Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][graphic]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors][graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

LE public, nous le savons, avait renoncé à lire les préfaces long-temps avant que les auteurs se fussent lassés d'en faire. Aussi lui ferions-nous grace de la nôtre, si elle n'était pour nous l'accomplissement d'un devoir. Que MM. Walckenaer et Musset-Pathay, dont les excellentes Histoires de La Fontaine et de J.-J. Rousseau nous ont donné l'idée d'entreprendre le même travail sur Molière, trouvent ici l'expression de notre reconnaissance; que le biographe du fabuliste surtout, dont le plan avait des rapports plus directs avec le nôtre, reçoive l'assurance que son livre a été pour nous un guide que nous nous sommes fait une loi de suivre. Que M. Beffara nous permette de révéler que, si quelque exactitude dans les détails historiques de notre ouvrage fait pardonner ses imperfections, c'est en grande partie à ses laborieuses recherches et à son inépuisable complaisance que nous devons cette sorte de compensation. Comme nous tenons beaucoup à ce que cet acquit de conscience reçoive autant de publicité que possible, nous ne ferons pas notre avertissement plus long, afin · qu'il soit lu.

15 avril 1828.

Nous sommes heureux de pouvoir renouveler ici ce témoignage de gratitude. Mais aux dettes de reconnaissance que nous avions précédemment contractées, M. Beffara et M. Guérard, de la Bibliothèque du Roi, sont venus en ajouter de nouvelles. C'est à ce dernier, on le verra, qu'est due la récente découverte du lieu où naquit Molière.

Le savant traducteur d'Ovide, M. Villenave, a également eu l'obligeance de nous communiquer une lettre autographe, qui offre trop d'intérêt pour que nous ne la rapportions pas ici. On verra par ce précieux document si les reproches adressés à Grimarest par Boileau et J.-B. Rousseau avaient quelque chose d'exagéré.

[merged small][ocr errors][merged small]

JE me donne l'honneur de vous envoyer l'article de la Vie de Molière qui regarde le Tartuffe, sur ce que M. de Fontemelle m'a dit que vous doutiez de la discrétion et du respect que je devais avoir en rapportant ce fait. Vous n'ignorez pas, Monseigneur, tous les mauvais contes que l'on a faits sur cet endroit de la vie de Molière J'en ai approfondi la fausseté avec soin ; mais plus de vingt personnes m'ont assuré que la chose se passa à peu près comme je t'ai rendue, et j'ai cru qu'elle était d'autant plus véritable que dans le

Ménagiana, imprimé avec privilège en 1693, on fait dire à M. Mé

« PrécédentContinuer »