Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][subsumed][subsumed][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Que voulez-vous que je dise ? Vous soutenez également toutes deux que je vous ai promis de vous prendre pour femmes.Est-ce que chacune de vous ne sait pas ce qui en est, sans qu'il soit nécessaire que je m'explique davantage ? Pourquoi m'obliger la-dessus à des redites ? Celle à qui j'ai promis effectivement n'a-t-elle pas en elle-même de quoi se moquer des discours de l'autre ? et doit-elle se mettre en peine, pourvu que j'accomplisse ma promesse ? Tous les discours n'avancent point les choses. Il faut faire, et non pas dire; et les effets décident mieux que les paroles.Aussi n'est-ce que par-là que je vous veux mettre d'accord; et l'on verra, quand je me marierai, laquelle des deux a mon cœur. (bas, à Mathurine. ) Laissez-lui croire ce qu'elle voudra. (bas, à Charlotte.) Laissez-la se flatter dans son imagination. (bas à Mathurine.)Je vous adore. (bas, à Charlotte.) Je suis tout à vous. (bas, à Mathurine.) Tous les visages sont laids auprès du vôtre. ( bas, à Charlotte.) On ne peut plus souffrir les autres quand on vous a vue. (haut. ) J'ai un petit ordre à donner;je viens vous retrouver dans un quart-d'hcure.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Je suis celle qu'il aime, au moins.
M A T H U R 1 N E, à Charlotte.

C'est moi qu'il épousera. sGANARELLe, arrétant Charlotte et Mathurine.

Ah! pauvres filles que vous êtes, j'ai pitié de votre innocence, et je ne puis souffrir de vous voir courir à votre malheur. Croyez-moi, l'une et l'autre : ne vous amusez point à tous les contes qu'on vous fait, et demeurez dans votre village.

[ocr errors][ocr errors]

D oN 3 U AN, dans le fond du théâtre, à part.

Je voudrois bien savoir pourquoi Sganarelle ne

me suit pas.
s G A N A R E I. L E.

Mon maître est un fourbe; il n'a dessein que de vous abuser, et en a bien abusé d'autres : c'est l'épouseur du genre humain, et... (appercevant don Juan.) Cela est faux; et quiconque vous dira cela, vous lui devez dire qu'il en a menti. Mon maître n'est point l'épouseur du genre humain, il n'est point fourbe; il n'a pas dessein de vous tromper, et n'en a point abusé d'autres. Ah ! tenez, le voilà; demandez-le plutôt à lui-même.

D o N 3 U AN, regardant Sganarelle, et le soupconnant d'avoir parlé. Oui ! 3. , 2 T

« PrécédentContinuer »