Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Ce mariage doit être heureux ; car il donne de la joie à tout le monde, et je fais rire tous ceux à qui j'en parle. Me voilà maintenant le plus content des hommes.

[ocr errors]

D o R 1M E N E , dans le fond du théâtre, à un petit laquais qui la suit. Allons, petit garçon, qu'on tienne bien ma queue, - et qu'on ne s'amuse pas à badiner. s G A N A R E L L E, à part, appercevant Dorimene. Voici ma maîtresse qui vient. Ah ! qu'clle est agréable ! Quel air et quelle taille ! Peut-il y avoir un homme qui n'ait, en la voyant, des démangeaisons de se marier ?(à Dorimene.) Où allez-vous, belle mignonne, chere épouse future de votre époux futur ? D O R 1 M E N E. Je vais faire quelques emplettes. s G A N A R E L L E. Hé bien ! ma belle , c'est maintenant que nous allons être heureux l'un et l'autre. Vous ne serez plus en droit de me rien refuser; et je pourrai faire avec vous tout ce qu'il me plaira, sans que personne s'en scandalise. Vous allez être à moi depuis la tête jusqu'aux pieds : et je serai maître de tout; de vos petits yeux éveillés, de votre petit nez frippon, de vos levres appétissantes, de vos oreilles amoureuses, de votre petit menton joli, de vos petits tettons rondelets , de votre... enfin toute votre personne sera à ma discrétion, et je serai à même pour vous caresser comme je voudrai. N'êtes-vous pas bien aise de ce mariage, mon aimable pouponne ? D o R 1 M E N E. Tout-à-fait aise, je vous jure. Car ensin la sévérité de mon pere m'a tenue jusques ici dans une sujétion

la plus fâcheuse du monde. Il y a je ne sais combien que j'enrage du peu de liberté qu'il me donne ; et j'ai cent fois souhaité qu'il me mariât, pour sortir promptement de la contrainte où j'étois avec lui, et me voir en état de faire ce que je voudrai. Dieu merci, vous êtes venu heureusement pour cela ; et je me prépare désormais à me donner du divertissement, et à réparer comme il faut le temps que j'ai perdu. Comme vous êtes un fort galant homme, et que vous savez comme il faut vivre. je crois que nous ferons le meilleur ménage du monde ensemble, et que vous ne serez point de ces maris incommodes qui veulent que leurs femmes vivent comme des loups-garous. Je vous avoue que je ne m'accommoderois pas de cela , et que la solitude me désespere.

J'aime le jeu, les visites, les assemblées, les cadeaux :

et les promenades, en un mot toutes les choses de plaisir ; et vous devez être ravi d'avoir une femme de mon humeur. Nous n'aurons jamais aucun démêlé ensemble : et je ne vous contraindrai point dans vos , actions, comme j'espere que, de votre côté, vous ne me contraindrez point dans les miennes ; car, pour moi, je tiens qu'il faut avoir une complaisance mutuelle, et qu'on ne se doit point marier pour se faire enrager l'un l'autre. Enfin nous vivrons, étant mariés, comme deux personnes qui savent leur monde : aucun soupcon jaloux ne nous troublera la cervelle ; et c'est assez que vous serez assuré de ma fidélité, comme je serai persuadée de la vôtre. Mais qu'avezvous ? je vous vois tout changé de visage. S G A N A R E L IL E.

Ce sont quelques vapeurs qui me viennent de

monter à la tête.
D O R I M E N E.

C'est un mal anjourd'hui qui attaque beaucoup

de gens; mais notre mariage vous dissipera tout cela.

[ocr errors]

Adieu : il me tarde déja que je n'aie des habits raisonnables pour quitter vîte ces guenilles. Je m'en vais de ce pas achever d'acheter toutes les choses qu'il me faut, et je vous envoierai les marchands.

[ocr errors]

G É R o N 1 M o.

Ah! seigneur Sganarelle, je suis ravi de vous trouver encore ici ; et j'ai rencontré un orfevre qui, sur le bruit que vous chercaiez quelque beau diamant en bague pour faire un présent à votre épouse, m'a fort prié de vous venir parler pour lui, et de vons dire qu'il en a un à vendre, le plus parfait du monde.

S G A N A R E L L E. Mon dieu! cela n'est pas pressé. - G É R o N : M o.

Comment ! que veut dire cela ?Où est l'ardeur que

vous montriez tout-à-l'heure ?
S G A N A R E L L E.

Il m'est venu, depuis un moment, de petits scrupules sur le mariage.Avant que de passer plus avant, je voudrois bien agiter à fond cette matiere, et que l'on m'expliquât un songe que j'ai fait cette nuit, et qui vient tout-à-l'heure de me revenir dans l'esprit. Vous savez que les songes sont comme des miroirs où l'on découvre quelquefois tout ce qui nous doit arriver. Il me sembloit que j'étois dans un vaisseau, sur une mer bien agitée, et que...

G É R o N 1 M o.

Seigneur Sganarelle, j'ai maintenant quelque petite affaire qui m'empêche de vous ouir. Je n'entends rien du tout aux songes; et, quant au raisonnement du mariage, vous avez deux savants, deux philosophes vos voisins, qui sont gens à vous débuter tout ce qu'on

[graphic]
[ocr errors][ocr errors]

peut dire sur ce sujet.Comme ils sont de sectes dif-
férentes, vous pouvez examiner leurs diverses opi-
nions là-dessus. Pour moi, je me contente de ce que
je vous ai dit tantôt, et demettre votre serviteur.
s c A N A R E T. L r , scu /. -
Il a raison : il faut que je cousulte un peu ces gens-

[ocr errors][ocr errors]

PAN CRA c E, se tournant du côté par il est
entré, et sans voir Sgcnarelle.
Allez, vous êtes un impertinent , mon ami , un
homme ignare de toute bonne discipline, bannissable
de la république des lettres. -
S G A N A R E L L E.
Ah ! bon. En voici nn fort à propos.
r A N C R A c E, de méme, sans voir Sganarelle.
Oui, je te soutiendrai par vives raisons, je te mon-
trerai par Aristote, le philosophe des philosophes,
que tu es un ignorant, un ignorantissime, ignoran .
tifiant et ignorantisié, par tous les cas et modes imagi-
'nables. . - -
s G A N A R E L L E, à part.
Il a pris querelle contre quelqu'un. Pancrace.)
Seigneur...
r A N G R A c r, de méme, sans voir Sganarelle.
Tu te veux mêler de raisonner, et tu ne sais pas
seulement les éléments de la raison.
s G A N A R E L L F. à part.
La colere l'empêche de me voir. Pancrace.)
Seigneur...
r A N C R A c E, de méme, sans voir Sganarelle.
C'est une proposition condamnable dans toutes les
terres de la philosophie.

« PrécédentContinuer »