Images de page
PDF
ePub

vous n'êtes point touché de votre intérêt, soyez-le au moins de mes prieres, et m'épargnez le cruel déplaisir de vous voir condamner à des supplices éternels. S GAN ARELLE,

à

part. Pauvre femme!

DONE ELVIRE.

Je vous ai aimé avec une tendresse extrême, rien au monde ne m'a été si cher que vous, j'ai oublié imon devoir pour vous, j'ai fait tontes choses pour vous; et toute la récompense que je vous en demande, c'est de corriger votre vie, et de prévenir votre perte. Sauvez-vous, je vous prie, ou pour l'amour de vous, ou pour

l'amour de moi. Encore une fois, don Juan, je vous le demande avec larmes; et si ce n'est assez des larmes d'une personne que vous avez aimée, je vous en conjure par tout ce qui est le plus capable de vous toucher. SGANARELLE, à part, regardant don Jnan. Coeur de tigre!

DONE ELVIRE.

Je m'en vais après ce discours; et voilà tout ce qne j'avois à vous dire.

DON JUAN.

Madame, il est tard, demeurez ici; on vous y logera le mieux qu'on pourra.

DONE ELVIRE.

Non, don Juan; ne me retenez pas davantage.

DON JUAN.

Madame', vous me ferez plaisir de demeurer , je

vous assure.

DONE ELVIRE.

Non, vous dis-je; ne perdons point de temps en discours superflus. Laissez-moi vîte aller, ne faites aucune instance pour me conduire, et songez seale. ment à profiter de mon avis.

SCENE X.

DON JUAN, SGANARELL E.

DON JUAN.

[ocr errors][ocr errors]

Sais- tu bien que j'ai encore senti quelque peu d'émotion pour elle, que j'ai trouvé de l'agrément dans cette nouveauté bizarre, et que son habit négligé, son air languissant, et ses larmes, ont réveillé en moi quelques petits restes d'un feu éteint ?

SGA NARELLE.
C'est-à dire que ses paroles n'ont fait aucun effet
sur vous ?

DON JUAN.
Vite, à souper.

SGANARELLE.
Fort bien.

SCENE XI,
DON JUAN, SGANAR ELLE,
LA VIOLETTE, RAGOTIN.

DON JUAN, se mettant à table.
Sganarelle, il faut songer à s'amender pourtant.

SGANARILLE.
Oui-då.

DON JUAN.
Oui, ma foi, il faut s'amender. Encore vingt ou
trente ans de cette vie-ci, et puis nous songerons

à

[ocr errors][ocr errors]
[blocks in formation]

SGANARELLE. Rien. Voilà le

souper. ( Il prend un morceau d'un des plats qu'on ap

porte, et le met dans sa bouche.)

DON JUAN.

Il me semble que tu as la joue entlée, qu'est-ce que c'est? Parle donc; qu'as-tu là ?

SGANARELLE. Rien.

DON JUAN.

DON JUAN.

Montre un peu. Parbleu! c'est une fluxion qui lui est tombée sur la joue. Vite, ane lancette pour percer cela. Le pauvre garçon n'en peut plus, et cet abcès le pourroit étouffer. Attends. Voyez comme il étoil wûr. Ah! coquin que vous êtes !...

SGANARELLE, Ma foi, monsieur, je voulois voir si votre cuisinier n'avoit point mis trop de sel ou trop de poivre.

Allons, mets-toi là, et mange. J'ai à faire de toi, quand j'aurai soupé. Tu as faim, à ce que je vois.

SGAN ARELLE, se mettant à table. Je le crois bien, monsieur; je n'ai point mangé depuis ce matin. Tâtez de cela , voilà qui est le meilleur du monde. ( à Ragotin, qui, à mesure que Sganarelle met quelque chose sur son assiette, la lui ôte , dès que Sganarelle tourne la tété.) Mon assiette ! mon assiette ! Tout doux, s'il vous plait. Vertubleu! petit compere, que vous êtes habile à donner des assiettes nettes ! Et vous, petit la Violetle, que vous savez présenter à boire à propos! (Pendant que la Violette donne à boire à Sga

narelle, Ragotin ote encore son assiette.)

DON JUAN.

Qui peut frapper de cette sorte ?

SGANARELLE.

Qui diable nous vient troubler dans notre repas?

DON JUAN.

Je veux souper en repos au moins, et qu'on na laisse entrer personne.

SGANAR ELLE.

Laissez-moi faire; je m'y en vais moi-même.-
DON JUAN, voyant revenir Sganarelle effrayé.

Qu'est-ce donc? Qu'y a-t-il?
S GAN ARELLE,

baissant la téte comme la

statue. Le... qui est là.

DON JUAN. »

Allons voir, et montrons que rien ne me sauroit ébranler.

SGANAR ELLE."

Ah! pauvre Sganarelle , où te cachoras-tu ?

SCENE XII.

DON JUAN, LA STATUE DU COMMANDEUR,
SGANARELLE, LA VIOLETTE, RAGOTIN.

DON JUAN, à ses gens.
Une chaise et un couvert. Vite donc.

(Don Juan et la statue se mettent à table.) (à Sganarelle.) Allons, mets-toi à table.

SGANARELLE

Monsieur, je n'ai plus faim,

DON JUAN.

1

Mets-toi là, te dis-je. A boire. A la santé du com. wandeur. Je te la porte , Sganarelle. Qu'on lui donne du vin.

SGANARE ILE.

Monsieur, je n'ai pas soif.

DON JUAN.

Bois, et chante ta chanson pour régaler le commandeur.

SGANARELLE,
Je suis enrhumé, monsieur.

DON JUAN.
Il n'importe. Allons. (à ses gens.) Vous autres,
Venez; accompagnez sa voix.

LA STATUE.
Don Juan, c'est assez. Je vous invite à venir de-
main souper avec moi. En aurez-vous le courage?

DON JUAN.
Oui, j'irai, accompagné du seul Sganarelle.

SG'ANARELLE.
Je vous rends grace; il est demain jeûne pour moi.

JUAN, à Sganarelle.
Prends ce flambeau.

DON J

LA STATUE.

On n'a pas besoin de lumiere quand on est conduit par

le ciel.

[merged small][merged small][ocr errors]
« PrécédentContinuer »