Histoire des Mongols, depuis Tchinguiz-Khan jusqu'à Timour Bey ou Tamerlan, Volume 4

Couverture
F. Muller, 1852
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 637 - On se battit, de part et d'autre, « avec le plus grand acharnement. L'émir Taz et l'égyp« tien Cara-Sancour firent des prodigues de valeur.
Page 71 - Mémoires sur les relations politiques des princes chrétiens, et particulièrement des rois de France, avec les empereurs mongols...
Page 588 - Orientaux , et qu'elles sont, dans les usages de leur diplomatie, un moyen d'exprimer et de graduer les marques d'estime qu'ils accordent aux princes avec lesquels ils veulent traiter. Argoun, malgré sa bonté et bienveillance, s'en était tenu, à cet égard , au plus strict nécessaire. Sa lettre n'offrait point de marges et presque pas de blancs, et elle n'avait que six pieds et demi de long. Celle...
Page 70 - Si tu tiens parole et envoies tes troupes à l'époque fixée, et que Dieu nous favorise, lorsque nous aurons pris à ce peuple Jérusalem, nous te la donnerons. Mais manquer au rendez-vous serait faire marcher inutilement les troupes; cela conviendrait-il?
Page 70 - Quand les troupes de l'Ilkhan marcheront contre « l'Egypte, nous partirons d'ici pour nous joindre à « lui. » Ayant agréé ce message de ta part, j'ai dit que nous nous proposions, confiants en Dieu, de partir dans le dernier mois d'hiver de l'année...
Page 746 - ... l'ordre politique, les rois successeurs d'Hugues, avaient, dans leur lutte contre la féodalité triomphé moins complètement, et sous Philippe Ier le pouvoir royal, quoique bien agrandi était encore soumis aux. grands vassaux. Ils levaient des soldats, battaient monnaie, exerçaient la justice, se faisaient la guerre entre eux quand ils ne la faisaient pas au roi. Ce dernier n'avait d'autre pouvoir que celui de les convoquer en temps de guerre. De là naquit peut-être l'idée première d'une...
Page 484 - ... Soultaniyé. Elle eut plusieurs mosquées; la principale fut bâtie aux frais du sultan et richement ornée de marbres et de porcelaines peintes. Il fonda un hôpital, pourvu d'une pharmacie et de tout le mobilier nécessaire, au service duquel il attacha plusieurs médecins , ainsi qu'un collège ksur le modèle de celui de Mostansser à Bagdad.
Page 139 - Perse qui. à cette époque, se convertirent à l'Islamisme. Toutefois, il n'observait guère les pratiques de cette religion et les Mahométans lui en voulaient de son penchant pour les chrétiens qui, sous son règne de si peu de durée, obtinrent beaucoup d'emplois...
Page 99 - l'esprit, ajouta-t-il, un projet dont l'exécu« tion remédierait promptement au mal, sans. « donner prise à la calomnie. C'est de mettre « en circulation un papier monnaie comme « le Tchao en Chine , lequel servirait à toutes « les transactions et ferait refluer tout le nu« méraire dans le trésor royal.
Page 587 - ... Rémusat. Cette pièce, dit le savant orientaliste, est un rouleau de papier de coton de dixhuit pouces de hauteur sur plus de neuf pieds de longueur, contenant quarante-deux lignes, en langue mongole, et en caractères oïgours tout à fait semblables à ceux de la lettie d'Argoun à Philippe le Bel. Sur cette longueur on a imprimé cinq fois un grand cachet carré, en encre rouge. Au revers et à l'un des bouts se trouve, en petite écriture à peine lisible, une traduction italienne de la...

Informations bibliographiques