Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

Le ?, la cour'a condamné à mort le nommé Lacroix, commissionnaire, agė de 18 ans, déclaré coupable d'attentat ayant pour but de renverser le gouverne. ment. Lacroix avoit tenté de tuer, le 6 juin, un garde national, de complicité avec le nommé Simonnoi , cordognier, qui a été acquitté. Un antre portefaix, nommé Charvet, qui avoit concouru au désarmement d'un poste, à ła mème époque, a été condamné à 31 mois de prison. Il s'est écrié, aussitôt le prononcé de l'arrêt : Vive la république! Deux autres individus , les sieurs Jusseret et Cheron, prévenus de l'envahissement du poste de la Galiotte, ont été acquittés.

M. Audry de Puyraveau, député, ne s'est pas présenté le 8 devant la cour royale, où il étoit cité, par suite de son appel du jugement qui le condamne à 3,000 fr. d'amende, pour avoir mis trois immeubles en loterie. L'affaire a été remise.

La commission de la révision des livres élémentaires, établis au ministère de l'instruction publique, a repris le cours de ses séances.

- La répartition des attributions ministérielles entre M. Thiers, chargé de la police , et M. d'Argaul, à qui est échue la garde nationale, a fait naître quelques embarras dans les relations. M. d'Argout a écrit circulairement aux préfets que, dans une foule d'affaires, surtout dans celles d'urgence, ils deveient s'adresser à la fois aux deux niinistres.

M. le comte Pozzo di Borgo , ambassadeur de Russie, est de retour à Paris depuis le 6.

Le Moniteur dément la rouvelle de la démission de M. Locquet, maire du 9e arrondisseinent.

Le chargé d'affaires de la Grèce a été présenté à Louis-Philippe jeudi dernier.

- Il vient d'être mis à la disposition de l'autorité 'militaire de Lyon, pour les travaux de fortifications, une somme de 150,000 fr. Cette mesure permettra d'employer eet hiver un certain nombre d'ouvriers de la ville.

Les autorités de Lyon se sont opposées par la force à l'ouverture d'une no'lim velle salle de spectacle, pour laquelle la permission n'avoit pas été mème demandée.

- Le 28 octobré, les gendarmes de Bourg-Argental, près St-Etienne, ayant arrêté un retardataire, le conduisoient au lieu dit la République, pour le remettre à la gendarmerie de St-Etienne. En passant dans le Grand-Bois , à 5'heures dir malin , ils furent assaillis par huit hommes masqués, ei armés chacun d'un fusil à deux coups. Ils parviurent à faire relâcher le prisonnier, qui s'évadą

avec eux.

· Cinq incendies ont eu lieu dans le département de la Somme depuis le 22 octobre jusqu'au 27 : on en attribue trois à la malveillance.

· L'Ami de la Charte, de Nantes, annonce que, le 4 de ce mois, il s'est encore évadé des prisons de cette ville un détenu politique.

- M. le vicomte de Gourgues, ancien maire de Bordeaux, est mort le er novembre, à Langon.

[ocr errors]

Le département de la Vendée devoit fournir 929 conscrits pour la classe de 1832, 97 ont manqué à l'appel. La plupart de ces réfractaires, dont on n'a pu saisir que 3, sont de l'arrondissement des Sables.

M. Bourseul, gérant du Libéral du Nord, journal de Douai, poursuivi pour diffamation envers M. Martin, député de ce déparlement, a été acquitté le 5 de ce mois.

M. de Chantelauze, l'nu des quatre prisonniers de Ham, est toujours trèssouffrant. M. Sauzel, son défenseur; M. le marquis de Talaru et M. le docteur Simond, sont allés dans celte ville pour le visiter.

On confectionne en ce moment à Metz une quantité considérable de sacs à terre pour les magasins de l'armée.

Un courrier a apporté le 5 au maréchal Gérard, commandant en chef de l'armée du Nord, la nouvelle que le roi de Hollande refusoit l'ultimatum des cours de France et d'Angleterre. Les régimens qui font partie de l'armée ont reçu aussitôt l'ordre de se tenir prèts à partir au premier signal. Deux régimens ont reçu ev même temps leur ordre de marche, c'est-à-dire , l'indication du rang qu'ils doivent occuper dans l'armée, après avoir franchi la frontière.

Le général du génie Haxo est allé visiter les positions d'Anvers. Il y est arrivé le 5.

Le ministre des affaires étrangères en Hollande a donné, le 3 novembre, communication aux Elats-Généraux de la notification relative à l'évacuation, qui lui a été remise le 29 octobre par M. le marquis d'Eyrargues et par sir Jerningham, chargés d'affaires de France et d'Angleterre à La Haye. M. Verstolk de Soelen a lu ensuite la réponse qu'il y a faite le 2 novembre. Le refus est basé sur ce que l'évacuation ne devroit avoir lieu qu'après l'échange des ratifications du traité que le gouvernement hollandais désiroit conclure avec la conférence de Loudres , et sur ce que le roi de Hollande ne peut se dessaisir de la citadelle d'Anvers , qui est le gage des conditions équitables de séparation entre la Belgique et la Hollande. La répouse s'est terminée par l'annonce que des instructions nouvelles alloient être données au plénipotentiaire hollandais à Londres, pour terminer les négociations.

L'ambassadeur autrichien en Hollande, M. le baron Bender, est parti ces jours derniers de La Haye pour Vienne.

Lord Tenterdecn, grand-juge en Angleterre, ou lord Chief Justice de la cour du banc du roi, vient de mourir dans un âge avancé. Parmi les personnages qui se disputent celle place éminente, on cite lord Lyndhurst, qui a été plusieurs fois sur le point d'être ministre, el sir Th. Grenham.

M. Ch. Pinney, maire de Bristol, avoit été traduit devant la cour du banc du roi à Londres, pour n'avoir pas fait son devoir lors des émeutes de Bristol. Il a été acquitté sur la déclaration du jury, ainsi que les aldermen (officiers inunicipaux) qui avoient été mis en cause.

La Gazette de Hanovre dit que le cabinet des Tuileries a renvoyé, sans les accepler, les réponses de plusieurs cours d'Allemagne à la notification du ma

riage de la princesse Louise d'Orléans avec le roi Léopold, parce que, dans ces réponses , on avoit omis le nom de ce prince. La Gazette de Hanovre fait observer que la Confédération ne pouvoit pas reconnoitre Léopold comme roi des Belges, tant que cette reconnoissance n'aura pas eu lieu de la part du roi de Hollande comme grand-duc de Luxembourg.

L'amiral pédriste Sartorius s'est de nouveau présenté devant Lisbonne, le 22 octobre. On ne sait s'il auroit la prétention d'en faire le blocus.

Un détachement des troupes de don Miguel a attaqué de nouveau , le 24 octobre, le couvent de la Serra, près d'Oporto; mais il a été repoussé. On s'atten-doit à une altaqne générale de la ville au bout de quelqnes jours. Don Miguel, qui va passer en revue son armée, est arrivé à Coïmbre le 22 octobre. Il a confié pendant son absence la gestion des affaires au duc de Cadaval.

- M. Jules de Lasteyrie, petit-fils dn général Lafayette, fait partie des nonbreux officiers, français qui ont été blessés, à l'affaire du 29 septembre . devant Oporto.

Le Morning- Hérald annonce que 15 båtimens de guerre russes ont été rencontrés dernièrement dans la Baltique. et qu'on croit qu'ils se rendent dans la 'mer du Nord, pour observer les mouvemens des flottes anglaise et française.

Tableau chronologique, syncronique et synoptique de l'Histoire unirer

selle de l'Eglise , de l'Histoire de l'église de France, et de l'Histoire de France, depuis l’Ascension de N. S. J. C. jusqu'à nos jours; par A. Fr. James.

Dans notre n° 1974, 21 juillet, nous avons annoncé le Tableau historique et synoptique de la vie et des voyages de J. C., par M. l'abbé A. F. James, et nous avons dit un mot d'un autre ouvrage auquel travailloit l'auteur. Cet ouvrage étoit celui dont la première partie vient de paroître; elle commence à l'Ascension de N. S., et finit au milieu du troisième siècle. Le tableau est divisé en plus ou moins de colonnes, selon les époques et les événemens. Cette division est telle, qu'elle présente sous le même coup d’æil tout ce qui est du ressort de l'histoire, les dates, les hommes, les choses, les réflexions et les rapprochemens. L'auteur a placé en lète de son ouvrage le nom de Jésus-Christ, parce que J.-C. embrasse les temps, les hommes, tout ce qui existe et tout ce qui arrive. Il expose le dogme catholique de la divinité du Verbe et il indique le développement de celte thèse par les caractères que le saint Esprit donne au Sauveur dans les saintes Ecritures. La première division du tableau contient les époques, et les noms de ceux que J.-C. a appelés à perpétuer son sacerdoce. A côté de cette colonne, l'auteur a placé, sous le titre d'introduction, une analyse des principaux événemens depuis la chute d’Adam jusqu'à l'Ascension. S'ouvrent ensuite de nouvelles colonnes, celle des empereurs romains, dont l'histoire est liée à celle de l'Eglise ; celle des événemens qui appartiennent à l'Eglise universelle; celle des conciles, celle des écrivains sacrés, celle des écrivains profanes, el celle des hérésiarques.

[ocr errors]

Toutes ces divisions sont conservées pour les siècles suivans; mais, dans le 2 siècle, l'auteur ouvre une nouvelle colonne pour les faits qui regardent particulière ment l'histoire de l'église de Frànce; et dans le 3°, une autre colonne pour les faits qui appartienuent à notre histoire civile. L'auteur ne se borne

pas

à

marquer des noms et des dates; mais il entre souvent dans le détail des faits. Il cherche à venger la religion des attaques de l'impiété ancienne et moderne, et la discipline des désordres de l'insubordination. Il fait voir que les erreurs des philosopbes de sont que les erreurs des anciens hérétiques. Il retrouve les saint-simoniens particulièrement dans la secle inonstrueuse des Adamites. Cette première partie de son ouvrage est terminée par un rapprochement entre les disputes des premiers temps et les scandales qu'on a vus de nos jours.

Nous recommandons l'ouvrage de M. l'abbé James. La partie que nous annonçons contient près de quatre-vingt-dix mille lettres, c'est-à-dire, plus de 120 pages d'un volume in-18 ordinaire. Il y aura cinq livraisons pour l'oue vrage complet. On continue de souscrire à la librairie catholique d'Ed. Bricon, rue du Vieux-Colombier, no 19. Prix de chaque livraison d'une grande feuille in-plano, 1 fr. 50 cent. et r fr. 75 cent. franc de port', prix auquel est réduit le Tableau des voyages de notre Seigneur Jésus. Christ.

L'Assassinat du dernier des Condé, démontré contre la baronne de Feuchères et ses avocais, suivi d'Observations sur les procès-verbaux, el de pièces importantes et inédites concernant l'enquête, le fameux testament et son procès, par M. Pelier de La Croix, ancien aumônier de la victime (1).

Le même auteur vient de terminer les tomes XI et XII de son édition de l'Histoire de l'Eglise de Bérault-Bercastel.

Nous pourrons revenir sur ces publications,

(1) In-8°; prix, 3 fr. et 4 fr. franc de port. A Paris, chez Levasseur, rue du Petit-Bourbon, et au bureau de ce journal.

Pe Gérant, Adrien Le Clere.

COURS DES EFFETS PUBLICS.-Bourse du 9 novembre 1832.

Trois pour 100, jouissance du 22 juin, ouvert à 67 fr. 75 c. et fermé à 67 fr. 5o c. Cinq pour 100, jouissance du 22 sept., ouvert à 66 fr. 30 c. et fermé à 96 fr. 05 e. Actions de la Banque.

1670 fr. 5o c.

[ocr errors]

IMPRIMERIE D'AV, LE CLERE ET Comp.

[graphic]

MARDI 13 NOVEMBRE 1832.

Sur le diocèse de Charleston, aux Etad

[ocr errors]

Ce que nous allons dire est extrait de l'écri publid par M. l'évêque même du diocèse, et dont nous avons par méro 2018. Nous avions déjà donné un'article sur ce sujet dans un de nos numéros du tome LXVII; mais cet article n'étoit qu'un croquis fort incomplet. La notice de M. l'évêque de Charleston est au contraire fort soignée et fort étendue, et nous n'avons que le regret d'être force de l’abréger.

Le diocèse de Charleston se compose de trois Etats, les deux Carolines et la Géorgie. Leur population s'élevoit, en 1830, à 1,836,432 ames. Le nombre des catholiques dispersés sur ce vaste territoire est fort circonscrit. A l'époque de la révolution américaine en 1776, il y avoit à peine quelques catholiques dans ce qui forme aujourd'hui le diocèse de Charleston ; plus tard, les doctrines de l'Eglise romaine y étoient encore à peine connues, et les plus étranges préjugés y régnoient à cet égard. On en sera moins étonné, quand on songera à l'origine de ces colonies. Elles furent établies il y a environ 150 ans par des émigrans d'Angleterre, ou les lois pénales contre les catholiques étoient encore en vigueur, et ou la haine contre cette religion étoit portée au plus haut point. Les nouveaux colons apportèrent avec eux en Amérique les mêmes idées ; les lois contre les catholiques formėrent une partie du code colonial, et l'église anglicane s'établit richement dans le pays. L'esprit anticatholique se fortifia encore avec le temps par les rapports avec la métropole, par les livres et les nouvelles que l'on en recevoit, et c'étoii la coutume là, comme en Angleterre, d'attribuer aux papistes tout ce qui se faisoit de mal, les crimes, les complots, et d'envenimer leurs actions les plus innocentes, comme d'altérer leurs principes les plus respectables. De plus, des protestans français vinrent s'établir en Caroline, après la révocation de l'édit de Nantes, et servirent encore à y accroître les préjugés dominans. Ces réfugiés se mêlèrent avec les anglicans, et finirent par en adopter les croyances et la liturgie. Plus tard, il

Tome LXXIV. L'Ami de la Religion.

F

« PrécédentContinuer »