Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]
[blocks in formation]
[ocr errors][ocr errors]

L'éditeur du Diclionnaire de la Gendarmerie n'a point à en faire ici l'éloge. Les premières éditions, tirées à un nombre considérable d'exemplaires, témoignent suffisamment en faveur de cette publication. Accueilli, approuvé par les ministres de la guerre, de la justice et de l'intérieur, cet ouvrage de conscience et de persévérance a également obtenu les suffrages des militaires de l'arme et des fonctionnaires publics.

Il appartenait à un officier distingue de la gendarmerie d'explorer avec succès l'histoire de cette indispensable institution, de la suivre jusqu'à nos jours, et de classer avec méthode les documents divers qui s'y rattachent. Mais l'érudition ne saurait être universelle ; la science, et surtout celle du droit, ne s’improvise pas : M. de Savigny, bon militaire, ne prétendait pas être également bon jurisconsulte; à ses connaissances, il ne fit pas difficulté d adjoindre celles d'autrui, et la coopération de M. Perréve, magistrat éclairé par l'étude et le temps, compléta ce qui était nécessaire pour assurer au Dictionnaire de la Gendarmerie un légitime succès.

Mais le temps et les événements avaient produit des lois, des instructions qui ont remplacé les anciennes : le décret du 1er mars 1854 et le règlement du 11 mai 1856 ont modifié et changé notablement les dispositions de l'ordonnance du 29 octobre 1820 ainsi que du règlement du 2 novembre 1823; il y avait donc nécessité de réviser le Dictionnaire de la Gendarmerie et d'émettre, non pas un livre différent, mais le même livre mis en rapport et en harmonie avec la législation actuelle; c'est ce qui vient d'être fait.

Le nom de M. Perrève n'est inconnu pour aucun de nos lecteurs; les bons livres qu'il a successivement publiés, notamment les quatre éditions du Formulaire de la Gendarmerie, ont assez dit à tous que l'on trouve en lui un guide que l'on peut suivre avec confiance, à l'avenir comme par le passé. M. Perrève a accompli presque tout une vie de jurisconsulte dans les fonctions du ministère public; ses relations de chaque jour avec la gendarmerie lui ont donné complète connaissance du service de cette arme, et, actuellement encore, dans ses fonctions de juge, il continue l'étude des devoirs de la gendarmerie.

Le décès de M. de Savigny ne devait donc point mettre obstacle à la réimpression du dictionnaire. En sy livrant, M. Perrève ne fait que continuer son @uvre première ; et ses longues années de pratique du droit, comme aussi d'appréciation des services divers de la gendarmerie, ne peuvent que donner à cette publication une plus incontestable utilité. La signature de M. Perrève, jointe à celle de M. de Savigny, est un complément de garantie du soin et de l'exactitude légale qui ont présidé à la composition de cette sixième édition. Loin d'être la sèche reproduction des premières, c'est, sans contredit, un travail récent, dans lequel beaucoup d'articles nouveaux ont été introduits, d'autres refaits, en raison des changements survenus dans la législation, et où toutes les matières sont traitées d'après les lois, décrets et règlements actuellement en vigueur, et suivant le dernier état de la jurisprudence.

Le mode de rédaction lui-même a paru ne devoir pas être conservé. Procéder par demande et par réponse avait peut-être quelque chose di puéril allant mal à la gravité de l'ouvrage. Souvent et forcément, le texte de la réponse n'était guère autre que celui de la demande, et cette répétition des mots se trouvait sans utilité réelle. M. Perrève a pensé qu'il était préférable de donner comme un traité sur chaque chose, et de renfermer dans un seul cadre ce qui est relatif à chaque objet. Dans cette édition, il a remplacé méthodiquement, et conformément au décret du 1er mars 1854, tout ce qui n'était plus obligatoirement en vigueur, et, par la production des lois, décrets et règlements récents, il a apporté dans cet Ouvrage des améliorations, des perfectionnements qu'il importait de mettre à la connaissance de tous.

Nous serons flattés et récompensés de nos travaux si, suivant que nous l'espérons, la gendarmerie impériale fait à cette nouvelle édition un accueil aussi favorable que celui dont elle a honoré les précédentes

« PrécédentContinuer »