Images de page
PDF
[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

s G AN A R E L L E, tenant une tabatiere.

Uo 1 que puissent dire Aristote et toute la philosophie, il n'est rien d'égal au tabac : c'est la passion des honnêtes gens; et qui vit sans tabac n'est pas digne de vivre. Non seulement il réjouit et purge les cerveaux humains, mais encore il instruit les ames à la vertu, et l'on apprend avec lui à devenir honnête homme. Ne voyez-vous pas bien, dès qu'on en prend, de quelle maniere obligeante on en use avec tout le monde, et comme on est ravi d'en donner à droite et à gauche, par-tout où l'on se trouve ? On n'attend pas même que l'on en demande, et l'on court au-devant du souhait des gens : tant il est vrai que le tabac inspire des sentiments d'honneur et de vertu à tous ceux qui en prennent. Mais c'est assez de cette matiere; reprenons un peu notre discours. Si bien donc, cher Gusman, que done Elvire ta maîtresse, surprise de notre départ, s'est mise en campagne après nous ; et son cœur, que mon maître a su toucher trop for

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

G U S M A N . "

Je me sais pas, de vrai, quel homme il peut être,

or s'il faut qu'il nous ait fait cette perfidie; et je ne

le : · comprends point comme, après tant d'amour et tant

es ! ' d'impatience témoignée, tant d'hommages pressants,

de vœux, de soupirs et de larmes, tant de lettres

$ ·passionnées, de protestations ardentes et de ser

# ments réitérés, tant de transports enfin et tant d'em|

portements qu'il a fait paroître, jusqu'à forcer, dans sa passion, l'obstacle sacré d'un couvent pour mettre done Elvire en sa puissance; je ne comprends pas, dis-je, comme, après tout cela,il auroit le cœur #i de pouvoir manquer à sa parole. . ° o ' ; s G AN A R E L L E. Je n'ai pas grande peine à le comprendre, moi; et #! si tu connoissois le pélerin, tu trouverois la chose # ! assez facile pour lui. Je ne dis pas qu'il ait changé de sentiments pour done Elvire,je n'en ai point de certitude encore. Tu sais que, par son ordre, je partis , avant lui; et, depuis son arrivée, il ne m'a point ens tretenu : mais, par précaution, je t'apprends, inter nos, que tu vois dn don Juan mon maître le plus grand scélérat que la terre ait jamais porté, un en# ragé, un chien, un démon, un Turc, un hérétique qui ne croit ni ciel, ni enfer, ni diable, qui passe cette , vie en véritable bête brute, un pourceau d'Epicure, f un vrai Sardanapale, qui ferme l'oreille à toutes les remontrances qu'on lui peut faire, et traite de billevesées tout ce que nous croyons. Tu me dis qu'il a épousé ta maîtresse; crois qu'il auroit plus fait pour sa passion, et qu'avec elle il auroit encore épousé toi, son chien et son chat. Un mariage ne lui coûte rien à contracter; il ne se sert point d'autres pieges pour attraper les belles, et c'est un épouseur à toutes mains. Dame, demoiselle, bourgeoise, paysanne, il I , ) .

[ocr errors]
[graphic]
[graphic]

ne trouve rien de trop chaud ni de trop froid pour lui; et si je te disois le nom de toutes celles qu'il a épousées en divers lieux, ce seroit un chapitre à durer jusqu'au soir. Tu demeures surpris, et changes de couleur à ce discours : ce n'est là qu'une ébauche du personnage; et, pour en achever le portrait, il faudroit bien d'autres coups de pinceau. Suffit qu'il faut que le courroux du ciel l'accable quelque jour; qu'il me vaudroit bien mieux d'être au diable que ' d'être à lui; et qu'il me fait voir tant d'horreurs, que je souhaiterois qu'il fût déja je ne sais où. Mais un grand seigneur méchant homme, est une terrible chose : il faut que je lui sois fidele en dépit que j'en aie; la crainte en moi fait l'office du zele, bride mes sentiments, et me réduit d'applaudir bien souvent à ce que mon ame déteste.Le voilà qui vient se promener dans ce palais, séparons-nous. Ecoute au moins : je t'ai fait cette confidence avec franchise, et cela m'est sorti un peu bien vîte de la bouche; mais s'il falloit qu'il en vînt quelque chose à ses oreilles, je dirois hautement que tu aurois menti.

S C E N E I I.
- D ON JUAN, s GANARELLE.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »