Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors][subsumed]

U R A N I E.
Ah! voici Dorante que nous attendions.

[ocr errors][ocr errors]

D O R A N T E.

Ne bougez, de grace, et n'interrompez point votre discours. Vous êtes là sur une matiere qui, depuis quatre jours, fait presque l'entretien de toutes les maisons de Paris ; et jamais on n'a rien vu de si plaisant que la diversité des jugements qui se font làdessus : car enfin j'ai oui condamner cette comédie à certaines gens par les mêmes choses que j'aivu d'autres

- estimer le plus.
U R A N I E.
Voilà monsieur le marquis qui en dit force mal. .
L E M A R o U 1 s. -

Il est vrai.Je la trouve détestable, morbleu! détestable, du dernier détestable, ce qu'on appelle detestable.

[ocr errors]

ID O R A N T E. Tu es donc, marquis, de ces messieurs du bel air qui ne veulent pas que le parterre ait du sens commun, et qui seroient fâchés d'avoir ri avec lui, fût-ce de la meilleure chose du monde ? Je vis l'autre jour sur le théâtre un de nos amis qui se rendit ridicule par-là. Il écouta toute la piece avec un sérieux le plus sombre du monde; et tout ce qui égayoit les autres ridoit son front. A tous les éclats de risée, il hanssoit les épaules, et regardoit le parterre en pitié; et quelJuefois aussi, le regardant avec dépit, il lui disoit tout haut; Ris donc, parterre, ris donc. Ce fut une seconde comédie que le chagrin de notre ami: illadonna en galant homme à toute l'assemblée, et chacun demeura d'accord qu'on ne pouvoit pas mieux jouer qu'il fit.Apprends, marquis, je te prie, et les autres aussi, que le bon sens n'a point de place déterminée à la comédie; que la différence du demi-louis d'or et de la piece de quinze sous ne fait rien du tout au bon goût; que debont ou assis on peut donner un mauvais jugement; et qu'enfin, à le prendre en général, je me fierois assez à l'approbation du parterre, par la raison qu'entre ceux qui le composent il y en a plusieurs qui sont capables de juger d'une piecc selon les regles, et que les autres en jugent par la bonne façon d'en juger, qui est de se laisser prendre aux choses, et de n'avoir ni prévention aveugle, ni complaisance affectée, ni délicatesse ridicule. I, E M A R Q U 1 s, Te voilà donc, chevalier, le défenseur du parterre ! Parblen! je m'en réjouis, et je ne manquerai pas de l'avertir que tu es de ses amis. Hai, hai, hai,. bai, hai, hai. D O R A N T F. Ris tant que tn voudras.Je suis pour le bor sens, et ne saurois souffrir les ébullitions de cerveau dc nos

« PrécédentContinuer »