Images de page
PDF
ePub

MADAME,

Je sais bien que VOTRE MAJESTÉ n'a que faire de toutes nos dédicaces, et que ces prétendus devoirs. dont on lui dit élégamment qu'on s'acquitte envers elle sont des hommages, à dire vrai, dont elle nous dispenseroit très volontiers : mais je ne laisse pas d'avoir l'audace de lui dédier la Critique de l'Ecole des Femmes, et je n'ai pu refuser cette petite occasion de pouvoir témoigner ma joie à VOTRE MAJESTÉ sur cette heureuse convalescence qui redonne à nos væux la plus grande et la meilleure princesse du monde, et nous promet en elle de longues années d'une santé vigoureuse. Comme chacun regarde les choses du côté de ce qui le touche, je me réjouis , dans cette alégresse générale, de pouvoir encore avoir l'honneur de divertir VOTRE MAJESTÉ; elle, MADAME, qui prouve si bien que la véritable dévotion n'est point contraire aux honnêtes divertissements; qui, de ses hautes pensées et de ses importantes occupations, descend si humainement dans le plaisir de nos spectacles, et ne dédaigne pas de rire de cette même bouche dont elle prie si bien Dicu : je flatte, dis-je, mon esprit de l'espérance de cette gloire; j'en attends le moment avec toutes les impatiences du monde; et, quand je jouirai de ce bonbeur, ce sera la plus grande joie que puisse recevoir, MÁDAME,

DE VOTRE MAJESTÉ

le très humble, très obéissant et très fidele serviteur

MOLIERE.

URANIE.
ELISE.
CL 1M E NE.
LE MARQUIS
DORANTE OU LE CHE VALIE R.
LYSIDAS, poëte.
GALOPIN, laquais.

La scene est à Paris, dans la raison d'Uranie.

DE

L'ÉCOLE DES FEMMES.

SCENE I.

URANIE, ÉLISE.

URANIE. 01! site?

É LISE. Personne du monde.

URANIE. Vraiment! voilà qui m'étonne, que nous ayons été seules l'une et l'autre tout aujourd'hui.

É LISE. Cela m'étonne aussi : car ce n'est guere notre coutume; et votre maison , Dieu merci , est le refuge ordinaire de tous les fainéants de la cour.

URANIE.

L'après-dînée, à dire vrai, m'a semblé fort longue.

É LISE.

Et moi je l'ai trouvée fort courte.

URANIE.

C'est

que les beaux esprits, cousine, aiment la solitude.

ÉLISE. Ah! très humble servante au bel esprit! vous savez que ce n'est pas là que je vise.

URANIE.

[ocr errors]

Pour moi, j'aime la compagnie, je l'avoue.

É LISE. Je l'aime aussi, mais je l'aime choisie; et la quantité des soltes visites qu'il vous faut essuyer parmi les autres est cause bien souvent que je prends plaisir d'être seule.

URÀNIE. La délicatesse est trop grande de ne pouvoir souffrir que des gens triés.

ÉLIS.Z. Et la complaisance est trop générale de souffrir indifféremment toutes sortes de personnes.

URANIE. Je goûte ceux qui sont raisonnables, et me diver., tis des extravagants.

É LISE. Ma foi, les extravagants ne vont guere loin sans vous ennuyer, et la plupart de ces gens-là ne sont plus plaisants dès la seconde visite. Mais, à propos d'extravagants, ne voulez-vous pas me défaire de votre marquis incominode? Pensez-vous me le laisser toujours sur les bras, et que je puisse durer à ses turlupinades perpétuelles ?

URANIE

Ce langage est à la mode, et l'on le tourne en plaisanterie à la cour.

É LI:E. Tant pis pour ceux qui le font, et qui se tuent tout le jour à parler ce jargon obscar. La belle chose de faire entrer aux conversations du Louvre de vieilles équivoques ramassées parmi les bones des balles et de la place Maubert! La jolie facon de plaisanter pour des conrtisans! et qu'un homme montre d'esprit lorsqu'il vient vous dire : Madame, vous êtes dans la place royale, et tout le monde vous voit de trois

lienes de Paris, car chacun vous voit de bon qil! à cause que Bonneuil est un village à trois lieues d'ici. Cela n'est-il pas bien galant et bien spirituel ? Et ceux qui trouvent ces belles rencontres n'ont-ils pas lieu de s'en glorifier?

URANIE,

On ne dit pas cela aussi comme une chose spirituelle; et la plupart de ceux qui affectent ce langage savent bien eux-mêmes qu'il est ridicule.

É LISE. Tant pis encore de prendre peine à dire des sottises, et d'être mauvais plaisants de dessein formé. Je les en tiens moins excusables; et si j'en étois juge, je sais bien à quoi je condamnerois "tous ces messieurs les turlupins.

[ocr errors]

URANIE.

Laissons cette matiere qui t'échauffe un peu' trop, et disons que Dorante vient bien tard, à mon avis, pour le sooper que nous devons faire ensemble.

ÉLISE.
Peut-être l'a-t-il oublié, et que...

SCENE I I.

URANIE, ÉLISE, GALOPIN.

GALOPIN. Voilà Climene, madame, qui vient ici pour vous voir.

URANIE. Hé! mon dien! quelle visite !

É LI'S E. Vous vous plaignez d'être seule; aussi le ciel vous en punit.

URANIE.

Viie, qu'on aille dire que je n'y suis pas.

« PrécédentContinuer »