Mémoires de Henri Louis Lekain

Couverture
Colnet, 1801 - 420 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 5 - ... sept cent cinquante livres de rente , j'avais lieu d'espérer qu'en abandonnant le commerce et le talent de mon père, je ne perdrais rien au change, si je pouvais un jour être admis dans la troupe des comédiens du roi . « Ah , mon ami ! s'écria M. de Voltaire , ne prenez jamais ce parti-là ; croyez-moi , jouez la comédie pour votre plaisir , mais n'en faites jamais votre état. C'est le plus beau, le plus rare , le plus difficile des talens ; mais il est avili par des barbares et proscrit...
Page 11 - Je me souviendrai toujours que madame la duchesse du Maine , après lui avoir témoigné son étonnement et son admiration sur ce nouveau rôle, qu'il venait de composer, lui demanda quel était celui qui avait joué le rôle de Lentulus Sura, et que M. de Voltaire lui répondit : Madame, c'est le meilleur de tous. Ce pauvre hère qu'il traitait avec tant de bonté, c'était moi-même...
Page 6 - Point, point de Piron, me dit-il avec une voix tonnante et « terrible; je n'aime pas les mauvais vers; dites-moi tout ce que vous « savez de Racine. »
Page 27 - ... bonté , les autres nous font sentir qu'elle a des bornes , et nous apprennent à respecter votre indulgence même. Plus circonspects désormais , s'il est possible , plus attentifs à étudier les objets de votre estime et jusqu'à ceux de vos goûts , nous allons, Messieurs , vous présenter bientôt des ouvrages d'une espèce nouvelle , ornés de tout ce que le spectacle peut leur prêter de grâces et de variété. Le soin même que nous avons pris d'embellir le lieu destiné à vous rassembler...
Page 123 - C'est aux rois d'obéir alors qu'elle commande. Attale a le cœur grand, l'esprit grand, l'ame grande, Et toutes les grandeurs dont se fait un grand roi.
Page 14 - II faudrait, lui dit mademoiselle Dumesnil, avoir le diable au corps pour arriver au ton que vous voulez me faire prendre. — Eh ! vraiment oui, mademoiselle, lui répondit M. de Voltaire, c'est le diable au corps qu'il faut avoir pour exceller dans tous les arts.
Page 11 - Rome sauvée, lorsque nous jouâmes cette pièce au mois d'août i75o, sur le théâtre de madame la duchesse du Maine, au château de Sceaux. Je ne crois pas qu'il soit possible de rien entendre de plus vrai, de plus pathétique et de plus enthousiaste que M. de Voltaire dans ce rôle. C'était en vérité Cicéron lui-même, tonnant à la tribune aux harangues contre le destructeur de la patrie , des lois , des mœurs et de la religion.
Page 144 - Vous ne savez que trop qu'un homme de ma sorte, Quand il se rend coupable, un peu plus haut se porte ; Qu'il lui faut un grand crime à tenter son devoir, Où sa gloire se sauve à l'ombre du pouvoir.
Page 187 - Berlin (où je ne vai presque jamais) pour faire réussir la petite affaire que vous m'avez proposée. Si j'en viens à bout je vous le manderai; mais si vous ne recevez point de Lettres de moi, ce sera une preuve que je n'aurai pas eu le bonheur de réussir. Ce ne sera pas assurément faute de zèle, j'en aurai toujours un très vif pour tout ce qui vous regarde, et vous pouvez compter sur l'estime et l'amitié de v.
Page 15 - Mademoiselle, figurezvous que Mahomet est un imposteur, un fourbe, un scélérat qui a fait poignarder votre père, qui vient d'empoisonner votre frère, et qui, pour couronner ses bonnes œuvres, veut absolument coucher avec vous. Si tout ce petit manège vous fait un certain plaisir...

Informations bibliographiques