Oeuvres complètes de Buffon, mises en ordre et précédées d'une notice historique par m. A. Richard ... suivies de deux volumes sur les progrès des sciences physiques et naturelles depuis la mort de Buffon: Suit de l'histoire des animaux. Histoire de l'homme

Couverture
Chez audouin frères et chez N. Delangle, 1827
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 460 - ... l'image de l'âme y est peinte par la physionomie; l'excellence de sa nature perce à travers les organes matériels, et anime d'un feu divin les traits de son visage ; son port majestueux, sa démarche ferme et hardie, annoncent sa noblesse et son rang...
Page 412 - Les vrais ressorts de notre organisation ne sont pas ces muscles, ces veines, ces artères, ces nerfs que l'on décrit avec tant d'exactitude et de soin ; il existe (...) des forces intérieures dans les corps organisés, qui ne suivent point du tout les lois de la mécanique grossière que nous avons imaginée, et à laquelle nous voudrions tout réduire...
Page 462 - ... toute leur force , dans toute leur pureté, tels qu'ils viennent de naître ; il les transmet par des traits rapides qui portent dans une autre âme le feu , l'action , l'image de celle dont ils parlent. L'œil reçoit et réfléchit en même temps la lumière de la pensée et la chaleur du sentiment; c'est le sens de l'esprit et la langue de l'intelligence.
Page 413 - ... dans les phénomènes de l'électricité , etc.; mais, malgré leur évidence et leur universalité , comme elles agissent à l'intérieur, comme nous ne pouvons les atteindre que par le raisonnement; comme, en un mot, elles échappent à nos yeux, nous avons peine à les admettre: nous voulons toujours juger par l'extérieur; nous nous imaginons que cet extérieur est tout; il semble qu'il ne nous noit pas permis de pénétrer au delà, et nous négligeons tout ce qui pourroit nous y conduire.
Page 350 - ... fait sentir, la nature n'a ni classes ni genres ; elle ne comprend que des individus. Ces genres et ces classes sont l'ouvrage de notre esprit ; ce ne sont que des idées de convention ; et lorsque nous mettons l'homme dans l'une de ces classes, nous ne changeons pas la réalité de son être, nous ne dérogeons point à sa noblesse, nous n'altérons pas sa...
Page 432 - J'en ai connu qui jouissoient d'une bonne santé, et qui avoient atteint l'âge de vingt-cinq et trente ans, sans que la nature leur eût fait sentir des besoins assez pressans pour les déterminer à les satisfaire en aucune façon. Au reste , les excès sont plus à craindre que la continence. Le nombre des hommes immodérés est assez grand pour en donner des exemples ; les uns ont perdu la mémoire , les autres ont été privés de la vue , d'autres sont devenus chauves , d'autres ont péri d'épuisement;...
Page 404 - ... renfermée en luimême, et qu'il ne peut communiquer; mais bientôt les principes de vie se multiplient; il a non seulement tout ce qu'il lui faut pour être , mais encore de quoi donner l'existence à d'autres. Cette surabondance de vie , source de la force et de la santé , ne pouvant plus être contenue au dedans, cherche à se répandre au dehors , elle s'annonce par plusieurs signes; l'âge de la puberté est le printems de la Nature , la saison des plaisirs.
Page 460 - L'homme a la force et la majesté; les grâces et la beauté sont l'apanage de l'autre sexe. * t • V è~- » Tout annonce dans tous deux Jes maîtres de la terre ; tout marque dans l'homme, même à l'extérieur, sa supériorité sur tous les êtres vivants": il se soutient droit et élevé; son attitude est celle du commandement ; sa tête regarde le ciel, et présente une face auguste sur laquelle est imprimé le caractère de sa dignité; l'image de l'âme y est peinte par la physionomie; l'excellence...
Page 191 - ... pendant lequel les molécules organiques se trouvent en liberté dans la matière des corps morts et décomposés, dès qu'elles ne sont point absorbées par le molle intérieur des êtres organisés qui composent les espèces ordinaires de la nature vivante, ou végétante.
Page 349 - L'âme s'unit intimement à tel objet qu'il lui plaît ; la distance , la grandeur, la figure , rien ne peut nuire à cette union lorsque l'âme la veut ; elle se fait , et se fait en un instant : le corps ne...

Informations bibliographiques