Images de page
PDF
[ocr errors]

Je dirai que l'amour sied bien à vos pareils,
Que ce tribut qu'on rend aux traits d'un beau visage
De la beauté d'une ame est un clair témoignage,
Et qu'il est mal-aisé que, sans être amoureux,
Un jeune prince soit et grand et généreux.
C'est une qualité que j'aime en un monarque :
La tendresse du cœur est une grande marque
Que d'un prince à votre âge on peut tout présumer,
Dès qu'on voit que son ame est capable d'aimer.
Oui, cette passion, de toutes la plus belle,
Traîne dans un esprit cent vertus après elle ;
Aux nobles actions elle pousse les cœurs,
Et tous les grands héros ont senti ses ardeurs.
Devant mes yeux, seigneur, a passé votre enfanee,
Et j'ai de vos vertus vu fleurir l'espérance ;
Mes regards observoient en vous des qualités
Où je reconnoissois le sang dont vous sortez ;
J'y découvrois un fonds d'esprit et de lumiere ;
Je vous trouvois bien fait, l'air grand, et l'ame fiere;
Votre cœur, votre adresse, éclatoient chaque jour:
Mais je m'inquiétois de ne point voir d'amour. -
Et, puisque les langueurs d'une plaie invincible "
Nous montrent que votre ame à ses traits est sensible,
Je triomphe; et mon cœur, d'alégresse rempli,
Vous regarde à présent comme un prince accompli.
E U R Y A L E,
Si de l'amour un temps j'ai bravé la puissance,
Hélas! mon cher Arbate, il en prend bien vengeance ;
Et, sachant dans quels maux mon cœur s'est abymé,
Toi-même tu voudrois qu'il n'eût jamais aimé.
Car enfin, vois le sort où mon astre me guide,
J'aime, j'aime ardemment la princesse d'Elide,
Et tu sais quel orgueil, sous des traits si charmants,
Arme contre l'amour ses jeunes sentiments,
Et comment elle fuit en cette illustre fête
Cctte foule d'amants qui briguent sa conquête,

Ah! qu'il est bien peu vrai que ce qu'on doit aimer, Aussitôt qu'on le voit, prend droit de nous charmer, Et qu'un premier coup-d'œil allume en nous les

flammes

Où le ciel en naissant a destiné nos ames !
A mon retour d'Argos je passai dans ces lieux,
Et ce passage offrit la princesse à mes yeux ;
Je vis tous les appas dont elle est revêtue,
Mais de l'œil dont on voit une belle statue :
Leur brillante jeunesse observée à loisir
Ne porta dans mon ame aucun secret desir ;
Et d'Ithaque en repos je revis le rivage,
Sans m'en être en deux ans rappelé nulle image.
Un bruit vient cependant à répandre à ma cour
Le célebre mépris qu'elle fait de l'amour,
On publie en tous lieux que son ame hautaine
Garde pour l'hyménée une invincible haine,
Et qu'un arc à la main, sur l'épaule un carquois,
Comme une autre Diane elle hante les bois,
N'aime rien que la chasse, et de toute la Grece
Fait soupirer en vain l'héroïque jeunesse.
Admire nos esprits, et la fatalité !
Ce que n'avoient point fait sa vue et sa beauté,
Le bruit de ses fiertés en mon ame fit naître
Un transport inconnu dont je ne fus point maître :
Ce dédain si fameux eut des charmes secrets
A me faire avec soin rappeler tous ses traits; .
Et mon esprit, jetant de nouveaux yeux sur elle,
M'en refit une image et si noble et si belle,
Me peignit tant de gloire et de telles douceurs
A pouvoir triompher de toutes ses froideurs,
Que mon cœur, aux brillants d'une telle victoire,
Vit de sa liberté s'évanouir la gloire :
Contre une telle amorce il eut beau s'indigner,
Sa douceur sur mes sens prit tel droit de régner,
Qu'entraîné par l'effort d'une occulte puissance

J'ai d'Ithaque en ces lieux fait voile en diligence ; Et je couvre un effet de mes vœux enflammés Du desir de paroître à ces jeux renommés Où l'illustre Iphitas, pere de la princesse, Assemble la plupart des princes de la Grece. / * A R B A T E. 4 Mais à quoi bon, seigneur, les soins que vous prenez ? Et pourquoi ce secret où vous vous obstinez ? Vous aimez, dites-vous, cette illustre princesse, Et venez à ses yeux signaler votre adresse; ' . Et nuls empressements, paroles ni soupirs, Ne l'ont instruite encor de vos brûlants desirs ! Pour moi, je n'entends rien à cette politique Qui ne veut point souffrir que votre cœur s'explique ; Et je ne sais quel fruit peut prétendre un amour Qui fuit tous les moyens de se produire au jour. E U R Y A L E. Et que ferai-je, Arbate, en déclarant ma peine, Qu'attirer les dédains de cette ame hautaine, Et me jeter au rang de ces princes soumis Que le titre d'amants lui peint en ennemis ? Tu vois les souverains de Messene et de Pyle Lui faire de leurs cœurs un hommage inutile, Et de l'éclat pompeux des plus hautes vertus En appuyer en vain les respects assidus : Ce rebut de leurs soins sous un triste silence Retient de mon amour toute la violence; Je me tiens condamné dans ces rivaux fameux, Et je lis mon arrêt au mépris qu'on fait d'eux. - A R B A T E. , Et c'est dans ce mépris et dans cette humeur fiere Que votre ame à ses vœux doit voir plus de lumiere, Puisque le sort vous donne à conquérir un cœur Que défend seulement une simple froideur, Et qui n'oppose point à l'ardeur qui vous presse De quelque attachement l'invincible tendresse.

Un cœur préoccupé résiste puissamment :
Mais quand une ame est libre, on la force aisément;
Et toute la fierté de son indifférence
N'a rien dont ne triomphe un peu de patience.
Ne lui cachez donc plus le pouvoir de ses yeux,
Faites de votre flamme un éclat glorieux ;
Et, bien loin de trembler de l'exemple des autres, -
Du rebut de leurs vœux enflez l'espoir des vôtres. ,
Peut-être, pour toucher ses séveres appas,
Aurez-vous des secrets que ces princes n'ont pas ;
Et, si de ses fiertés l'impérieux caprice
Ne vous fait éprouver un destin plus propice,
Au moins est-ce un bonheur, en ces extrémités,
Que de voir avec soi ses rivaux rebutés.

E U R Y A. L E.
J'aime à te voir presser cet aveu de ma flamme ;
Combattant mes raisons, tu chatouilles mon ame ;
Et par ce que j'ai dit je voulois pressentir
Si de ce que j'ai fait tu pourrois'm'applaudir.
Car enfin, puisqu'il faut t'en faire confidence,
On doit à la princesse expliquer mon silence ;
Et peut-être, au moment où je t'en parle ici,
Le secret de mon cœur, Arbate, est éclairci.
Cette chasse où, pour fuir la foule qui l'adore,
Tu sais qu'elle est allée au lever de l'aurore,
Est le temps que Moron, pour déclarer mon feu,
A pris. -

A R B A. T E,

Moron, seigneur !
E U R Y A T, E.
Ce choix t'étonne un peu.

Par son titre de fou tu crois le bien connoître :
Mais sache qu'il l'est moins qu'il ne le veut paroître,
Et que, malgré l'emploi qu'il exerce aujourd'hui,
Il a plus de bon sens que tel qui rit de lui.
La princesse se plaît à ses bouffonneries :

[ocr errors]

Il s'en est fait aimer par cent plaisanteries,
Et peut, dans cet accès, dire et persuader
Ce que d'autres que lui n'oseroient hasarder.
Je le vóis propre enfin à ce que j'en souhaite;
Il a pour moi, dit-il, une amitié parfaite,
Et veut, dans mes états ayant reçu le jour,
Contre tous mes rivaux appuyer mon amour.
Quelque argent mis en main pour soutenir ce zele...

[ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »