Images de page
PDF
[ocr errors]

Le muid de Paris contenant huit pieds cubiques, & la racine cubique de 8 étant 2; si l'on divise les dimensions précédentes par cette racine 2, on aura les proportions du pied de Roi cubique, réduit en futaille. Les voici :

2294876 log. 197. 2 — lignes; c'est l'axe du pied cubique.
2 1 53 547 log. 142. 4 + .. .. diametre du bouge.
2 1 18783 log. 13 1.45 + . . .. diametre des fonds.
22272o6 log. 168.75 — . .. diagonale.

J'ai cru utile d'insérer ici tous ces calculs qui en abrégeront beaucoup d'autres à ceux qui voudroient faire construire des futailles d'une continence déterminée. Je suppose, par exemple, qu'on veuille faire un tonneau de la capacité de 27 pieds cubiques ; on extraira la racine cubique de 27, laquelle est 3 ; si l'on multiplie par cette racine 3 , chacune des dimensions du pied cubique, on aura les correspondantes pour le tonneau de 27 pieds cubiques. En un mot, les dimensions d'une futaille d'un pied cubique, multipliées par la racine cubique d'un nombre quelconque, deviendront les dimensions d'une futaille contenant autant de pieds cubiques , qu'il y a d'unités dans le nombre dont on

extrait la racine cubique.
Les propriétaires qui ont des vins ou d'autres boissons à re-
cueillir, peuvent désirer par économie ou par d'autres vues, de
faire faire des futailles, tantôt plus grandes, tantôt plus petites ;
en cela il ne seroit pas juste de les gêner , mais il seroit à sou-
haiter qu'ils les fissent fabriquer toutes sur les mêmes proportions,
& d'un nombre déterminé de pieds cubiques , dont la futaille
orteroit le caractere. On sauroit par-là à quoi s'en tenir dans
§ d'une piece de liqueur, & au moyen d'une verge conte-
llallt

[ocr errors]
[ocr errors]

nant les divisions des diagonales , on en justifieroit la continence sans peine & sans calcul. A l'égard des mesures pour les grains, nous avons déja dit | que la forme cylindrique étoit la plus simple & la plus commode, en un mot , la plus convenable qu'on puisse leur donner ; aussi ont-elles communément cette forme dans l'usage. Mais pour comporter toute la symmétrie & la perfection qu'elles sont capables de recevoir, il faut qu'elles soient des cylindres semblables, | | c'est-à-dire, dont les dimensions correspondantes soient propor- | tionnelles aux racines cubiques de leur continence. Nous ajouterons ici une Table toute calculée qui puisse servir à procurer aux mesures de Paris ces propriétés respectives.

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]
[ocr errors][merged small]

cylindrique , mais les faire prismatiques ou cubiques. On peut être surpris que dans l'évaluation des mesures à grains de Paris, je me sois uniquement attaché à la comparaison qu'en fait avec le pied de Roi , l'Ordonnance militaire du 13 Juillet 1727, & que je n'aie fait aucun usage des dimensions réglées par la Sentence du Bureau de la Ville du 29 Décembre I 67o , rapportée ci-dessus en entier. Mais c'est parce qu'il résulte de ce Réglement que les petites mesures ne sont point dans leur juste rapport avec le minot, comme on s'en convaincra par le calcul que j'en vais faire, à raison de 48 pouces cubiques pour pinte, mesure de Paris. -

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

exactement la capacité ci-dessus mentionnée; mais passant un jour à la Halle au bled, j'eus la curiosité d'en jauger un ; je lui trouvai 1 1 pouces 6 lignes de profondeur sur environ 14 pouces 6 lignes de diametre , d'où résulteroit une continence d'environ 39 # pintes; ce seroit une pinte & quatre cinquiemes de moins que la continence réglée par le Bureau de la Ville; & une demiinte de moins que la continence réglée par l'Ordonnance du 13 § 1727. Je n'ose cependant garantir cette observation comme exacte , l'ayant faite avec précipitation, & n'étant pas trèsassuré d'ailleurs de la justesse du pied de Roi dont je me servis. Ne seroit-il pas à souhaiter que l'on retranchât, dans les mesures à grain, la tringle ou bâre de fer qui les traverse diamétralement à la partie supérieure, & qui leur tient lieu d'anse ? Les femmes qui servent au mesurage, sous prétexte de faire un vuide pour prendre cette anse, ou peut-être pour le salaire de leur service, jettent de deux grands coups de main sur un drap qui est étendu par terre, une partie du grain, & affoiblissent ainsi considérablement la juste mesure. Si ce bled répandu est la rétribution des mesureurs, il paroît bien arbitraire. On pourroit substituer à la place de la tringle des anses des deux côtés opposés de chaque mesure , aux deux tiers de la hauteur ; ces anses seroient à charnieres, & semblables à celles des malles. Le boisseau de sel réduit en cube aura 1 o3.4 + lignes de dimension en tout sens; & la mesure de sel qui en est la sixieme partie, réduite en cylindre, aura 61.68 + lignes de diametre & de hauteur, & 193.78 + lignes de circonférence, & réduite en cube, son côté sera de 56.91 lignes justes. . Souvent nous aurons occasion dans cet Ouvrage de rechercher la capacité de quelques vases par le poids connu qu'ils contiennent , soit d'eau, soit de quelque autre liqueur; & réciproquement nous rechercherons quelquefois un poids matrice par celui que contient d'une certaine liqueur un vase dont la capacité eft déterminée. C'est pourquoi il paroît nécessaire de placer ici une Table qui contienne les pesanteurs spécifiques des matieres, tant solides que liquides les § ordinaires. . On appelle pesanteur s† le † des matieres de différentes natures sous un égal volume. Par exemple, le poids d'une pinte d'eau, d'une pinte de vin, d'une pinte d'huile, &c. d'un pouce cubique d'eau, d'un pouce cubique de vin , d'un pouce

« PrécédentContinuer »