Images de page
PDF
ePub
[graphic][subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors][ocr errors][ocr errors][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

PRE F A C E. O n travaille depuis plus d'un siecle à débrouiller le chaos de l'Histoire de France; plusieurs Savans y ont mis la main, & nous ont laissé des ouvrages que la postérité lira avec plaisir : il faut pourtant convenir que c'est un champ si va ste, qui demande tant de recherches & de discussions, qu'il n'est gueres possible d'acquérir l'exa&titude & la clarté que l'on desire dans une histoire générale, que par les histoires particulieres des Provinces & des Villes, faites par des personnes qui les habitent depuis long-temps , & qui en connoissent parfaitement le local, les archives & les monumens.

Adrien de Valois, quoique consommé dans l'étude de notre Histoire , ne s'est-il pas trompé en plusieurs endroits de sa notice ? Il avoit assurément tous les talens nécessaires à ce grand ouvrage, il ne lui manquoit que le secours des chartres & les connoissances locales : quelles lumieres ne répandroient-elles pas sur toutes les parties de notre Histoire ? (1) Les faits, dit M. Secousse, font nécessairement attachés aux lieux ils se sont passés; & l'on ne peut se faire une juste idée des uns, sans connoître parfaitement les autres. Les monumens antiques , ajoute M. de Caylus, étendent les connoissances, expliquent les faits obscurs & mettent sous les yeux les progrès des Arts ; ils offrent quelquefois des fingularités que l'on ne trouve pas dans les plus amples cabinets ; ils éclaircissent les difficultés historiques, la gravure les rend communes à tous les Peuples qui cultivent les lettres.

Ces motifs & le desir de me rendre utile à mes Concitoyens, m'engageoient à rendre publiques les recherches & les découvertes que j'ai faites depuis vingt ans dans le Pays dont j'écris l'histoire : j'hésitois encore, lorsque j'ai appris que M. Legouz de Gerland faisoit graver les antiques de la Province; il n'exceptoit, disoit-on, que ceux du Bailliage de Beaune , pour me laisser apparemment le soin de les donner au Public. J'ai cru que l'on seroit curieux de voir la

i

(1) Histoire de l'Académie des Inscriptions, tome 7, page 303.

« PrécédentContinuer »