Les lettres de messire Roger de Rabutin, Comte de Bussy, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 368 - ... peur. Il eut la force de se moquer d'eux, et il leur dit plaisamment que la comète lui faisait trop d'honneur.
Page 203 - ... quelquefois, seulement pour vous écrire et pour avoir de vos réponses. Employons donc bien le temps pendant lequel la fortune veut que nous soyons séparés, et surtout ne prenons point les affaires trop à cœur, car cela nuit fort à la longueur de la vie. Quand je dis les affaires , je n'entends pas seulement les affaires de ce monde-ci, je veux encore parler de celles de l'autre.
Page 64 - ... pas se donner au diable , et cependant tout le monde s'en va à l'armée avec un équipage. De vous dire comment cela se fait , il n'est pas aisé.
Page 367 - J'ai toujours pensé à vous, et j'ai dit mille fois : Mon Dieu ! je voudrais bien écrire à mon cousin de Bussy : et jamais je n'ai pu le faire. Pour moi, je crois qu'il ya de petits démons qui empêchent de faire ce qu'on veut, rien que pour se moquer de nous et pour nous faire sentir notre faiblesse : ils ont eu contentement, et je l'ai senti dans toute son étendue.
Page 171 - En moi elle fait tout autre chose : elle me fait suivre le précepte de Salomon : bien vivre et se réjouir ; et d'autant plus que cela fait vivre plus long-temps. Ainsi c'est à force d'aimer la vie que je ne crains pas la mort.
Page 149 - Je pense que je suis folle de ne vous avoir point encore écrit sur le mariage de ma nièce : mais je suis, en vérité, comme folle, et c'est la seule bonne raison que j'aie à vous donner. Mon fils s'en va dans trois jours à l'armée, ma fille dans peu d'autres en Provence : il ne faut pas croire qu'avec de telles séparations je puisse conserver ce que j'ai de bon sens. Ayez donc pitié, de moi, et croyez qu'au travers de toutes mes tribulations je sens toutes les injustices qu'on vous a faites....
Page 300 - Nous ne sommes pas de votre opinion, madame de Coligny et moi, sur la critique que vous faites de la maxime qui dit que la bonne grâce est au corps ce que le bon sens est à l'esprit. Nous croyons que M. de la Rochefoucauld veut dire que le corps sans la bonne grâce est aussi désagréable que l'esprit sans le bon sens, et nous trouvons cela vrai. Nous croyons encore qu'il ya de la différence entre la bonne grâce et le bon air...
Page 31 - ... fille de France : c'est que Grignan, qui n'est pas vieux, est déjà à sa troisième femme; il en use presque autant que d'habits, ou du moins que de carrosses; à cela près, je trouve ma cousine bien heureuse; mais pour lui il ne manque rien à sa bonne fortune. Au reste , Madame, je vous suis trop obligé des égards que vous avez pour moi en cette rencontre.
Page 231 - Je suis venue ici achever les beaux jours, et dire adieu aux feuilles : elles sont encore toutes aux arbres ; elles n'ont fait que changer de couleur : au lieu d'être vertes, elles sont aurore, et de tant de sortes d'aurore, que cela compose un brocart d'or riche et magnifique, que nous voulons trouver plus beau que du vert, quand ce ne serait que pour changer.
Page 199 - Il m'en coûtera cent pistoles pour son cheval, ou pour sa rançon. Mais cela lui a fait bien plus d'honneur que l'argent ne vaut. Il est bien heureux d'avoir été fait seul prisonnier, au moins de gens qui aient un nom. Il ya quinze jours que je me suis mis dans les remèdes , et cela m'a empêché d'aller à Livry. Cependant je n'en quitte pas encore le dessein : mais j'y veux aller coucher. Mandez-moi si l'abbé m'y pourra donner...

Informations bibliographiques