir de prototype à toutes les autres mesures de capacité dans le Royaume. Elle rectifieroit les anciens étalons, qui ne sont plus de la même capacité que les mesures courantes ; au moins M. Picard ayant examiné la pinte qui sert d'étalon à l'Hôtel-de-Ville de Paris, ne la trouva que de 47 # pouces cubiques, au lieu de 48 qu'en contient la pinte co Irante dans le commerce.

Comme la pinte de Paris ne contient guère que la ration de bled qu'un homme peut consommer dans un jour, elle pourroit tenir lieu de la chénice des Anciens.

Mesures de Paris pour les grains.

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »