Annales catholiques, ou, Suite des Annales réligieuses, politiques et littéraires, Volume 3

Couverture
Chez Le Clere, 1797

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 537 - ... j'en ai connu de cette trempe que la mort a enlevés. Je trouve même que des opinions approchantes s'insinuant peu à peu dans l'esprit des hommes du grand monde, qui règlent les autres, et dont dépendent les affaires, et se glissant dans les livres à la mode, disposent toutes choses à la révolution générale dont l'Europe est menacée...
Page 349 - ES empires détruits, les trônes renversés, Les champs couverts de morts , les peuples dispersés, Et tous ces grands revers , que notre erreur commune Croit nommer justement les jeux de la fortune , Sont les jeux de celui qui maître de nos cœurs, A ses desseins secrets fait servir nos fureurs; Et de nos passions réglant la folle ivresse, De ses projets par elle accomplit la sagesse. Les...
Page 149 - Faut-il des dogmes et un culte religieux? » Je crois qu'il est impossible qu'un peuple » puisse s'en passer; autrement, il se jettera » dans les superstitions les plus grossières , » parce qu'il trouvera toujours des charlatans »> pour effaroucher son imagination et vivre
Page 350 - Rome , et par-là vous serez persuadé combien grande est notre confiance en vous. Nous finissons en vous assurant de notre plus grande estime , et en vous donnant la paternelle bénédiction apostolique. Donné à Saint-Pierre de Rome , le 12 février 1797 , l'an vingt-deuxième de notre pontificat, Signé PIE PP. VI.
Page 169 - Dieu leur pardonne, comme je leur pardonne ; j'ai mérité la mort pour l'expiation de mes péchés ; j'ai contribué à la mort d'un innocent, et voilà ma mort ! Mais il était trop bon pour ne pas me pardonner. Dieu nous joindra tous deux avec saint Louis.
Page 152 - Par une surveillance active, continuelle, infatigable, rompez leurs mesures, entravez leurs mouvements, désolez leur patience; enveloppez-les de votre surveillance; qu'elle les inquiète le jour, qu'elle les trouble la nuit; ne leur donnez pas un moment de relâche; que, sans vous voir, ils vous sentent partout à chaque instant...
Page 188 - ... au goût et au talent , elle épure et enrichit l'un et l'autre. Je plains ceux qui ne savent pas qu'il ya une dépendance secrète et nécessaire entre les principes qui fondent l'ordre social et les arts qui l'embellissent. Je persisterai donc à joindre l'un avec l'autre , et je ne séparerai point ce que la nature a réuni. Je continuerai à regarder avec compassion, plus encore qu'avec mépris, ces...
Page 350 - Je dois remercier Votre Sainteté des choses obligeantes contenues dans la lettre qu'elle s'est donné la peine de m'écrire. La paix entre la république française et Votre Sainteté vient d'être signée , je me félicite d'avoir pu contribuer à son repos particulier. J'engage Votre Sainteté...
Page 470 - J'ai toujours applaudi dans mon cœur à vos principes. Pardon, cher abbé, si je vous ai induit en erreur. Je vous prie de ne me point refuser les derniers secours de votre ministère, en vous transportant à la porte de la Conciergerie, sans vous compromettre ; et, à ma sortie, de me donner l'absoi) Biographie moderne, t.
Page 351 - J'envoie mon aide-de-camp, chef de, brigade , pour exprimer à votre sainteté l'estime et la vénération parfaite que j'ai pour sa personne; et je la prie de croire au desir que j'ai de lui donner, dans toutes les occasions , les preuves de respect et de vénération avec lesquelles j'ai l'honneur d'être , etc.

Informations bibliographiques